Le tressage des rameaux chez les Antoniennes de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

Le tressage des rameaux chez les Antoniennes de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Soeurs Antoniennes de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Fabrication d’objets religieux (9290), Objet (9293)
et sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique technique et artistique (9245).

Historique général


Cocotte en rameaux
© IPIR 2009, soumis à copyright

Le tressage des rameaux fait partie d'une longue tradition chrétienne commémorant l’entrée de Jésus dans la ville de Jérusalem peu avant sa mort. C’est à dos d’âne que Jésus aurait été escorté par le peuple de Jérusalem qui l’acclamait avec des branches de rameaux. Agiter des palmes pour accueillir des héros serait une coutume très ancienne en provenance de l’Orient. Au Moyen Âge, en Italie, en Espagne et au Portugal, on s’en servait aussi lors des processions.
Cette célébration est associée à la Passion depuis la réforme liturgique de 1956. En effet, « le Dimanche qui précède les Rameaux était le Dimanche de la Passion, mais c’était le Dimanche des Rameaux que l’on faisait la grande lecture de la Passion. La réforme liturgique a supprimé le Dimanche de la Passion et a donné au Dimanche des Rameaux le nom de Dimanche des Rameaux et de la Passion » (http://catholique-nanterre.cerf.fr).
Chez les Antoniennes de Marie, ce savoir-faire est pratiqué depuis les débuts de la communauté.

Description


Cocotte et épi
© IPIR 2009, soumis à copyright

C’est à la sacristine que revient la tâche de commander les palmes de rameaux (branches d'olivier) et de les remettre aux religieuses qui souhaitent les tresser. Après avoir reçu les feuilles de rameaux, les religieuses les apportent à la messe du « dimanche des Rameaux » pour les faire bénir. Le dimanche des Rameaux est le sixième dimanche du carême. Il marque le début de la semaine sainte. C’est lors de la célébration qui a lieu à 9 h 30 que le prêtre bénit les rameaux. La bénédiction se fait avant la célébration dans le hall de la chapelle. Le prêtre fait une prière et bénit les rameaux que les religieuses tiennent dans leurs mains. Puis, les religieuses entrent dans la chapelle en procession en chantant et en tenant les rameaux à la main. Après le chant, lorsque le prête se dirige vers l’autel, les religieuses lèvent leurs rameaux vers le ciel. Lors de la célébration, le prêtre, accompagné de deux lecteurs, présente le récit de la Passion de Jésus. C’est toujours le prêtre qui lit les paroles du Christ. Cette célébration commémore deux évènements : l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem et sa Passion et sa mort sur la croix.
C’est donc après la bénédiction des rameaux qu’il est possible de les tresser en cocottes, en épis ou encore en couronnes. Bien que les agencements varient en fonction des goûts de la personne qui les tresse, les techniques restent les mêmes. Le ruban qui sert de décoration est toujours rouge, et ce, pour symboliser la Passion, l’amour du Christ. Les rameaux, toujours bénits, ont une fonction de protection. Il est recommandé de les installer au pied d’un crucifix. Comme les rameaux sont bénits, il est interdit d’en disposer comme d'un simple déchet. Les morceaux de rameaux séchés ou les épis usés sont toujours brûlés dans un grand respect, dans l’incinérateur (chaufferie) de la communauté. Les cendres sont alors récupérées pour le mercredi des Cendres qui est le premier mercredi du carême. Lors d’une cérémonie, le prêtre trace une croix avec les cendres sur le front des religieuses. Donc, les cendres sont conservées dans la sacristie et proviennent nécessairement des rameaux de l’année précédente.
Les rameaux sont donnés aux amis ou aux laïcs qui viennent en faire la demande à la communauté. Ils sont vendus principalement pour des causes humanitaires et toujours selon le principe de dons volontaires.

Apprentissage et transmission


Les Antoniennes tressant les rameaux
© IPIR 2009, soumis à copyright

Les religieuses ont appris d'autres religieuses ou encore d'un membre de leur famille, puisque cette pratique est aussi répandue « dans le monde ». Les Antoniennes ont appris ce savoir-faire aux élèves de l'École apostolique jusqu'à très récemment, soit deux ans.

Localisation

Municipalité: Saguenay
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC: Le Fjord-du-Saguenay
Lieu: Maison mère des Soeurs Antoniennes de Marie, 927, rue Jacques-Cartier , Chicoutimi, G7H 2A3
Téléphone: 418 549-1055
Télécopieur: 418 549-1322
Site Web: http://www.soeursantoniennes.org

Source

Soeurs Denise Tremblay, Solange Ouellet et Gisèle Boily sont reconnues pour leur savoir-faire dans le tressage des rameaux.

Enquêteurs : Catherine Gaumond, Roseline Bouchard
Date d'entrevue : 7 avril 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: