La mission au Brésil des Soeurs de Saint-Paul de Chartres — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

La mission au Brésil des Soeurs de Saint-Paul de Chartres

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Gaspé
Communauté religieuse: Soeurs de Saint-Paul de Chartres

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262).

Historique général


Les premières soeurs en mission au Brésil, 1965
© Archives des Soeurs de Saint-Paul de Chartres, soumis à copyright

Le  15 octobre 1965, après plusieurs mois de stages préparatoires, quatre sœurs de Saint-Paul de Chartres s’établissent à Valinhos, dans l’État de São Paulo, au Brésil, afin de travailler à l’hôpital général de la ville. Des religieuses se fixent ensuite à Campinas, puis à Piumhi, en milieu rural. En 1968, deux autres religieuses rejoignent le Brésil, suivies, l’année suivante,  de sœur Laurette Vachon.

Dès 1969, Sœur Laurette Vachon se consacre à l’apprentissage du portugais et à la validation d’examens en vue de l’obtention d’un diplôme d’infirmière permettant l’exercice de la profession au Brésil. Elle travaille près de 20 ans à l’hôpital général de Valinhos, s’affairant d’abord dans plusieurs départements, puis oeuvrant à la pédiatrie. Suite au départ des religieuses de l’hôpital et d’une lourde charge de travail à assumer, elle quitte l’établissement en 1988.

Sœur Laurette Vachon est invitée, la même année, à participer activement au programme de pastorale de l’enfant (Pastoral da Criança). S’attachant au développement des enfants et intervenant dans les milieux familiaux et communautaires, le projet répond à ses désirs et aspirations. Sœur Laurette Vachon travaille à la pastorale de l’enfant jusqu’en avril 2011, des problèmes de santé la contraignant à se retirer à la Maison provinciale de Sainte-Anne-des-Monts.

Bon an, mal an, une dizaine de sœurs de Saint-Paul de Chartres travaillent comme missionnaires au Brésil. De ce nombre, quatre proviennent du Vietnam, deux des Philippines et six de la Province canadienne. Certaines religieuses ont toutefois dû être rapatriées à cause de leur état de santé. Les Sœurs de Saint-Paul de Chartres ont travaillé activement dans plusieurs champs d’action au Brésil, se consacrant à l’éducation, à la santé, à la promotion de la femme, à la protection de l’enfant, etc. Établies à Valinhos et Campinas, dans l’État de São Paulo, et dans l’État du Minas Gerais, elles veillent aujourd’hui à la formation d’intervenants afin d’assurer une relève à leur projet.

Description


Pesée des enfants au Brésil, 1987
© Archives des Soeurs de Saint-Paul de Chartres, soumis à copyright

Sœur Laurette Vachon a travaillé plus de vingt ans à la pastorale de l’enfant, venant en aide à plusieurs familles du diocèse de Campinas. Commandée par la Conférence nationale des évêques du Brésil, la Pastoral da Criança a principalement été créée et développée par l’archevêque Dom Geraldo Majella Agnelo et la pédiatre et experte en santé publique Zilda Arns Neumann.

La pastorale de l’enfant participe à un désir de transformation sociale, dirigeant prioritairement ses efforts vers l’épanouissement de l’enfant. Son objectif consiste à réduire le taux de mortalité infantile et à promouvoir le développement des enfants. Le projet se veut un investissement pour la promotion humaine, l’inclusion sociale, la santé et l’éducation. En s’attachant à l’épanouissement et au développement intégral de l’enfant, à la façon dont il est pris en charge et sollicité, la pastorale intervient directement dans les milieux familiaux et communautaires. Le programme véhicule par ailleurs des valeurs telles l’aide au prochain, la sensibilité, l’ouverture, la compréhension et la fraternité.

La pastorale de l’enfant implique la collaboration des mères, considérées comme les principales actrices de la promotion sociale de leurs familles. Les actions de base du programme s’orientent à la fois vers l’éducation et la promotion de la santé. Lorsqu’elle participait à la pastorale de l’enfant, sœur Laurette Vachon visitait mensuellement les familles, voyant au développement des enfants, à leur bonne alimentation et à leur santé. Elle surveillait, lors de ces visites, le poids des enfants et orientait au besoin les familles vers des établissements de santé locaux. Après la naissance d’un enfant, le programme fait la promotion de l’allaitement maternel. Grâce à la pastorale de l’enfant, les familles apprennent de plus à préparer des repas nutritifs avec des ingrédients peu coûteux et disponibles sur place. Les intervenants qualifiés peuvent également administrer les vaccins aux enfants. La recette d’un sérum traitant des maladies pouvant être évitées est de plus partagée. Bref, les responsables de la pastorale de l’enfant sont initiés aux compétences de base en matière de santé et de nutrition maternelles et infantiles, notamment à la surveillance de la croissance, aux vaccinations, à l'appui à l'allaitement maternel et au traitement de certaines maladies. Le projet, grâce à des actions simples et reconnues, de même qu’au travail de personnes impliquées dans leurs milieux propose un meilleur cadre de vie aux familles.

Apprentissage et transmission


La pastorale ouvrière au Brésil, 1988
© Archives des Soeurs de Saint-Paul de Chartres, soumis à copyright

La pastorale de l’enfant repose sur la participation des familles et des communautés. L’éducation des mères par des responsables formés apparaît effectivement comme la meilleure forme de lutte aux maladies infantiles et à la marginalisation des enfants. Ainsi, les intervenants forment et accompagnent les mères, qui, à leur tour, partagent les connaissances acquises. La pastorale de l’enfant construit de ce fait des réseaux, lesquels permettent de multiplier les savoir-faire et connaissances. Le programme compte de plus sur l’implication des bénévoles, très majoritairement laïcs, participant à la fois à la formation et la transmission des pratiques. Les familles, recevant et partageant les connaissances liées à la santé, à l’éducation et au bon développement de l’enfant, améliorent leur propre situation et celle de leur communauté. Enfin, le programme participe à la construction d’un monde plus juste et fraternel.

Localisation

Municipalité: Sainte-Anne-des-Monts
Région administrative: 11 Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Lieu: Maison provinciale des Soeurs de Saint-Paul de Chartres (Notre-Dame-de-la-Paix), 255, rue du Domaine-Saint-Paul, Saint-Anne-des-Monts, G4V 2G3
Téléphone: 418-763-2231
Site Web: http://www.stpaulrome.com/fr-canada.html

Source

Soeur Laurette Vachon
Lien avec la pratique : Exprimant tôt une vocation missionnaire, sœur Laurette Vachon quitte le Québec en 1969 pour le Brésil, où elle rejoint six sœurs de Saint-Paul de Chartres. À Valinhos, dans l’État de São Paulo, elle travaille à l’hôpital général, principalement en pédiatrie. À partir de 1988, elle s’implique en pastorale de l’enfant, projet qui répond à ses désirs et aspirations. Elle participe au programme pendant 23 ans, venant en aide à plusieurs familles du diocèse de Campinas. En avril 2011, des problèmes de santé la contraignent à se retirer à la Maison provinciale de Sainte-Anne-des-Monts. Si son état de santé le lui permet, sœur Laurette Vachon souhaite reprendre ses activités au Brésil, où elle a vécu plus d’une quarantaine d’années.

Enquêteurs : Marjolaine Boutin, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 23 janvier 2012

Fiches associées

  • La mission des Sœurs de Saint-Paul de Chartres à Madagascar

    Dès son arrivée à Tuléar, en 1956, sœur Véronique Plante est chargée de s’occuper d’une centaine d’enfants, âgés de 7 ans à 15 ans, afin de constituer des classes pour l’école. Pendant trois ans, elle travaille à l’alphabétisation de ces élèves [...]
  • Récit d'une missionnaire: le parcours de soeur Marie-Ange Poitras

    Aujourd’hui âgée de 100 ans et ayant vécu 80 ans en communauté, sœur Marie-Ange caresse dès l’adolescence le désir de voyager et de faire le tour du monde. Celle qui écartait d’abord la vie religieuse verra son rêve se réaliser suite à [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: