Récit de pratique culturelle

Transmettre la culture et la spiritualité: Immersion School - Rotiwennakehte

Tradition: Spiritualité autochtone
Appartenance: Spiritualité autochtone (Mohawks)
Groupe: La communauté de Kanesatake
Paroisse, congrégation ou équivalent: La communauté de Kanesatake (Mohawks)

Classé sous Système de croyance (9100), Phénomène naturel et vision du monde (9110).

Historique général


Centre de la culture et de langue de Kanesatake et Immersion School
© IPIR 2009, soumis à copyright

Dans les années 1970, un sentiment de fierté à l'égard de la culture et un besoin de transmettre les savoirs traditionnels se sont développés dans les communautés mohawks. À cette époque, les familles traditionalistes étaient devenues rares et le respect des cultes et des croyances était un sujet tabou. Dans la communauté de Kahnawake, le mohawk est enseigné comme une matière au même titre que les autres depuis 1971 alors qu'à Kanesatake, c'est en 1993 que la communauté a pris ses propres mesures: réunir des artistes, des traducteurs, des techniciens informatiques, des chercheurs dans le but de créer une base plus solide pour préserver la langue mohawk. Le Centre culturel et de langue de Kanesatake existe depuis 1970, mais le programme pour la langue mohawk a été instaurée à l’arrivée de madame Nicholas. Avec les années, de plus en plus de familles ont renoué avec leurs racines culturelles et ont choisi une éducation privilégiant l'apprentissage des savoirs ancestraux et la transmission orale de légendes et de connaissances sur la culture. Cet intérêt arrive à son apogée dans les années 1990, avec la création de l'école d'immersion en 1992. Au début, celle-ci comprenait des classes de la première jusqu'à la sixième année. Maintenant, compte tenu de sa situation financière, l’école ne reçoit que les élèves de première et de deuxième année (garden, first, second). Cela permet toutefois de recevoir les élèves alors qu’ils sont jeunes. La manière la plus efficace de leur apprendre définitivement le mohawk est en effet de l'enseigner à partir de la petite enfance.

Description


Livrets de contes et légendes
© IPIR 2009, soumis à copyright

Dans la communauté, en 2009, il y avait trois écoles : la Federal School (Aronhiatékha's), la Immersion School (Rotiwennakehte ) et la High School (Ratihen:te). En plus de l'enseignement de la langue mohawk, on retrouve celui des savoirs traditionnels. La mission de la Rotiwennakehte School est d'apprendre aux enfants la langue Kanien’keháka, soit la langue mohawk. La langue mohawk a sa propre terminologie sur le respect, le savoir et la culture. Selon Hilda Nicholas, la langue est porteuse des émotions et des croyances.


Selon Hilda Nicholas, la langue, la politique locale et la religion sont interreliés et forment un système chez les Mohawks. Les contes et légendes, les savoirs traditionnels et les rituels forment un système de croyances dont les éléments s'imbriquent les uns aux autres. Le Centre culturel et de langue Tsi Ronterihwanónhnha Ne Kanien'kéha de Kanesatake a développé des outils pour enseigner plus aisément la langue et la culture mohawk aux jeunes. C'est un premier pas pour une meilleure compréhension de leurs origines culturelles et de la dimension spirituelle de leur société. Parmi les documents produits par le Centre culturel et de langue se trouvent de nombreux livres s'adressant au grand public et présentant des légendes mohawks. Certains d'entre eux traitent entre autres du récit de la création. Ces ouvrages sont illustrés par des artistes mohawks de la communauté. Une grande partie du matériel scolaire est traduit en mohawk. On y retrouve des légendes illustrant le caractère systémique du savoir autochtone, qui touche différentes sphères de l'existence. Un livre contiendra, par exemple, une légende expliquant à la fois les origines d'une divinité ou d'un culte et les propriétés médicinales d'une plante. Il y a une légende qui explique aux enfants les codes de la société mohawk. En sixième année, les élèves ont un cours nommé Speaking Locally. Ils apprennent les fonctionnements du système politique du conseil traditionnel mohawk. 


La journée typique pour les élèves du programme d'immersion (Immersion School) débute par une prière de remerciements personnalisée au créateur en mohawk. Les jeunes sont placés selon leur clan, les garçons d'un côté et les filles de l'autre. La tradition à la maison longue est la même : ce sont les filles qui choisissent le garçon qui s'exprimera lors des différentes discussions.  Elle poursuit en expliquant que les Mohawks ont leur propre vérité du monde, incluant un respect total pour l’environnement. Par exemple, l'aigle représente, pour eux, la force de tous les oiseaux, l'érable est le roi de tous les arbres, parce qu'il produit l'eau d'érable et la terre apporte la nourriture et les médicaments. Hilda Nicholas considère que ce qui distingue son peuple des autres est sa cosmogonie. Chaque matin, les Mohawks traditionnalistes offrent leur respect à la Terre Mère (Mother Earth) et au créateur. Ils remercient le créateur pour le jour, les plantes et l'eau. C'est ainsi qu'ils entament leur journée. 


Des danses sociales traditionnelles font partie d'un moment d'activité physique obligatoire. Les gens qui travaillent à l'école discutent en mohawk entre eux et avec les élèves. Ils enseignent aux jeunes tous les cours réguliers, en plus de la culture. Enfin, les professeurs saisissent les opportunités d'intégrer le plus d'éléments culturels possibles aux leçons. La mission de l'école d'immersion est de rendre les enfants qui la fréquentent, des membres qui contribueront positivement à la société kanien'kehaka (mohawk).

Apprentissage et transmission


Hilda Nicholas
© IPIR 2009, soumis à copyright

Chez les Autochtones, les sphères spirituelles, politiques et culturelles s'articulent généralement à l'intérieur d'un même système cohérent. Hilda Nicholas considère que l'enseignement de la langue a des répercussions sur toute la vie d'un individu. Ainsi, un projet, tel que l'Immersion School de Kanesatake, signifie, pour les jeunes, une clé vers la compréhension des modes de vie de leurs ancêtres et, ultimement, des personnes qu'elles sont collectivement. Hilda Nicholas considère que les légendes, qui traitent de la vie traditionnelle et spirituelle mohawk, transmettent une vision du monde. En effet, apprendre aux jeunes leur langue maternelle ou celle de leurs parents leur donne accès à une connaissance du monde particulière.  


Le Centre culturel et de langue a publié un très grand nombre de légendes mohawks sous forme de livrets. Pour l'élève ayant appris la matière enseignée à l'école d'immersion, il ne s'agit pas strictement d'une éducation didactique d'une langue seconde, il s'agit d'un retour vers soi et de la concrétisation des divers savoirs et mentefacts culturels qui l’entourent encore dans sa vie actuelle. Un tel travail, c'est-à-dire rendre disponible le matériel et mettre en place les ressources humaines, est nécessaire afin que les aspects fondamentaux et spirituels de la culture mohawk ne se perdent pas au fil des générations.

Localisation

Municipalité: Kanesatake
Région administrative: 15 Laurentides
MRC: Deux-Montagnes
Lieu: Immersion School - Rotiwennakehte , 14, rue Joseph Swan RR1, Kanehsatà :ke, J0N 1E0
Téléphone: 450-479-8358
Télécopieur: 450-479-6022

Source

Kanerahtenhá:wi Hilda Nicholas
Titre, rôle et fonction : Directrice du Centre culturel et linguistique de Kanesatake
Lien avec la pratique : Elle développe du matériel scolaire pour l'enseignement de la langue mohawk dans un contexte d'intégration des savoirs traditionnels.

Enquêteur : Valérie Roussel
Date d'entrevue : 22 juillet 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: