Récit de vie: sœur Jocelyne Mailloux, o.s.u — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de vie

Récit de vie: sœur Jocelyne Mailloux, o.s.u

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Ursulines de l'Union canadienne

Classé sous Organisation religieuse (9200), Personnel religieux (9230), Vocation/forme d'élection (9232).

Description


Sœur Jocelyne Mailloux
© IPIR 2007, soumis à copyright

Les parents de Jocelyne Mailloux, un cultivateur et une enseignante, ont eu 18 enfants, dont 15 garçons. Jocelyne Mailloux est la quinzième de la famille. Les parents de sœur Mailloux étaient pratiquants et son père a longtemps été marguillier. Enfant, elle récitait une prière le matin et disait le chapelet en famille tous les soirs. La famille Mailloux allait à la messe toutes les semaines et accordait une importance particulière à l’avent et au carême. Une des sœurs de Jocelyne Mailloux a fait l’expérience de la vie religieuse et est restée cinq ans en communauté. 


Comme pensionnaire à l'Institut familial des Ursulines à Roberval de 1961 à 1965, Jocelyne Mailloux a fait partie de la Congrégation mariale. Cette association animait une rencontre hebdomadaire durant laquelle les membres parlaient de Marie. Soeur Mailloux a également fait partie de la Jeunesse étudiante catholique (JEC), qui permettait aux jeunes de s’engager dans des projets spéciaux. Durant sa formation à l’Institut familial, sœur Mailloux a pu observer la vie des Ursulines. Elle a apprécié le contact que les religieuses avaient avec leurs élèves : elle les trouvait proches, maternelles et compréhensives. Sœur Mailloux affirme que l'esprit de famille présent chez les Ursulines l’a beaucoup attiré. Après avoir terminé sa formation à l'Institut familial, Jocelyne Mailloux s'est questionnée sur ce qu'elle voulait faire dans la vie. Elle s'est accordé une période de réflexion au couvent des Ursulines à Loretteville. Elle y a rencontré un prêtre qui lui a suggéré de réfléchir à ce qui l’attirait dans la vie religieuse et dans le mariage. Elle a alors réalisé que la vie religieuse comblerait sa vie. 


En août 1965, Jocelyne Mailloux entre au postulat des Ursulines de Québec. Six mois plus tard, elle poursuit sa formation religieuse et entre au noviciat pour une période de deux ans. La première année, la novice apprend à devenir religieuse et la deuxième année est consacrée à l’apprentissage de la vie d’enseignante. Au cours de son postulat et durant sa dernière année de noviciat, sœur Mailloux s'est occupée des pensionnaires des Ursulines de Loretteville lorsqu'elles n'étaient pas en cours. En 1967, avec les changements apportés par le concile Vatican II, les Ursulines ne portent plus le costume traditionnel. Celui-ci est modifié et allégé pour devenir un costume mitoyen, composé d'une robe longue et d'un petit voile. Puis, à partir de 1968, les religieuses peuvent choisir de porter le costume mitoyen ou d’opter pour des vêtements laïcs. 


En 1995, sœur Mailloux passe une année de ressourcement à Rome pour faire le bilan sur sa vie religieuse. Durant cette période, elle a suivi des cours sur l’Église et l’histoire de Rome. Elle a alors suivi les pas d’Angèle Mérici, la fondatrice de la Compagnie de Sainte-Ursule. Sœur Jocelyne Mailloux a presque toujours habité dans de petites communautés de 5 à 7 ursulines installées dans des maisons à l'extérieur du vieux monastère. Sœur Mailloux trouve que ces petites communautés présentent un aspect familial puisque les religieuses doivent s’occuper de l’entretien de leur maison et faire la cuisine. La vie religieuse des Ursulines y est bien établie et on trouve une chapelle dans la maison. 


Aujourd’hui, sœur Mailloux se lève à 5 h 30 pour prier. Elle va ensuite à la messe de 7 h 30 à l’église voisine des pères du Sacré-Cœur. Puis, à 8 h, elle commence sa journée à l'École des Ursulines en tant que spécialiste en orthopédagogie. Après sa journée en classe, elle retourne chez elle où elle prépare ses cours et fait ses corrections. Lorsque sœur Mailloux est entrée au postulat et qu’elle a fait sa profession, les Ursulines étaient cloîtrées. Cependant, elle n’a connu le cloître que quatre ou cinq ans puisque, après le concile Vatican II, les Ursulines ont abandonné le cloître. Lorsqu’elle était cloîtrée, sœur Mailloux écrivait beaucoup à sa famille. Après la tombée de la clôture, sœur Mailloux est retournée au Lac-Saint-Jean tous les étés. Depuis 20 ans, elle y retourne également à Noël.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
MRC: Communauté métropolitaine de Québec
Lieu: Monastère des Ursulines de Québec, 18, rue Donnacona, Québec (Qc), G1R 4M5
Téléphone: 418-692-2523
Site Web: http://www.museedesursulines.com

Source

Sœur Jocelyne Mailloux, o.s.u
Titre, rôle et fonction : Soeur Jocelyne Mailloux a été enseignante, orthopédagogue et intervenante en éducation.

Enquêteur : Catherine Lavallée
Date d'entrevue : 1 novembre 2007


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: