Cuisiner dans un séminaire : l'exemple de Chicoutimi — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

Cuisiner dans un séminaire : l'exemple de Chicoutimi

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Soeurs Antoniennes de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique alimentaire (9244)
et sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique coutumière (9242).

Historique général


Réfectoire des élèves du séminaire de Chicoutimi, 1904
© Archives A.M., Soumis à copyright

La première mission attribuée aux Antoniennes fut celle de faire la cuisine au Séminaire de Chicoutimi dès 1904, année de fondation de cette communauté. Pour cette raison, cette maison a une grande valeur aux yeux des religieuses. Les soeurs ont répondu aux besoins des prêtres, et l'entretien de la maison s'est fait dans un esprit de service. Cuisiner pour les prêtres et les élèves a donc été une mission importante à cet endroit, jusqu'à la transformation de l'établissement en cégep en 1967. « On laissait le berceau de la communauté ». Les soeurs ont utilisé l'ancienne cuisine de 1904 à 1964, laquelle a été, par la suite, modernisée. La cuisine raisonnée ainsi que le livre de recettes de Jehanne Benoît ont constitué, pour elles, des références.

Description


Entrevue avec Soeur Cécile Paradis
© Archives A.M., Soumis à copyright

Notre récit témoigne de la pratique qui a eu lieu de 1954 à 1966. À l'époque, les soeurs ont la charge de 525 élèves du cours classique d'une durée de six ans. Les soeurs veillent au bon soin des 75 prêtres, des 75 séminaristes et des élèves de l'établissement.
Après une demi-heure de prière et la messe, la journée de travail commence à 7 heures pour se terminer à 19 heures. Après le dîner, les soeurs sont en récréation, elles marchent pendant 30 minutes et prient. À 14 heures, elles retournent préparer le souper. Les repas sont servis aux heures suivantes : de 6 h 30 à 8 h pour le déjeuner, de 12 h 30 à 13 h pour le dîner et 18 h pour le souper. Le ménage de la cuisine est terminé à 19 h. L'ambiance de travail est généralement austère, car le silence est de mise, hormis le jeudi et lorsqu'il y a des corvées.
Le service des repas aux élèves a changé au cours de cette période : de 1904 à 1960, les plats sont apportés aux tables par une équipe de soeurs (il y a une quarantaine de tables où peuvent s'asseoir une douzaine de personnes). À compter de 1960, cette tâche est facilitée par la mise en place d'un service de cafétéria. Le repas des élèves se fait dans une ambiance de bruits, de dégâts et de coups, et ce, malgré la présence de maîtres de salle. Pour le service des repas aux prêtres, les plats sont passés à travers un guichet pour être servis aux tables par les élèves, exception faite du dessert.
Les conditions de travail dans la cuisine changent peu entre 1904 et 1964. Les religieuses portaient de lourds habits, une longue robe blanche à laquelle on ajoute un tablier rayé à manches longues, ce qui dans les cuisines surchauffées était peu confortable: les genoux « chauffaient » et elles étaient souvent en sueur.
Les menus ne sont pas les mêmes pour les élèves que pour les prêtres, les séminaristes et les soeurs, à cause des budgets qui ne sont pas les mêmes selon les clientèles. Les soeurs disposent de 0,50 $ pour le repas de chaque élève. Pour le déjeuner des élèves, on sert du gruau, des céréales, des rôties, des fruits. Pour le dîner, on leur sert de la tourtière du Lac Saint-Jean, des pâtés à la viande, du steak haché (1000 boulettes), du ragoût de boulettes, etc. et pour le dessert on remplit six grandes chaudières de pommes ou de brioches. Au souper, on sert régulièrement du hachis, du macaroni, de la sauce blanche avec des oeufs, des omelettes avec des patates et des croque-monsieur. Pour des raisons de temps, il est plutôt rare de préparer des steaks et du poulet, car c'est une « grosse corvée ».
En dehors du train-train quotidien, les soeurs doivent parfois faire des corvées, notamment les dimanches et quand vient le temps de faire boucherie. L'ambiance de travail change, cela se fait « en récréation », lorsque vient le temps de faire le boudin, les cretons, la tête fromagée, les saucisses, etc. C'est dans la bonne humeur et en ayant le droit de parler que les soeurs plument 125 poulets pendant environ trois heures. La cuisine utilise, en tout temps, les animaux de la ferme du séminaire (volaille, porc, boeuf) pour nourrir tout le monde. Ainsi, les oeufs, le lait et la crème proviennent de la ferme. De plus, les soeurs entretiennent leur potager où poussent laitue, radis, rhubarbe, framboises. Le séminaire a également un potager et un caveau où sont entreposés les légumes et les fruits de conservation (carottes, les navets, citrouilles,etc.) Les soeurs ont l'habitude de congeler des fraises et confectionnent 30 livres de confiture avec la rhubarbe du jardin.
Pour les fêtes, on prépare des menus spéciaux, parfois même avec les élèves, comme c'est le cas de la tire Sainte-Catherine, à l'occasion de la fête du même nom. Les soeurs préparent des beignes de Noël (1000 et plus), une tâche qui prend une journée entière. Pour les prêtres et les séminaristes, la Saint-Thomas d'Aquin est une occasion particulière où l'on prépare un banquet: on décore les tables et le menu comporte plusieurs services. Pour Noël, « c'était pas mal traditionnel ». Au menu, du pâté à la viande, de la dinde farcie et de la bûche comme dessert. Pour les Rois, elles font un gâteau où sont cachés une fève et un pois. Celles qui les trouvent ont alors le mandat de donner l'exemple pendant l'année. À Pâques, c'est le traditionnel jambon glacé à l'ananas en plus d'un gâteau représentant un oeuf. Pour l'ensemble des personnes de l'établissement, il n'y avait jamais de viande lors du carême ni les vendredis, ce qui était « normal » à l'époque : il s'agissait d'une directive de l'Église. On trouve alors au menu du poisson, des pâtes, des omelettes, du soufflé, etc. Toutefois, contrairement aux autres jeûnes de l'époque, les prêtres ne mangent qu'un seul repas consistant par jour, au dîner, et deux repas légers.

Apprentissage et transmission


Antoniennes à la préparation de plats
© Archives A.M., Soumis à copyright

Notre informatrice savait déjà cuisiner lorsqu'elle est entrée dans la communauté. Elle suit une formation en cuisine d'établissement lors des vacances d'été, d'une durée de quinze jours, de 1959 et 1960. Ce cours est donné par le ministère de l'Agriculture. On y apprend à effectuer les différentes tâches de cuisinier (budget, diététique, etc.). Après avoir reçu cette formation, notre informatrice a transmis son savoir-faire à ses consoeurs. Elle a également suivi un cours d'art culinaire et a gagné un prix. Le savoir-faire et les recettes « étaient transmise d'une à l'autre » ajoute soeur Paradis.

Localisation

Municipalité: Ville Saguenay
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC: Hors MRC
Lieu: Maison mère des Antoniennes de Marie, 927, rue Jacques-Cartier Est, Chicoutimi, Québec, G7H 2A3
Téléphone: 418 549-1055
Télécopieur: 418 693-8609
Site Web: http://www.soeursantoniennes.org/

Source

Soeur Cécile Paradis
Titre, rôle et fonction : Soeur Paradis a été responsable de la cuisine du Petit Séminaire de Chicoutimi de 1955 à 1966; ensuite, elle en est devenue l'économe pendant sept ans. Elle a accompli la même tâche à la maison mère durant sept autres années. Puis elle a travaillé 14 ans au Séminaire de Métabetchouan, dans divers domaines qui concernent l'entretien de la maison. En 2001, on la nomme responsable d'une unité locale à la maison mère. Actuellement, elle supervise l'unité alimentaire.
Lien avec la pratique : Soeur Paradis a travaillé comme économe aux séminaires de Chicoutimi et de Métabetchouan. Sa tâche principale concerne essentiellement la cuisine, mais elle supervise l'ensemble des services offerts. Elle est donc responsable de la cuisine des religieuses, des élèves et des prêtres, de même que de la buanderie des prêtres et des élèves.

Enquêteur : Roseline Bouchard
Date d'entrevue : 8 avril 2009

Fiches associées

  • Le service au clergé : être gouvernante dans un presbytère

    Pour les Antoniennes de Marie, travailler dans un presbytère signifie épauler le prêtre dans son sacerdoce. En général, deux ou trois soeurs travaillent dans un même presbytère. Elles sont les gouvernantes du presbytère : elles prennent en charge la cuisine, l'entretien ménager, [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: