Les Soeurs adoratrices du Précieux-Sang — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

Les Soeurs adoratrices du Précieux-Sang

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Saint-Hyacinthe
Communauté religieuse: Soeurs adoratrices du Précieux-Sang

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


Monastère du Précieux Sang de Saint-Hyacinthe
© IPIR 2010, soumis à copyright

La communauté des Adoratrices du Précieux-Sang, fondée à Saint-Hyacinthe, est la première communauté de vie contemplative née au Canada. Aurélie Cayouette, jeune femme originaire de Saint-Hyacinthe et née le 11 juillet 1833, en est la fondatrice. À la suite d'une retraite de quelques jours auprès de la Congrégation de Notre-Dame à Montréal, Aurélie Cayouette fait la rencontre de monseigneur Bourget. Constatant que sa vocation n'était pas de s'engager dans une communauté d'enseignantes, il lui suggère plutôt de fonder une communauté contemplative, les Adoratrices du Précieux-Sang. Aurélie Cayouette réalise alors que cette suggestion répond parfaitement à son appel intérieur.
La communauté des Adoratrices du Précieux-Sang voit ainsi le jour le 14 septembre 1861, avec à sa tête Aurélie Cayouette, mère Catherine-Aurélie-du-Précieux-Sang, aidée de Mgr Joseph Larocque, deuxième évêque de Saint-Hyacinthe. Celui-ci, après une année entière de sérieuses considérations et délibérations, entreprit l'établissement de la communauté. Le nombre de novices augmente à un rythme soutenu et, rapidement, la communauté se voit dans l'obligation de bâtir un plus grand monastère, soit le monastère actuel de Saint-Hyacinthe. Avec le nombre grandissant de religieuses, l'époque des nouvelles fondations débute pour les Adoratrices du Précieux-Sang du Québec, du Canada et de l'étranger. La première fondation de la communauté se fait en Ontario, à Toronto, le 8 septembre 1869. Quarante autres fondations suivront au fil des ans, notamment à Trois-Rivières (1889), La Havane (1902), Sien-Hsien (1924), Vancouver (1930) et Lafayette (1955). Aujourd'hui, il y a 13 monastères dans différentes régions du monde. Au Québec, seul le monastère de Saint-Hyacinthe demeure ouvert. Cinquante-sept Adoratrices du Précieux-Sang y résident toujours (2010).
Le cloître subsiste toujours, bien que la grille du parloir ait été retirée en 1995 pour mieux répondre aux nécessités de l'accueil et des réunions des associés. La communauté a dû, dès sa fondation, trouver des moyens pour survivre financièrement. Grâce à l'aide de généreux donateurs et grâce aux ateliers de fabrication présents dans les divers monastères (fabrication d'hosties, de soutanes, de Jésus de cire, de crucifix et d'autres travaux artisanaux), les Adoratrices du Précieux-Sang ont toujours réussi à subvenir à leurs besoins. Si la communauté s'est graduellement transformée au fil des ans, les religieuses ont toutefois tenu à préserver plusieurs de leurs pratiques religieuses traditionnelles.

Localisation

Municipalité: Saint-Hyacinthe
Région administrative: 16 Montérégie
MRC: Les Maskoutains
Lieu: Monastère du Précieux-Sang, 2520, rue Girouard Ouest, C.P. 401, Saint-Hyacinthe, J2S 7B4
Téléphone: (450) 773-0330
Télécopieur: (450) 252-4407
Site Web: http://www.adoratricesps.net

Source

Soeur Jeannette Héon
Lien avec la pratique : Sœur Jeannette Héon fait son entrée chez les Adoratrices du Précieux-Sang en 1952, au monastère de Nicolet. En 58 ans (2010) de vie religieuse, Soeur Héon a eu à sa charge différentes responsabilités et tâches, dont celles de secrétaire générale et d'assistante à la supérieure générale.

Enquêteurs : Louise Saint-Pierre, Maude Redmond Morissette
Date d'entrevue : 1 juin 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: