La communauté mohawk de l'Église unie de Kanesatake — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

La communauté mohawk de l'Église unie de Kanesatake

Tradition: Christianisme
Appartenance: Protestantisme
Groupe: Église Unie
Paroisse, congrégation ou équivalent: Kanehsatake United Church (Kanehsatake)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


Église unie de Kahesatake
© IPIR 2009, soumis à copyright

Sose (Joseph) Onasakenrat, arrière-grand-père de Harvey Gabriel, est une figure marquante de la communauté de Kanehsatake. Il fut chef de la communauté mohawk et missionnaire méthodiste à Kanehsatake. Né en 1845, il étudie durant quatre ans pour devenir prêtre. Il entre au séminaire de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice où il sera secrétaire. Entre temps, il est élu chef de la communauté mohawk de Kanehsatake, en 1868. En avril 1718, le roi Louis XV avait accordé aux sulpiciens une seigneurie au lac des Deux-Montagnes. Cette concession faisait l'objet de litiges entre la Compagnie et les Mohawks. Onasakenrat défendait activement les droits territoriaux des Mohawks auprès du gouvernement fédéral. En 1868, il se rend à l’église des sulpiciens et devant une audience de 400 personnes déclare que les sulpiciens n'ont aucun droit sur les terres ancestrales. Selon son arrière-petit-fils, il serait entré dans l'église pendant le service aurait dit: « Sortez d’ici, ce prêtre sulpicien est avec des gens qui volent nos terres. » Onasakenrat renie alors son appartenance au catholocisme. Cette même année, Charles-Paschal-Télesphore Chiniquy vient prêcher à Oka. Les tensions dans la communauté palpables. C'est alors qu'un groupe de Nohawk demande à l'Église méthodiste d'envoyer un missionnaire à Kanehsatake. Une communauté méthodiste, qui se joindra plus tard à l'Église unie, sera fondée. Onasakenrat demeura actif dans la vie politique et dans la vie religieuse de la communauté de Kanehsatake.  Il traduisit une partie de la Bible qui fut publiée en 1880. Une de ses traductions est à Kahnawake, d’autres à Akwesasne. Enfin, plusieurs de ces livres se trouvent entre les mains de la communauté protestante de Brantford, Ontario.   


Dans les années 1990, plusieurs Amérindiens ont abandonné la religion chrétienne pour revenir à la religion traditionnelle autochtone. L'Église unie, comme plusieurs Églises protestantes, a perdu beaucoup de membres. Avant les années 1990, une soixantaine de personnes participaient au service, aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une vingtaine. Comme partout, très peu de jeunes fréquentent l'église.   


Il y a un service par semaine à l'Église unie de Kanehsatake. Le culte débute toujours avec une hymne mohawk, l'ordre des événements est le suivant: ouverture, doxologie, hymnes, prières, lecture de la Bible et annonces. On termine la cérémonie par un hymne, parfois en mohawk.  Le pasteur actuel apprend le mohawk et dit quelques mots en langue mohawk pendant la célébration. Le service dure de quarante-cinq minutes à une heure. M. Harvey Gabriel y participe depuis qu’il est petit. Il y fait la lecture de la Bible tous les dimanches. Autrefois, d’après son oncle, il y avait trois services par semaine : le dimanche matin, le dimanche soir et le mercredi soir (en plus de l’étude de la Bible).  La communion avec le pain et le vin est offerte deux ou trois fois par année.   C'est donc un événement particulier qui dure plus longtemps et qui est bien organisé. Il y a toujours quelque chose de spécial autour de la communion. Il y a parfois des célébrations après le service et une réception au sous-sol, où est servi un goûter. Chaque année, le 21 juin, lors du Aboriginal Sunday, les gens de Hudson viennent célébrer à l'église. Le 1er septembre, ce sont les gens de Kanesatake qui se rendent à Hudson.    


Des activités sont offertes par l'Église. Par exemple, le mercredi après-midi, après l'école, M. Gabriel rencontre un groupe de sept adolescents. Quelques fois dans l'année, un Mi’kmaq vient jouer du tambour. C’est le seul moment où un tambour est inclus dans la messe. On n'utilise pas d'herbes lors des cérémonies. Il n’y a pas de particularités mohawks dans les cérémonies religieuses. Seul quelques objets et le décor de l'église rappelle que nous sommes dans un lieu de culte fréquenté par la communauté mohawk.    


Quelque soit leurs croyances, chaque année, au matin de Pâques, les gens de la communauté se rendent individuellement à une source d'eau pour s’y nettoyer le visage. Il s'agit d'un rituel transmis oralement de générations en générations. Ce rituel tient dans cette histoire relatée par M. Gabriel: «Il y a très longtemps a vécu un Seneca qui, à 30 ans, a traversé l'océan. Il a réuni tous les gens et leur a dit: "Je vais traverser la rivière, l'océan, je vais y aller." Il a pris une peau d'ours et il l'a tendu sur un arbre et leur a dit: "Regardez la peau chaque matin. Quand vous y verrez du sang couler, c'est qu'ils m'auront tué de l'autre côté." Il a traversé, dit M. Gabriel. Un matin, le chef a dit: "Oh! Il y a du sang." Alors il a dit au peuple: “Allez laver votre visage avec de l'eau de source, car ce n‘est pas nous qui avons tué Jésus, ce sont eux.” » À Kanehsatake, la tradition a été gardée, si bien que l'eau de printemps est considérée comme un médicament. On asperge une personne malade avec cette eau.  M. Gabriel en a une bouteille dans sa chambre, beaucoup de gens la conserve pendant l'année. Lors des baptêmes, on l'utilise comme eau bénite.    


Les principales célébrations de l'Église unie sont Pâques, la Pentecôte, le dimanche autochtone (depuis 10 ans) et l'action de grâce. Dans l’église de Kanehsatake, le ciege brûle chaque dimanche et dure un an. Il est renouvelé à tous les Noël. Selon M. Gabriel, la signification de cette chandelle est la suivante: la chandelle appartient à Jésus. Elle permet d'inviter Jésus ou le créateur à se joindre au service. La coutume d'allumer une flamme a commencé il y a dix ans. Un groupe d'Amérindiens désirait tenir une flamme allumée, le feu étant important pour les peuples autochtones. La flamme est un lien avec les traditions, elle permet de renouer avec elles.

Localisation

Municipalité: Kanesatake
Région administrative: 15 Laurentides
MRC: Deux-Montagnes
Lieu: Église Unie d'Oka, 209, rue des Anges, Oka, J0N 1E0
Téléphone: 450-479-6317

Source

Satewas Harvey Gabriel
Titre, rôle et fonction : Il est membre de la congrégation de l'Église unie de Kanehsatake et traducteur de la Bible en mohawk

Enquêteur : Valérie Roussel
Date d'entrevue : 16 juillet 2009

Photos


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: