La fabrication de crucifix « ensanglantés » par les Adoratrices du Précieux-Sang — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

La fabrication de crucifix « ensanglantés » par les Adoratrices du Précieux-Sang

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Saint-Hyacinthe
Communauté religieuse: Soeurs adoratrices du Précieux-Sang

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique technique et artistique (9245).

Historique général


Adoratrice peignant un crucifix ensanglanté
© Archives Adoratrices du Précieux-Sang, soumis à copyright

La tradition des crucifix ensanglantés chez les Adoratrices du Précieux-Sang existe depuis l'époque de la fondation, en 1861. Déjà dans les années 1860, les religieuses peignaient les plaies de Jésus sur la croix en y apportant une attention particulière. Cette pratique est étroitement liée à la dévotion première de la communauté, le Précieux-Sang. Pour les Adoratrices, la passion du Christ est indissociable du sang versé par Jésus comme preuve de l'amour profond qu'il a pour ses fidèles. Plusieurs monastères du Précieux-Sang fabriquaient des crucifix ensanglantés, notamment celui de Nicolet et de Sherbrooke. Il s'agissait d'une source de revenus non négligeable pour ces monastères. Depuis l'arrêt de la production des corps de plâtre au monastère de Nicolet, les religieuses ne peignent plus de crucifix ensanglantés.

Description


Croix de bois et corpus en plâtre
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le crucifix ensanglanté se différencie du crucifix standard par l'apparence des plaies du Christ et du sang qu'il a versé sur la croix: «L'essentiel, pour ensanglanter convenablement un crucifix, c'est de disposer les plaies, meurtrissures, coups de fouets, etc, de manière à ce que l'aspect soit saisissant sans toutefois qu'il ne choque l'œil.» (Directoire des officières des Sœurs du Précieux-Sang, 1894, p. 422) Les cinq plaies du Christ apparentes sur ce type de crucifix sont les plaies aux pieds, aux mains et au cœur, accompagnées des autres meurtrissures, dont celles provenant de la couronne d'épines à la tête, du poids de la croix sur les épaules et des coups de fouets au torse.
Pour peindre un crucifix ensanglanté conforme à l'évangile, la religieuse doit suivre quelques prescriptions élémentaires, comme le mentionne le directoire des Adoratrices du Précieux-Sang: «Les plaies des mains et des pieds devront toujours être débordantes de sang, ainsi que celle du cœur. Cette blessure se fait au côté droit, entre la première et la deuxième côte et très peu en travers. Il doit en jaillir des flots de sang qui descendent jusqu'au suaire. Quant le Christ n'est pas représenté comme mort, il ne faut pas mettre l'ouverture du côté, puisque la lance n'a percé Notre-Seigneur qu'après qu'il eût expiré.» (Directoire des officières des Sœurs du Précieux-Sang, 1894, p. 422)
La fabrication d'un crucifix ensanglanté se faisait en plusieurs étapes. Dans un premier temps, le corps en plâtre du crucifix devait être moulé et la croix en bois taillée par l’un des employés des différents monastères. La religieuse devait poser une broche en métal à l'arrière du corps de plâtre pour faciliter son installation sur la croix. Avant de commencer l'application de la peinture, le corps de plâtre était sablé afin d'adoucir sa surface. La peinture était appliquée en plusieurs étapes, échelonnées sur quelques jours. La couleur rouge imitant le sang était appliquée à la toute fin. Puisqu'il y avait plusieurs périodes de séchage, les religieuses faisaient des crucifix en série. Toutefois, chaque crucifix ensanglanté était différent et unique. Ces crucifix ensanglantés de six, huit ou douze pouces étaient fort en demande dans la population. De plus, toutes les religieuses du Précieux-Sang ont, encore aujourd'hui, un crucifix ensanglanté dans leur cellule, à même leur oratoire personnel. Le monastère du Précieux-Sang de Saint-Hyacinthe possède toujours bon nombre de ces crucifix et les expose sur les murs.

Localisation

Municipalité: Saint-Hyacinthe
Région administrative: 16 Montérégie
MRC: Les Maskoutains
Lieu: Monastère du Précieux Sang, 2520, rue Girouard Ouest, C.P. 401, Saint-Hyacinthe, J2S 7B4
Téléphone: (450) 773-0330
Télécopieur: (450) 252-4407
Site Web: http://www.adoratrices.net

Source

Soeur Ursule Grenier
Lien avec la pratique : Entrée au monastère du Précieux-Sang de Sherbrooke en 1933 à l'âge de 18 ans, sœur Ursule Grenier est affectée à l’office des crucifix ensanglantés après ses vœux perpétuels. Tout en travaillant à d'autres offices au fil des ans, Sr Grenier a produit des crucifix de la fin des années 1930 jusqu'à la fermeture du monastère de Sherbrooke en 1991.

Enquêteurs : Louise Saint-Pierre, Maude Redmond Morissette
Date d'entrevue : 2 juin 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: