La mézouza — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit d'objet

La mézouza

Tradition: Judaïsme
Appartenance: Judaïsme (orthodoxe)
Groupe: Sépharade
Paroisse, congrégation ou équivalent: The Spanish & Portuguese Synagogue of Montreal (Montréal)

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique rituelle (9320), Geste rituel (9328).

Historique général


La mezouzah
© IPIR 2007, soumis à copyright

La mézouza dont il est question ici a été fabriquée en Israël, ainsi que le boîtier contenant le parchemin.

Description


Le rabbin Howard Joseph avec la mezouzah
© IPIR 2007, soumis à copyright

L’élément central de la mézouza est le parchemin qu'elle contient et sur lequel sont inscrits deux passages bibliques issus de la prière juive la plus connue, le Chémâ Israël. Ces passages, qui rappellent les commandements divins de la mézouza, sont issus du livre du Deutéronome. Le premier passage du Chémâ provient des versets 6:4 à 6:9 et le deuxième passage fait référence aux versets 11:13 à 11:21. La mézouza est un petit étui longiligne qui contient les deux textes. La lettre Shin représentant Shaddai, un des noms de Dieu, apparaît en haut et est un élément traditionnel. De plus, de petits carrés qui figurent sur l'étui représentent le kotel à Jérusalem, le mur occidental du Temple et un des lieux les plus saints pour le peuple juif. Les modèles de mézouza sont très diversifiés, les fabricants et les artisans cherchent l'innovation dans les matériaux utilisés (bois, plastique, métal, verre ou pierre), dans sa décoration et le graphisme de la lettre Shin. La provenance des mézouzot ajoute un élément spirituel à cet objet, puisqu'elles sont fabriquées en Israël.
Les versets bibliques doivent être écrits par un scribe qualifié (un sofer) avec de l'encre sur un parchemin fait de la peau d'un animal kascher. Le parchemin est ensuite roulé et le mot Shaddai est inscrit à l'arrière du rouleau. Shaddai est un des noms de Dieu et un acronyme des mots «shomer dalot Israël», qui veulent dire « protecteur des portes d’Israël ».
Le commandement de la mézouza veut que les Juifs fixent ce boîtier sur le cadre de toutes les portes du domicile, en excluant les lieux sanitaires et les pièces de rangement. De plus, la coutume veut que la mézouza soit apposée à l'entrée de la synagogue et de tous les lieux où les Juifs résident. L'étui de la mézouza est fixé à droite de la porte dans le sens de l'entrée, en biais, et à une hauteur équivalant au tiers du cadre de la porte à partir du linteau. Avant de la fixer, une bénédiction est prononcée.
La mézouza n'est pas un objet de dévotion. Cet objet rappelle les valeurs premières du judaïsme, l'amour de Dieu et les commandements, chaque fois qu’une personne entre dans une demeure. En franchissant le seuil de porte, certaines personnes ont l'habitude de poser la main ou les lèvres sur la mézouza.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
MRC: Communauté métropolitaine de Montréal
Lieu: Synagogue Spanish and Portuguese, 4894, avenue Saint-Kevin Ouest, Montréal, H3W 1P2
Téléphone: (514) 737-3695
Télécopieur: (514) 737-7430
Site Web: http://www.spanishportuguese-mtl.org

Source

Rabbin Howard Joseph
Titre, rôle et fonction : Il est le rabbin de la synagogue Spanish and Portuguese.
Lien avec la pratique : La mézouza dont il est question dans ce récit est fixée à la porte de la Iny Chapel de la synagogue.

Enquêteur : Sharon Gubbay Helfer
Date d'entrevue : 17 janvier 2008

Vidéos

Photos


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: