Récit d'une missionnaire: le parcours de soeur Marie-Ange Poitras — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de vie

Récit d'une missionnaire: le parcours de soeur Marie-Ange Poitras

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Gaspé
Communauté religieuse: Soeurs de Saint-Paul de Chartres

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262)
et sous Organisation religieuse (9200), Personnel religieux (9230), Vocation/forme d'élection (9232).

Description


Soeur Marie-Ange Poitras
© IPIR 2012, soumis à copyright

Aujourd’hui âgée de 100 ans et ayant vécu 80 ans en communauté, sœur Marie-Ange caresse dès l’adolescence le désir de voyager et de faire le tour du monde. Celle qui écartait d’abord la vie religieuse verra son rêve se réaliser suite à son entrée chez les Sœurs de Saint-Paul de Chartres et grâce à son travail missionnaire au Japon.

Née en 1912 à Sainte-Anne-des-Monts, Laurette Poitras (sœur Marie-Ange) fréquente dès son jeune âge l’école des Sœurs Notre-Dame du Saint-Rosaire, à Sainte-Anne-des-Monts. Après ses études, elle enseigne dans les paroisses, à Sainte-Anne-des-Monts et à Tourelle, à la demande du curé. Elle est amenée, à partir de 1930, à côtoyer les Sœurs de Saint-Paul de Chartres venues s’établir dans la région, avec lesquelles elle entretient de bonnes relations. Suite à une visite dans la famille Poitras de Mère Louise-Amélie et de sœur Angèle de Saint-Pierre, fondatrices de la Province canadienne de la congrégation, l’une des sœurs de Laurette Poitras entreprend des démarches pour entrer en communauté. D’abord surprise et peu favorable à cette décision, Laurette Poitras suit toutefois les traces de son aînée, Annette —l’une des deux premières à se présenter au noviciat de Sainte-Anne-des-Monts, le 25 janvier 1932. Laurette Poitras fait son entrée chez les Sœurs de Saint-Paul de Chartres le 16 juillet 1932 et revêt la livrée de la congrégation le 25 mars 1933, devenant dès lors sœur Marie-Ange.

À l’heure des échanges et des relations entre la Province canadienne et la France, Annette Poitras (sœur Pierre du Sacré-Cœur) et Laurette Poitras (sœur Marie-Ange) quittent Sainte-Anne-des-Monts pour Chartres, en octobre 1934. Alors que la première poursuit des études d’infirmière en France, la seconde prépare la mission au Japon, l’année suivante marquant son départ. Sœur Marie-Ange est d’ailleurs la première Canadienne de la congrégation à tenter l’aventure missionnaire en Extrême-Orient. Accompagnée de quatre sœurs de Saint-Paul, missionnaires expérimentées, elle effectue le voyage sur le Haruna Maru, un navire japonais partant de Marseille le 25 octobre 1935. Le navire s’arrête à Naples, Port-Saïd, Colombo, Honk-Kong, Shangai et Kobé avant que le groupe rejoigne Tokyo, plus d’un mois après le départ. Au Japon, sœur Marie-Ange se consacre à l’enseignement du français, d’abord auprès des élèves de 4e année de l’École supérieure, puis auprès des enfants de 4 et 5 ans. L’enseignement auprès de ces derniers facilitera d’ailleurs l’apprentissage du japonais pour sœur Marie-Ange.


L’éclatement de la Seconde Guerre mondiale et l'alignement du Japon avec les forces de l'Axe bouleverseront toutefois la mission de sœur Marie-Ange. Le 15 septembre 1942, elle est arrêtée, puisque résidente d’un pays ennemi, et menée dans un camp de concentration sur un bateau surpeuplé. Sœur Marie-Ange survit un an dans les camps, dans de très mauvaises conditions. Durant sa captivité, elle se lit d’amitié avec Miss Curtis, une Ontarienne qui la placera sous sa protection. En 1943, un navire américain, le Gripsholm, assure le rapatriement des ressortissants américains au Japon. Grâce aux efforts de Miss Curtis, sœur Marie-Ange pourra prendre place à bord du bateau, réservé aux Américains ou religieux dont la congrégation compte des communautés aux États-Unis. Après trois mois en mer où le navire effectue plusieurs arrêts —aux Philippines, en Chine, au Vietnam, aux Indes, en Afrique, au Brésil— l’équipage et les passagers descendent aux États-Unis. De là, sœur Marie-Ange rentre à Montréal.


De retour au pays, elle doit être soignée pour des problèmes de santé. Une fois rétablie, elle occupe, de 1944 à 1949, un poste d'enseignante à l'école de Mont-Louis, tout en étant supérieure de la communauté. Elle sera sous-maîtresse au noviciat, de 1949 à 1958, et supérieure de la Maison Notre-Dame-de-la-Paix, à Sainte-Anne-des-Monts, pendant un an. Réclamée au Japon afin de remplacer une religieuse, sœur Marie-Ange répond favorablement à la demande. Elle sera responsable des novices japonaises de 1960 à 1967. Elle enseignera également le français, d'abord en banlieue de Tokyo, puis dans la capitale jusqu'à son retour définitif en 1977. Pendant près de vingt ans, elle initie les plus jeunes au français. Dès les premières missions, l’éducation représente effectivement le principal champ apostolique des Sœurs de Saint-Paul de Chartres au Japon. Entre 1977 et 1987, elle agit comme interprète, accompagnant des religieuses japonaises lors de séjours et conférences à Rome. Suite à cette expérience, elle retourne à Rome en 1990, où elle reste jusqu'en 1997. À son retour à Sainte-Anne-des-Monts, elle garde contact avec ce pays, entretenant des correspondances et préparant les religieuses de la Province canadienne aux missions.

Après plus d’une trentaine d’années consacrées à l’enseignement au Japon, sœur Marie-Ange mène aujourd’hui une vie quiète à la Maison Notre-Dame-de-la-Paix, maison provinciale des Soeurs Saint-Paul de Chartres à Sainte-Anne-des-Monts. Âgée de 100 ans, sœur Marie-Ange a été témoin de la fondation gaspésienne de la congrégation, de l’établissement en paroisses, des premiers élans missionnaires, en plus de suivre l’évolution des œuvres de la communauté. Elle se dit heureuse et satisfaite de la vie qu’elle a menée, de la mission au Japon qu’elle a assurée. Surtout, elle se considère providentiellement protégée, elle qui a connu un monde ébranlé par la guerre. Celle qui croit aujourd’hui en l’action bienveillante de Dieu, en l’abandon à la providence, aura au final fait son tour du monde.

Localisation

Municipalité: Sainte-Anne-des-Monts
Région administrative: 11 Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Lieu: Maison provinciale des Soeurs Saint-Paul de Chartres, 255, rue du Domaine-Saint-Paul, Sainte-Anne-des-Monts, G4V 2G3
Téléphone: 418-763-2231
Site Web: http://www.stpaulrome.com/fr-canada.html

Source

Soeur Marie-Ange Poitras

Enquêteurs : Marjolaine Boutin, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 24 janvier 2012

Fiches associées

  • La mission au Brésil des Soeurs de Saint-Paul de Chartres

    Sœur Laurette Vachon a travaillé plus de vingt ans à la pastorale de l’enfant, venant en aide à plusieurs familles du diocèse de Campinas. Commandée par la Conférence nationale des évêques du Brésil, la Pastoral da Criança a principalement été créée et [...]
  • La mission des Sœurs de Saint-Paul de Chartres à Madagascar

    Dès son arrivée à Tuléar, en 1956, sœur Véronique Plante est chargée de s’occuper d’une centaine d’enfants, âgés de 7 ans à 15 ans, afin de constituer des classes pour l’école. Pendant trois ans, elle travaille à l’alphabétisation de ces élèves [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: