La dévotion des Sulpiciens au Saint-Sacrement — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La dévotion des Sulpiciens au Saint-Sacrement

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Montréal
Communauté religieuse: Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice au Canada (Sulpiciens)

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Prière (9352).

Historique général


Le Saint-Sacrement
© IPIR 2007, soumis à copyright

En réaction au protestantisme concernant la présence réelle du Christ dans l’hostie consacrée, l’Église catholique a favorisé la dévotion au Saint-Sacrement (vénération de la présence du Christ dans l’hostie consacrée). L’Église a préconisé des périodes de prières appelées les heures saintes, particulièrement le premier vendredi du mois où le Saint-Sacrement (hostie consacrée) est exposé sur l’autel dans un ostensoir. 


L'adoration du Saint-Sacrement favorise la dévotion des fidèles qui peuvent venir passer une heure ou deux devant le Saint-Sacrement. La dévotion ou visite au Saint-Sacrement est un élément central du culte chez les Sulpiciens. Cet élément cultuel remonte au fondateur, M. Olier, qui insistait beaucoup sur la Bible, sur la célébration de la messe et sur l'importance de rendre visite gratuitement au Saint-Sacrement. Ainsi, depuis l'origine de la Compagnie, une dévotion profonde au Saint-Sacrement est inculquée aux futurs prêtres pendant leur formation. Tous les dimanches, on célébrait les vêpres solennelles et l’exposition du Saint-Sacrement à la fin de la cérémonie. Dans leur formation, on demandait aux sulpiciens de faire chaque jour une visite à l’église devant le Saint-Sacrement. 


Lorsque M. Cousineau était séminariste, se tenait avant la messe une demi-heure de méditation avec un thème, régulièrement celui du Saint-Sacrement. M. Demers rappelle l'existence d'une pratique qui ne se fait plus aujourd'hui : tous les séminaristes allaient passer une demi-heure devant le Saint-Sacrement en habit de choeur pour prier au nom de la communauté. Cela se faisait en groupe de deux selon plusieurs plages horaires de prières dans la semaine, car il y avait à l'époque 250 séminaristes.

Description


L'adoration du Saint-Sacrement
© IPIR 2007, soumis à copyright

Chez les sulpiciens et les séminaristes, la visite du Saint-Sacrement se veut un temps de recueillement et de prière pour le Seigneur et la communauté. Cette dévotion comporte deux pôles : la visite personnelle au Saint-Sacrement et l'exposition (ou adoration) du Saint-Sacrement qui se fait une fois par semaine. Aujourd'hui, la cérémonie se déroule le jeudi soir. De cette manière, une heure est réservée devant le Saint-Sacrement, souvent avec les vêpres (moment de prière en commun de l'office divin qui se déroule le soir). 


La prière silencieuse devant le Saint-Sacrement conserve toujours une grande importance à Saint-Sulpice. Tous les croyants peuvent s'adonner à la dévotion au Saint-Sacrement: sulpiciens, séminaristes et fidèles dans certains lieux de culte. Cette pratique n'est donc pas exclusive à Saint-Sulpice. Mais elle demeure très prisée par la Compagnie. Pour les sulpiciens et les séminaristes, la visite ou l'adoration du Saint-Sacrement se déroule à la chapelle du Grand Séminaire. L'adoration prolongée a lieu à la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes, lieu d'adoration eucharistique situé au centre-ville de Montréal. Des adorations se déroulent aussi à la Basilique Notre-Dame, mais il s'agit davantage d'un lieu pour les célébrations à grands déploiements (fêtes, mariages, funérailles). L'adoration se fait dans la plupart des paroisses. Au Grand Séminaire, les groupes de séminaristes proposent des formules de prières originales à l'occasion. L'intention de prière et de recueillement demeure inchangée. 


Depuis 2005, à la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes desservie par les Sulpiciens, se tient une session d'adoration prolongée (les anciennes 40 heures) où des groupes de fidèles sont invités à venir se succéder pour la prière. Cela se déroule dans le cadre de la semaine Jeanne-Le Ber, initiée par les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame. La semaine Jeanne-Le Ber se déroule entre la fin septembre et le début octobre, autour de la date du décès de cette recluse importante de l'histoire montréalaise. C’est l’occasion de renouer avec la tradition de l'adoration prolongée, qui est adaptée au contexte actuel. Tous les jours à cette même chapelle, le Saint-Sacrement est exposé entre les messes de midi et de 17 heures. La pratique de l'adoration prolongée se fera à nouveau dans les prochaines années, étant donné son franc succès auprès des fidèles. 


M. Demers estime qu'il y a actuellement une redécouverte de l'adoration chez plusieurs fidèles, une manière de compenser pour le rythme trépidant de la vie moderne. La dévotion au Saint-Sacrement est toujours encouragée à Saint-Sulpice. Mais elle se veut plus personnelle et mieux adaptée à la réalité des Sulpiciens. Les objets liés à la dévotion au Saint-Sacrement sont l'hostie consacrée et l'ostensoir. Objet distinctif et signe visuel très fort, l’ostensoir permet de faire une prière communautaire plus facilement. M. Demers indique que cela peut se faire uniquement en présence du tabernacle (là où l'hostie se trouve), le défi de la foi étant le même. Le moment et la durée au cours desquels la cérémonie se déroule sont variables.

Apprentissage et transmission


Le père Marcel Demers
© IPIR 2007, soumis à copyright

Les Sulpiciens encouragent vivement la dévotion au Saint-Sacrement dans la formation des séminaristes. Certains prêtres sulpiciens promeuvent également l'adoration du Saint-Sacrement auprès des fidèles dans les paroisses.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
MRC: Communauté métropolitaine de Montréal
Lieu: Grand Séminaire de Montréal, 2065, rue Sherbrooke Ouest, Montréal, H3H 1G6
Téléphone: 514 935-1169
Site Web: http://www.sulpc.org

Source

Les pères Marcel Demers et André Cousineau
Titre, rôle et fonction : En 2007, Marcel Demers était prêtre en paroisse dans l'Unité pastorale qui recouvre la Basilique Notre-Dame et la paroisse Saint-Jacques. Cette dernière comprend la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes et la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours. M. Demers s'occupe également de la formation liturgique des séminaristes au Grand Séminaire de Montréal. Il a été membre de l'équipe de direction de cette institution pendant 21 ans. André Cousineau est aujourd'hui prêtre sulpicien retraité. Il est membre du comité du patrimoine de Saint-Sulpice.

Enquêteur : Mathieu Tremblay
Date d'entrevue : 4 décembre 2007

Fiches associées

  • L'usage cultuel de l'ostensoir

    Cet ostensoir est le résultat d’un travail d'orfèvrerie de grande qualité. Il est fabriqué principalement de métaux précieux. L’ostensoir porte la marque d'un poinçon ayant pour mention : Paris 1686-1687. Le pourtour de la base laisse voir une couronne portant les dates 1684-1687 [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: