L'évolution des oeuvres des Filles de Jésus — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

L'évolution des oeuvres des Filles de Jésus

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Trois-Rivières
Communauté religieuse: Filles de Jésus

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262).

Historique général


Cours de gymnastique à Saint-Élie-de-Caxton, 1960
© Archives Filles de Jésus, soumis à copyright

Dès leur arrivée en 1903 en sol québécois, les Filles de Jésus cherchent à s'établir en tant que communauté d'enseignantes. Au même moment, monseigneur Cloutier, évêque de Trois-Rivières, désire fonder une communauté religieuse pour enseigner dans les écoles en milieu rural. Les Filles de Jésus s'établissent donc à Trois-Rivières, en 1903. À la suite de l'ouverture du Jardin de l'Enfance à Trois-Rivières, dès le mois de septembre de la même année, de nombreuses religieuses vont enseigner dans les écoles du diocèse et, dans les années suivantes, dans des régions plus éloignées.
En 1930, les autorités de la communauté décident de se consacrer à une nouvelle oeuvre: les soins hospitaliers. Quelques religieuses sont alors choisies pour s'occuper de la direction et de la régie interne de l'Hôpital Sanatorium Cooke, le 15 août 1930. S'en suivra l'ouverture de l'Hôpital Laflèche, en 1950, et l'implication de plusieurs Filles de Jésus dans le domaine des soins hospitaliers, de 1930 à aujourd'hui (2010).
Dans les années 1970, la communauté doit faire face à un problème de taille. De nombreuses écoles de village sont fermées, les religieuses sont moins présentes dans les écoles et dans les hôpitaux et plusieurs religieuses prennent leur retraite du milieu de l'enseignement. Le conseil provincial doit alors trouver une façon d'orienter vers d'autres œuvres ses religieuses encore en pleine forme et en mesure d'aider leur prochain. Le conseil décide alors de mettre en place des projets pour venir en aide aux plus démunis. Trente ans plus tard, les Filles de Jésus sont toujours actives dans leur paroisse, afin d'aider et de soutenir la population.

Description


Couvent de Saint-Prosper, avant 1960
© Archives Filles de Jésus, soumis à copyright

Au cours des années 1970, la congrégation des Filles de Jésus fait face à une nouvelle réalité et doit, par conséquent, trouver des projets et des œuvres répondant aux besoins de l'époque. Pour être en lien avec leur charisme, ces projets doivent être destinés aux pauvres et aux démunis. Grâce à une réorientation, la communauté s'est adaptée aux besoins de la population en mettant sur pied différents projets.
En 1976, les Filles de Jésus ouvrent la résidence de l'Avenue A, voisine du Kermaria de Trois-Rivières. Cette résidence a pour objectif d'aider les femmes en difficulté, victimes de violence ou bouleversées par des conflits familiaux ou personnels. Avec cette œuvre, la communauté vise à favoriser un esprit de famille, une atmosphère bénéfique qui offre compréhension, entraide, amitié et partage. La résidence de l'Avenue A a été ouverte durant dix-sept années.
Une autre œuvre importante pour la congrégation est l'insertion de religieuses dans des familles d'accueil. La famille d'accueil est un milieu de vie chargé de venir en aide aux aînés incapables de vivre de façon autonome en raison d'un handicap léger. Les sœurs impliquées dans les familles d'accueil avaient pour objectif de redonner aux personnes âgées la place d'honneur qu'elles avaient autrefois. Les Filles de Jésus ont eu la responsabilité de trois familles d'accueil à partir de la fin des années 1970. Le projet a pris fin dans les années 1990.
Dans les années 1970 et 1980, la communauté a aussi mis sur pied une garderie et une pouponnière, afin de répondre à un besoin criant de l’époque. En effet, pendant cette période, le nombre de familles monoparentales, de ménages désunis et de femmes au travail (hors du foyer) augmentent rapidement.
Dans une volonté de réorienter les activités de la communauté, des Filles de Jésus, sont allées travailler dans des presbytères de paroisses, afin soutenir le travail des prêtres et de s'impliquer au sein des activités pastorales du milieu.

Localisation

Municipalité: Trois-Rivières
Région administrative: 04 Mauricie
MRC: Hors MRC
Lieu: Kermaria de Trois-Rivières, 1193, boul. Saint-Louis, Trois-Rivières, G8Z 2M8
Téléphone: (819) 375-3741
Site Web: http://fillesdejesus.cef.fr www.musee-fdj.com

Source

Soeur Madeleine Lacombe
Lien avec la pratique : Soeur Madeleine Lacombe fait son entrée au noviciat des Filles de Jésus de Trois-Rivières en 1948, à l'âge de 19 ans. Après avoir enseigné et avoir été directrice générale pendant de nombreuses années, soeur Lacombe a aussi été membre du conseil provincial de la congrégation des Filles de Jésus pendant 5 années. Par la suite, elle se dévoue dans différents services au sein de sa communauté.

Enquêteurs : Maude Redmond Morissette, Marie Renier
Date d'entrevue : 11 juin 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: