Le charisme et la spiritualité des Sœurs de Sainte-Anne — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Le charisme et la spiritualité des Sœurs de Sainte-Anne

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Montréal
Communauté religieuse: Soeurs de Sainte-Anne

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique spirituelle (9330), Guide spirituel (9331).

Historique général


Le blason de la Congrégation des Soeurs de Sainte-Anne
© IPIR 2011, soumis à copyright

Liés à la fondation, l’œuvre d’Esther Blondin (Mère Marie-Anne) et la mission d’enseignement des Sœurs de Sainte-Anne, le charisme et la spiritualité de la Congrégation influencent quotidiennement le rapport des religieuses à autrui. Dès l’origine, les Sœurs de Sainte-Anne se consacrent à l’éducation par l’enseignement dans les écoles paroissiales, à la suite de la fondatrice, Esther Blondin. Femmes de leurs temps, elles sont aujourd’hui impliquées dans l’éducation, les soins de santé et l’animation pastorale et sociale dans divers milieux. Là où elles vivent —au Québec, dans l’Ouest canadien, aux États-Unis, à Haïti, au Chili, au Cameroun—, elles teintent leur action d’une ardeur à servir la cause de Dieu et d’un zèle pour la formation de l’esprit et de la personnalité.

En 1850, Esther Blondin fonde la congrégation des Sœurs de Sainte-Anne à Vaudreuil, dans la banlieue de Montréal, dans le but de remédier à la situation pitoyable des écoles rurales du Québec. Elle se dévoue dès lors à l'éducation des enfants pauvres et projette d'ouvrir des classes mixtes. En 1851, la communauté prend de l’expansion, les religieuses assumant la direction de plusieurs écoles et ouvrant des pensionnats dans les campagnes environnantes et la région montréalaise. Au fil des ans, les membres de la Congrégation s’établissent en Abitibi, au Témiscamingue, en Gaspésie, puis se lancent vers les premières missions à l'étranger.  Née d’une volonté d’aider les « exclus de la connaissance surtout », l’œuvre véhicule des valeurs tel le respect de leurs droits et de leur dignité et participent au charisme de la Congrégation.


Considéré comme le caractère de la fondation au XIXe siècle, le charisme des Sœurs de Sainte-Anne est aujourd’hui vécu et partagé par les religieuses. La spiritualité ignatienne, teintée d’engagement et de prière, s’inscrit également dans le développement de la Congrégation. Les premières règles, écrites en 1851, en témoignent : « [Les Sœurs de Sainte-Anne] marcheront en la présence de Dieu et le verront continuellement dans les créatures qui les entourent». L’édition de 1984 des Constitutions de la congrégation des Sœurs de Sainte-Anne définit ainsi le charisme de Mère Marie-Anne : « Le don de Dieu qui est à l’origine de notre famille religieuse trouve son expression dans le charisme de Mère Marie-Anne : suivre le Christ notre Seigneur, comme les saintes femmes de l’Évangile, selon une règle d’inspiration ignatienne, et Le servir en participant à sa mission d’Éducateur, pour la plus grande gloire de Dieu et le salut du monde. »

Description


Les exercices spirituels de saint Ignace de Loyola
© IPIR 2011, soumis à copyright

Alors que la spiritualité apparaît comme une proposition à vivre l’Évangile, un cheminement, le charisme se définit, selon sœur Pierrette Petit, comme un « don conféré à quelqu’un indépendamment de ses mérites », une « grâce accordée par le Seigneur ».  Le charisme des Sœurs de Sainte-Anne consiste à suivre le Christ dans la vie religieuse avec une spiritualité particulière, celle des saintes femmes de l’Évangile. Ainsi, comme l’exprime Pierrette Petit « les Sœurs de Sainte-Anne sont des femmes disciples qui écoutent la parole de Dieu et s’en nourrissent ». Selon elle, le charisme de la Congrégation implique une motivation, la gloire de Dieu et le salut des âmes, qui organise tous les éléments de l’existence et de l’action, de l’expérience spirituelle, de la vie quotidienne, de l’action, du ministère apostolique. Pour sœur Pierrette Petit, le charisme apparaît comme « une grâce spirituelle, un élan, un dynamisme apostolique particulier [conféré] à une personne, [se propageant à] ceux qui s’engagent à la suite de la fondatrice ». Les Constitutions de la Congrégation définissent ainsi ce don : « Les Sœurs de Sainte-Anne s’engagent à suivre le Christ à la manière des « saintes femmes de l’Évangile » et à Le servir en participant à sa mission d’éducateur. Elles veulent être une présence prophétique pour transformer tout ce qui menace la vie, afin de créer un monde plus juste et plus humain. »

Le charisme des Sœurs de Sainte-Anne n’apparaît pas figé, mais est plutôt appelé à évoluer à travers le temps, les âges, les besoins. Depuis plus de 150 ans, la Congrégation s’attache effectivement à être attentive aux besoins de ceux et celles qu’elle côtoie. Elle répond aujourd’hui aux appels et « vides à combler » qui sollicitent leur implication. Appelées à assimiler et à vivre le charisme de leur fondatrice, les Sœurs de Sainte-Anne  expérimentent également un charisme personnel, propre à chacune. Selon leurs aspirations et leurs intérêts, les religieuses s’impliquent auprès des jeunes, des enfants, des adultes, travaillent en animation pastorale et sociale, offrent des soins de santé, etc.

La spiritualité se définit, quant à elle, comme « une proposition à vivre l’Évangile d’une certaine manière, un cheminement intérieur qui aide à intégrer la foi chrétienne dans les choix à faire à travers les joies et les difficultés de la vie ». La spiritualité des Sœurs de Sainte-Anne origine de la spiritualité ignatienne, en référence à saint Ignace de Loyola, fondateur des Jésuites.  Monseigneur Ignace Bourget et Mère Marie-Anne, figures à l’origine de la congrégation, s’inspiraient tous deux des Exercices spirituels de saint Ignace.  

Accordant une importante confiance aux capacités humaines, la spiritualité ignatienne a inspiré les congrégations religieuses de vie apostolique active pour établir les fondements de leur mission. Fondatrice des Sœurs de Sainte-Anne, Mère Marie-Anne prolonge cette spiritualité, répondant aux besoins du temps et aux « vides à combler ». Très tôt, elle s’inspire des Exercices spirituels de saint Ignace et garde les yeux ouverts sur le monde, travaillant à le rendre plus juste et plus humain.

La spiritualité des Sœurs de Sainte-Anne est orientée vers le discernement, toute décision humaine étant pour saint Ignace le lieu d’une rencontre avec le Seigneur. La pratique du discernement permet de ne retenir que les éléments paraissant essentiels à la prise de la meilleure décision. La pratique implique, chez les Sœurs de Sainte-Anne, toute la communauté, et de surcroît, l’écoute de l’autre.  Au fil des exercices, le discernement éclaire les relations et les choix et suppose une révision constante de l’action. Selon sœur Pierrette Petit, le discernement représente l’une des plus belles expériences qu’il soit possible de vivre.

La spiritualité de la Congrégation est également marquée par la justice sociale, courant important de la Compagnie de Jésus. Les Sœurs de Sainte-Anne, depuis les origines, ont ainsi offert aux femmes et aux enfants l'accès à la connaissance et ouvert des voies à l'engagement pour développer une société plus juste. Elles s’attachent à être et agir en solidarité avec les femmes, les jeunes, les personnes appauvries, les personnes marginalisées. Selon les orientations du XXIVe Chapitre général, tenu en 1992, les Sœurs de Sainte-Anne, « enracinées dans l’Évangile, [osent] être une présence prophétique pour la transformation de tout ce qui menace la vie afin de créer un monde plus juste et plus humain ».

Au quotidien, la spiritualité implique l’horaire canonial, horaire qui, selon sœur Pierrette Petit, insuffle son dynamisme aux religieuses. Monseigneur Ignace Bourget, dans les Règles de vie de la Congrégation, prévoit une intention pour chaque action de sorte que les religieuses ne sont jamais démunies. Il importe également, au quotidien, de rendre grâce à Dieu, de se réjouir de ce qui a été accompli. L’attitude de déférence face à Dieu  et le message de saint Paul « Aimez-vous les uns les autres d’un amour fraternel, rivalisez d’égards mutuels »  inspirent par ailleurs sœur Claudette Petit.

Bref, les Sœurs de Sainte-Anne, inspirées par la spiritualité ignatienne, apparaissent sous les traits de femmes disponibles à Dieu qui se manifeste au monde à travers elles et vouées à la solidarité pour faire grandir la vie dans un monde plus juste et plus humain. Elles se veulent à l’écoute des appels de Dieu et vivent la contemplation dans l’action comme dans la prière. Effectivement, pour la Congrégation, un ministère apostolique implique la contemplation, la prière, afin de reconnaître Dieu parmi les personnes rencontrées tous les jours.

Apprentissage et transmission


Les soeurs à la chapelle
© IPIR 2011, soumis à copyright

Selon sœur Pierrette Petit, les Sœurs de Sainte-Anne vivent aujourd’hui le charisme de Mère Marie-Anne dans sa dimension mystique, par le don de soi, la prière, l’accueil et le service apostolique.  Depuis la fondation, la mission reste la même, seulement les canaux privilégiés en diffèrent.

En plus d’être vécus au quotidien par les religieuses, le charisme et la spiritualité de la Congrégation sont transmis aux Associés aux Sœurs de Sainte-Anne, une association laïque. Près de 300 associés, au Québec, dans l’Ouest canadien, aux États-Unis, à Haïti, au Chili et au Cameroun partagent ainsi les valeurs de la Congrégation. « Appelés à approfondir leur vie dans le Christ, c’est à la manière de la Bienheureuse Marie-Anne Blondin qu’ils s’engagent dans la construction d’un monde de justice, de paix et de pardon. » La publication du bulletin Le message de Marie-Anne Blondin permet d’ailleurs aux affiliés ne pouvant assister aux réunions de garder contact avec la mission de la Congrégation.

Enfin, les Constitutions de 1984 témoignent de l’actualité du charisme de Mère Marie-Anne : « La grâce de fondation, qui a réuni les premières Sœurs de Sainte-Anne, nous rassemble encore, en Église, aujourd’hui. Nous nous engageons à la suite du Christ avec une constante disponibilité à la volonté du Père, comme les femmes qui accompagnaient Jésus sur les routes de la mission. Nous continuons, au service du Peuple de Dieu, la mission d’éducation transmise par Mère Marie-Anne pour faire grandir nos frères et sœurs dans la vérité, la liberté, la vie. À la suite de nos devancières, nous discernons les « vides à combler » et nous répondons aux appels de l’Esprit avec la même motivation profonde, la même audace créatrice, le même désintéressement et la même foi en la Providence. » (« 5. Actualité du charisme de Mère Marie-Anne » dans Constitutions et règles des Sœurs de Sainte-Anne, Éditions Sainte-Anne, Lachine, 1984.)

Localisation

Municipalité: Lachine
Région administrative: 06 Montréal
Lieu: Maison mère de la Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne, 1950, rue Provost, Lachine, H8S 1P7
Téléphone: (514) 637-3783
Site Web: http://www.ssacong.org

Source

Sœur Pierrette Petit
Lien avec la pratique : Forte de ses expériences, sœur Pierrette Petit s’intéresse très tôt aux différentes écoles de spiritualité. Elle fonde d’ailleurs, en 1987, le Centre Christus, un centre de spiritualité chrétienne pour la croissance psychologique et spirituelle des adultes, et y travaille activement pendant près de vingt ans. À l’exemple de Mère Marie-Anne, fondatrice de la Congrégation, sœur Pierrette Petit s’attache à répondre au « vide à combler » et veut « faire connaître le Bon Dieu ». Fidèle au charisme des Sœurs de Sainte-Anne, elle travaille aujourd’hui à la croissance spirituelle et psychologique d’autrui, notamment par ses services de counselling auprès de ceux ayant fréquenté le Centre Christus.

Enquêteurs : Francesca Désilets, Anne-Florence Bisson, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 29 novembre 2011

Fiches associées

  • Le Centre Christus, une œuvre des Sœurs de Sainte-Anne

    De 1987 à 2006, le Centre Christus, bien qu’ayant multiplié les canaux de transmission et activités, s’est attaché à répondre à cinq objectifs :1) « Aider les chrétiens à découvrir leur identité spirituelle en leur offrant des sessions adaptées à leurs besoins et à leurs attentes. »2) « Aider les chrétiens à intégrer [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: