La kipa — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit d'objet

La kipa

Tradition: Judaïsme
Appartenance: Judaïsme (orthodoxe)
Groupe: Sépharade
Paroisse, congrégation ou équivalent: The Spanish & Portuguese Synagogue of Montreal (Montréal)

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Marque ou signe de reconnaissance (9357).

Historique général


La kipa
© IPIR 2007, soumis à copyright

La kipa dont il est question dans ce récit est ordinaire, puisqu’il s’agit d’une de ces kipas noires produites en masse.

Description


La manière de porter la kipa
© IPIR 2007, soumis à copyright

Il existe une grande variété de formes et de couleurs de kipa. Généralement, le diamètre des kipot (pluriel) varie entre 10 et 24 cm. De nos jours, en Israël, des personnes portent de très petites kipot, de style « timbre-poste ».
Le symbolisme de la kipa relève de la dimension spirituelle et de l'univers sociologique, où elle peut communiquer toutes sortes d'informations.
La loi orale, le Talmud, explique que le port de la kipa veut rappeler que Dieu est l'Autorité suprême « au-dessus de nous » (Talmud, Kiddouchin 31a). Le geste de placer un objet tangible et symbolique sur la tête est censé nous rappeler que Dieu est omniprésent. La kipa est donc un moyen d'exprimer le sens profond de son respect pour Dieu. Dans la fabrication (par qui, de quoi, où) et les motifs qui apparaissent sur la kipa, on trouve un champ riche d'expressions personnelles. Les femmes peuvent en tricoter pour leur conjoint, leurs enfants et leurs petits-fils. Différentes kipot peuvent être associées, par exemple, à différentes écoles secondaires, différentes tendances juives ou différentes provenances géographiques. De plus, la créativité commerciale a créé une gamme quasi-infinie d'options. On peut maintenant y afficher son pays d'origine, son club de hockey, son personnage de bande dessinée préféré ou un événement spécial, Bar Mitsva, mariage…
Les hommes juifs orthodoxes portent la kipa en tout temps. Il y en a, moins pratiquants, qui vont mettre la kipa seulement lorsqu’ils entrent dans une synagogue, lorsqu’ils assistent à un événement à caractère religieux ou lorsqu’ils mangent avec des Juifs davantage orthodoxes, puisque le repas est accompagné de bénédictions.
Une kipa peut être fabriquée à la machine ou à la main. Elle peut aussi être tricotée à partir de ficelle ou fabriquée avec différentes sortes de tissu ou de cuir. Des informations relatives à un événement particulier ou des logos peuvent de plus être imprimés sur la kipa.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
MRC: Communauté métropolitaine de Montréal
Lieu: Synagogue Spanish and Portuguese, 4894, avenue Saint-Kevin Ouest, Montréal, H3W 1P2
Téléphone: (514) 737-3695
Télécopieur: (514) 737-7430
Site Web: http://www.spanishportuguese-mtl.org

Source

Schachar Orenstein
Titre, rôle et fonction : Schachar Orenstein est rabbin principal à la synagogue Spanish and Portuguese.
Lien avec la pratique : Il parle de sa kipa personnelle.

Enquêteur : Sharon Gubbay Helfer
Date d'entrevue : 15 janvier 2008

Fiches associées

  • Le talith, châle de prière

    À l’exception des taliths de fabrication artisanale dont le tissu et les motifs peuvent varier, un talith standard est caractérisé par un long rectangle de laine sur lequel sont tracées plusieurs lignes de différentes couleurs (généralement noir, bleu, ou blanc). Le talith est pourvu [...]
  • Les phylactères

    Les phylactères sont fabriqués là où il y a une large concentration de la population juive, soit en Israël et aux États-Unis. Le phylactère se compose de deux boîtes en cuir contenant des morceaux de parchemin. Le phylactère qui est porté sur le [...]

Vidéos

Photos


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: