L'implantation d'une mission au Paraguay par les Augustines de Roberval — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

L'implantation d'une mission au Paraguay par les Augustines de Roberval

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Augustines de la Miséricorde de Jésus

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Prosélytisme (9263).

Historique général


Sr Marie-Anne Gauthier et une famille de Coronel, mai 1992
© Archives A.M.J.R., Soumis à copyright

En 1960, Mgr Anibal Pena, archevêque d'Asunción, capitale du Paraguay, fait une demande auprès du pape Jean XXIII pour recevoir l’aide de missionnaires en provenance du Québec. Le cardinal Maurice Roy, archevêque de Québec, accepte d'envoyer des prêtres dans la paroisse de San Cristobal à Asunción. Au même moment, mère Marie de l'Eucharistie, supérieure générale de Chicoutimi, décide d'ouvrir une mission au Paraguay afin de s'occuper des soins de santé, tandis que les Soeurs de la Charité s'occuperont de l'éducation. Trois religieuses, en provenance des monastères de Québec, Lévis et Roberval, quittent alors pour fonder la mission. Elles arrivent à Asunción le 2 janvier 1962. Lors de leur arrivée au pays, elles sont accueillies dans une maison de religieuses paraguayennes enseignantes. Grâce à l'hospitalité des gens, elles réussissent à se loger pendant les premiers mois, jusqu'au moment où elles obtiennent gratuitement un terrain pour construire une clinique en 1963. Elles bâtissent ainsi la clinique Notre-Dame de Protection, en plus d’y développer plusieurs services. Une décision est par la suite prise de construire un monastère et d'ouvrir un noviciat pour former des religieuses paraguayennes.
Le 19 mars 1968, les Augustines ouvrent une maison à Coronel Oviedo à la demande de Mgr Péchillo afin d'y faire des visites à domicile et du travail social dans la population. Au début des années 1970, de fortes tensions surgissent dans le pays entre l'Église et l'État. Craignant d'être expulsées du pays, les Augustines cèdent la propriété de leurs biens de San Cristobal à l'évêché d'Asunción en 1972, en faveur de la fondation de l'Hôpital Universitaire Notre-Dame de l'Assomption qui désire créer une école de médecine et d'infirmières. En 1981, les prêtres canadiens et les augustines déménagent à Luque pour répondre aux besoins du diocèse. Au fil des ans, de nombreuses augustines sont venues travailler à la mission. Encore aujourd'hui (2009), trois soeurs sont toujours présentes au Paraguay. Il s'agit de trois soeurs de Roberval et elles s'occupent, avec l'aide des augustines paraguayennes, du centre de physiothérapie et du dispensaire de Luque, et du centre de la femme et du dispensaire de Coronel.

Description


Soeurs paraguayennes accompagnées de soeurs qébécoises
© Archives A.M.J.R., Soumis à copyright

La fondation de la mission au Paraguay a toujours eu pour objectif premier de s'occuper des soins de santé, par la mise en place d'hôpitaux, de dispensaires, de centres de santé et d'écoles de formation pour médecins et infirmières. Population à 95 % catholique, les Paraguayens ont toujours eu confiance aux religieux en provenance du Québec. Grâce à leur excellente réputation, les Augustines avaient de grandes responsabilités et étaient respectées des patients.
À cause des conditions de vie ardues dans le pays, il était difficile pour les religieuses de se procurer des médicaments. Dans plusieurs situations, elles concoctaient elles-mêmes leurs médicaments à l'aide d'anciennes recettes provenant de l'Hôpital-Général de Québec, notamment pour certaines pommades et des sirops contre la toux. De plus, même si la culture paraguayenne est très différente, de nombreuses pratiques religieuses étaient présentes : le jour de l'An, la fête de Notre-Dame du Rosaire, Noël et la Saint-Jean-Baptiste. Les Augustines avaient ainsi la possibilité de vivre pleinement leur foi et leur spiritualité.

Apprentissage et transmission


Dons en provenance du Québec
© Archives A.M.J.R., Soumis à copyright

Dès les premières années de l'implantation de la mission au Paraguay, les Augustines ouvrent un noviciat afin de répondre aux demandes des jeunes Paraguayennes désirant devenir religieuses. Malgré l'échec de ce premier noviciat, les Augustines récidivent avec succès en 1989. Depuis la réouverture du noviciat, sept religieuses paraguayennes ont été formées et quelques-unes sont présentement en formation. Les Augustines du Québec donnent de plus en plus de responsabilités aux soeurs paraguayennes dans l'espoir qu'elles soient bientôt autonomes.

Localisation

Municipalité: Roberval
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC: Le Domaine-du-Roy
Lieu: Monastère de l'Hôtel-Dieu de Roberval, 414, rue Brassard, Roberval, G8H 2E1
Téléphone: (418) 275-5097
Site Web: http://www.augustines.org

Source

Soeur Gérarda Blackburn
Lien avec la pratique : Dès l'âge de 18 ans, le désir de soeur Gérarda Blackburn pour entrer en communauté est présent, mais ce n'est qu'en 1950, à l'âge de 22 ans, qu'elle fait son entrée chez les Augustines de Roberval. Après avoir terminé son cours d'infirmière, elle fait une spécialisation en pédiatrie. En 1987, alors âgée de 60 ans, soeur Gérarda Blackburn part pour une mission de dix ans au Paraguay afin d'y travailler dans les dispensaires appartenant aux Augustines. Elle fait un retour au Québec en 1997.

Enquêteurs : Maude Redmond Morissette, Alina Nogradi
Date d'entrevue : 27 mai 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: