Le tour des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph: les échanges avec le monde extérieur — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit d'objet

Le tour des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph: les échanges avec le monde extérieur

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Montréal
Communauté religieuse: Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph

Classé sous Organisation religieuse (9200), Fonctionnement (9220), Code/contrôle (9222).

Historique général


Le tour
© IPIR 2009, soumis à copyright

Le tour est un des seuls moyens de communication avec l'extérieur pendant des siècles pour une grande majorité de communautés religieuses féminines. Il est indéniablement un élément du patrimoine pour ces religieuses.

Le tour du monastère de l'Hôtel-Dieu est celui qui avait été installé dans le premier monastère des Hospitalières de Saint-Joseph, sur la rue Saint-Paul à Montréal. Sur les plans du XVIIe siècle, l'emplacement pour un tour était clairement indiqué. En 1861, on déménage le tour dans le nouveau monastère au pied du Mont-Royal, où il subit des modifications mineures, afin qu'il soit adapté au nouveau bâtiment.

Dans les années 1940, plusieurs communautés sont décloîtrées progressivement. Par conséquent, le meuble cesse peu à peu d’être utilisé. Les tours existent encore aujourd'hui dans certaines communautés qui demeurent cloîtrées. Le tour permet aux soeurs de vivre en moniales cloîtrées et de respecter ainsi la règle religieuse à laquelle elles se sont contraintes. De la même manière que les murs de l'enceinte, le tour a pour rôle de garder l'espace du monastère limité aux religieuses de la communauté, tout en permettant un échange contrôlé avec le monde extérieur.

Concrètement, le tour permet à la soeur tourière de recevoir ou d'échanger les objets ou les produits donnés par les laïcs à la communauté. Il peut s’agir de courrier, de papeterie, de cadeaux, de tissus, d’aliments, etc.. Lorsqu'un visiteur de l'extérieur venait voir la soeur tourière, il actionnait une cloche et la soeur venait à sa rencontre. Ils pouvaient ensuite échanger verbalement par une grille située à côté du tour. Le visiteur pouvait alors déposer ce qu'il avait apporté dans le tour, en ouvrant la porte et en mettant l'objet dans un baril. Par la suite, la tourière, à l'aide d'un mécanisme permettant de faire tourner le baril vers elle, pouvait recueillir ce qu'on lui apportait.

Il y avait deux soeurs tourières dans la communauté. La soeur tourière faisait partie d'une catégorie de soeurs bien précise, comme les soeurs de choeur ou les soeurs converses. Le costume de la soeur tourière était différent de celui des autres, de façon à ce qu'on la reconnaisse facilement. Cette soeur avait pour fonction d'être le contact de la communauté avec le monde extérieur. On pouvait, par exemple, l'envoyer aux funérailles d'un membre de la famille d'une soeur de la communauté, elle représentait la communauté dans la société civile et faisaient les achats à l"extérieur.

Bien que le tour ne soit plus fonctionnel, il témoignage d'une pratique révolue, datant de plusieurs siècles dans les communautés religieuses cloîtrées. Il fait partie des 22 000 objets de la réserve muséale de la communauté. Il a été, pour la première fois, mis en valeur dans une exposition temporaire du musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu, à l'occasion du 350e anniversaire de la communauté.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
MRC: Communauté métropolitaine de Montréal
Lieu: Musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal, 201, Avenue des Pins Ouest, Montréal, H2W 1R6
Téléphone: (514) 849-2919
Site Web: http://www.museedeshospitalieres.qc.ca

Source

Gilbert Langlois
Titre, rôle et fonction : Gestionnaire des collections du musée de la communauté
Lien avec la pratique : Monsieur Langlois travaille au musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal depuis 1993. Il y est responsable de la collection de 22 000 objets de la réserve.

Enquêteurs : Roseline Bouchard, Mario Paradis.
Date d'entrevue : 19 mai 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: