L'intervention des Augustines de Roberval auprès des alcooliques — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

L'intervention des Augustines de Roberval auprès des alcooliques

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Augustines de la Miséricorde de Jésus

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262).

Historique général


Le bureau de soeur Jeanne d'Arc Bouchard
© Archives A.M.J.R., soumis à copyright

Dès 1918, les Augustines de Roberval se sont organisées à l’image d’une communauté quasi-autonome, dotée de ses propres particularités, et ce, dans le respect du charisme général et des règlements établis par l’ensemble des Augustines de la province.
Les Augustines ont à prononcer quatre vœux, à savoir ceux qui appartiennent à toute communauté religieuse, soit les vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté. Le quatrième vœu qu’elles prononcent touche la miséricorde à l’égard des malades et des pauvres. Dès 1963, les Augustines de Roberval ont su exprimer ce vœu de miséricorde en accomplissant leurs tâches à l’Hôtel-Dieu Saint-Michel, mais aussi en intervenant auprès de personnes éprouvant des problèmes d’alcool.
En 1969, l’hôpital de Roberval inaugure le département Saint-Antoine qui compte 25 lits réservés aux soins des alcooliques. Le département ferme ses portes en 1987, date à partir de laquelle un bureau destiné à des rencontres avec des personnes alcooliques est ouvert à l’intérieur même du monastère des Augustines de Roberval. Un centre de réadaptation pour le traitement des alcooliques est alors ouvert à Roberval. Ce centre est toujours opérationnel. Il a d’ailleurs servi de modèle à bon nombre de centres de la province. Les interventions offertes aux femmes vivant avec des personnes ayant des problèmes d’alcool ont commencé en 1976 à l’hôpital de Roberval. Elles se sont poursuivies de 1983 jusqu’à aujourd’hui au monastère même des Augustines de Roberval.

Description


Soeur Jeanne d'Arc Bouchard
© IPIR 2009, soumis à copyright

Le modèle d’intervention des Augustines de Roberval auprès des alcooliques est fondé sur le programme d'action proposé par le mouvement des Alcooliques Anonymes développé aux États-Unis, notamment à New York dans les années 1935. Dans sa version publiée en français, voici les douze (12) étapes que propose ce programme de rétablissement :
Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool, que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.
Nous en sommes venus à croire qu'une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.
Nous avons décidé de confier notre volonté et nos vies aux soins de Dieu tel que nous Le concevions.
Nous avons courageusement procédé à un inventaire moral minutieux de nous-mêmes.
Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.
Nous avons pleinement consenti à ce que Dieu élimine tous ces défauts de caractère.
Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos déficiences.
Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et consenti à leur faire amende honorable.
Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes partout où c'était possible, sauf lorsqu'en ce faisant, nous pouvions leur nuire ou faire tort à d'autres.
Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.
Nous avons cherché, par la prière et la méditation, à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevions, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l'exécuter.
Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d'autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.
Avant 1987, ce stage comportait une hospitalisation de 15 jours au département Saint-Antoine sous surveillance médicale. Après cette date, les stagiaires étaient reçus au centre de Roberval. Ils étaient sous la surveillance de travailleurs sociaux et bénéficiaient de l'aide de conseillers. Même après 1987, soeur Jeanne D'Arc Bouchard a continué à intervenir auprès des alcooliques de façon bénévole. Au fil des ans, elle a accompagné plus de 10 000 personnes. À la fin de leurs stages, les personnes ont pris l'habitude de lui offrir un coq décoratif en guise de remerciement, de sorte que la collection de Sr Bouchard en compte presque 500, de formes, de couleurs et de provenances diverses.
Le programme d'intervention auprès des femmes d’alcooliques a toujours comme point de départ l'approche proposée par l'Association des Alcooliques Anonymes des États-Unis, décrit antérieurement. Toutefois, le programme a connu certaines modifications spécifiques, en accordant plus d'importance aux premières étapes, en insistant sur le slogan « faire la paix avec le passé pour l'empêcher de ruiner le présent ». Ainsi, on a développé une formule particulière selon laquelle ce sont les patients mêmes qui arrivent à trouver des solutions à leurs problèmes. Cette formule prend la forme de rencontres individuelles ou collectives. À l'époque, les patientes étaient hospitalisées entre 15 et 30 jours. À partir de 1983, elles ont été admises comme visiteuses au monastère des Augustines.
La première démarche à franchir consiste en une période de 48 heures de repos physique et spirituel; après quoi la responsable rencontre la patiente et l'aide à identifier et à exprimer sa souffrance et ses émotions. La patiente participe ensuite aux rencontres de groupe comptant entre 20 et 30 personnes. Ces rencontres prennent la forme de séances au cours desquelles une lumière est allumée et où chaque personne exprime ses problèmes, dans une écoute respectueuse, sans commentaires de la part des autres. Souvent, les femmes continuent à se rencontrer et à partager leurs problèmes en dehors du monastère des Augustines, en formant ensemble des groupes et des associations dans de nombreuses villes de la province (Alma, Dolbeau, La Malbaie, Québec, Montréal). À présent, cette œuvre d'intervention auprès des alcooliques et des femmes vivant avec des alcooliques continue à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du monastère des Augustines de Roberval.
L’intervention des Augustines de Roberval auprès des alcooliques et des femmes vivant avec des alcooliques s'inscrit dans une série remarquable d'actions sociales que de nombreuses communautés religieuses catholiques du Québec ont privilégiées depuis leur implantation dans la province. Dans le paysage social de la Nouvelle-France et du Québec d'avant les années 1970, ces interventions sociales constituent un véritable travail social « avant la lettre », qui impressionne de par la modernité qu'il apporte, compte tenu des mentalités de l'époque. Au cours des années 1960, l'œuvre des Augustines de Roberval auprès des alcooliques et auprès des femmes vivant avec des alcooliques a servi de modèle pour les associations et les centres ouverts dans d'autres villes, comme Alma, Dolbeau, La Malbaie, Québec et Montréal.

Apprentissage et transmission


Collection de coqs
© IPIR 2009, soumis à copyright

Deux sources ont inspiré les Augustines de Roberval dans leur intervention auprès des personnes ayant des problèmes d'alcool : le quatrième vœu de leur charisme, qui concerne la miséricorde envers les malades et les pauvres et réglementé depuis plusieurs siècles dans leurs constitutions écrites; et le programme de réhabilitation en 12 étapes, proposé par le mouvement des Alcooliques Anonymes fondé aux États-Unis. La transmission de leurs expériences dans ce domaine se fait présentement au sein de la société laïque, soit dans des centres publics de réadaptation en alcoolisme, soit par diverses associations à but non lucratif qui regroupent bon nombre de leurs anciens patients, heureux de transmettre ce qu'ils ont appris en matière de solutions spirituelles pour régler leurs problèmes d'alcool.

Localisation

Municipalité: Roberval
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC: Le Domaine-du-Roy
Lieu: Monastère de l'Hôtel-Dieu de Roberval, 414, rue Brassard, Roberval, G8H 2E1
Téléphone: (418) 275-5097
Site Web: http://www.augustines.ca

Source

Soeur Jeanne D'Arc Bouchard et sa consoeur
Lien avec la pratique : Sœur Jeanne D'Arc Bouchard a été responsable des soins accordés aux alcooliques à l'Hôtel-Dieu Saint-Michel de Roberval entre 1963 et 1987. À compter de cette date, elle a collaboré avec le Centre de réadaptation en alcoolisme de Roberval. Depuis 1976, sa consœur travaille à l'intérieur de l'hôpital ou du monastère, comme responsable de l'intervention auprès des femmes vivant avec des personnes ayant des problèmes de toxicomanie.

Enquêteurs : Alina Nogradi, Maude Redmond Morissette
Date d'entrevue : 27 mai 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: