La messe chrismale — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La messe chrismale

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse Ste-Anne-de-la-Pocatière
Paroisse, congrégation ou équivalent: Diocèse Ste-Anne-de-la-Pocatière

Classé sous Pratique religieuse (9300), Cérémonie (9310), Office (9311)
et sous Pratique religieuse (9300), Pratique rituelle (9320), Rite de sacralisation (9326).

Historique général


Consécration des saintes huiles
© IPIR 2010, soumis à copyright

Célébrée annuellement dans tous les diocèses, la messe chrismale a pour objet de consacrer le Saint Chrême et de bénir l’huile des catéchumènes et l’huile des malades. Bien que l’origine et l’histoire de cette pratique soient peu documentées, on relève, dès le VIIe siècle, la célébration dans la cathédrale du Latran, à Rome, d’une messe particulière où sont consacrées les huiles servant aux sacrements. En Gaule, au VIIIe siècle, l’évêque consacre le Saint Chrême et fait la bénédiction des huiles lors de la commémoration de l’institution de l’eucharistie, au cours de la messe du soir. Vers 950, les saintes huiles sont apportées à l’évêque lors d’une procession, à laquelle participent les coopérateurs du pontife. Puis, la « Messe des saintes huiles » perd de sa dimension ecclésiale suite au Concile de Trente, plus que douze prêtres n’assistant l’évêque pour la bénédiction des huiles.

En 1969, le pape Paul VI fait de la messe chrismale une fête du sacerdoce, où tous les prêtres sont invités, au cours de la cérémonie, à renouveler l’engagement pris lors de l’ordination. Le caractère communautaire de la messe chrismale s’affirme davantage aujourd’hui, la participation des fidèles étant encouragée. Ainsi, dans tous les diocèses, prêtres, diacres et fidèles se rassemblent pour célébrer cette fête diocésaine.



Description


Mgr Moreau officie la messe
© IPIR 2010, soumis à copyright

Si elle est célébrée traditionnellement au matin du jeudi saint, la messe chrismale peut être transférée à un autre moment de la semaine sainte. Toutefois, dans le rite catholique latin, cette pratique n’appartient pas —au sens strict— au triduum pascal.


La messe chrismale reçoit cette appellation puisque c’est au cours de cette cérémonie que le Saint Chrême est consacré. Tout au long de l’année, son usage est prescrit lors des sacrements auxquels sont conférés une marque définitive, soit le baptême, la confirmation et l’ordre. Ainsi, tel le Christ oint par le Saint Chrême, les nouveaux baptisés sont oints par cette huile, appliquée en signe de croix sur le front. Elle signe également les confirmands, en plus d’oindre les mains des prêtres et la tête des évêques à leur ordination. Deux autres huiles sont également bénites lors de la messe chrismale, soit l’huile des catéchumènes, laquelle est utilisée à l’administration des baptêmes et l’huile des malades, appliquée lors de la célébration du sacrement des malades. Consacrées lors de la messe chrismale, le Saint Chrême, l’huile des catéchumènes et l’huile des malades constituent « les saintes huiles ». Une fois consacrées, elles sont réparties entre les paroisses du diocèse, représentées à la cérémonie par des délégués.


Concélébrée par l’évêque et ses prêtres, la messe chrismale se veut la manifestation de l’union étroite de ces protagonistes. Les prêtres ainsi rassemblés agissent comme témoins et coopérateurs de leur évêque dans la consécration du Saint Chrême, en plus de manifester l’unité du sacerdoce. Afin de mieux exprimer l’unité du presbyterium, l’évêque veillera à la présence de prêtres concélébrants venant des diverses régions du diocèse.


Lors de la célébration, l’évêque, dans l’homélie, exhorte les prêtres à rester fidèles à leur charge et les invite à renouveler publiquement leurs promesses sacerdotales. Puis, « les ministres désignés pour apporter les huiles, ainsi que les fidèles qui doivent présenter à l’autel le pain, le vin et l’eau, se rendent en procession au secretarium ou à l’endroit où les huiles et les autres offrandes ont été préparées. Ils reviennent à l’autel dans l’ordre suivant : d’abord, le ministre qui porte le récipient des aromates, si l’évêque veut confectionner lui-même le chrême ; puis un autre ministre avec le vase de l’huile pour les catéchumènes si l’on doit la bénir ; puis un autre avec le vase de l’huile pour les malades ; le vase de l’huile destinée au chrême est apporté en dernier par un diacre ou un père. Derrière eux viennent les ministres ou les fidèles qui apportent le pain, le vin et l’eau pour l’eucharistie. »


Selon l’usage de la liturgie latine, la bénédiction de l’huile des malades se fait avant la conclusion de la prière eucharistique tandis que la bénédiction de l’huile des catéchumènes et la consécration du chrême, après la communion.  La consécration du chrême achevée, l’évêque donne la bénédiction finale. La procession s’organise ensuite vers le secretarium, les huiles bénites étant portées par les ministres désignés. À la sacristie, l’évêque recommande aux prêtres de prendre soin des saintes huiles, de les honorer et de les conserver avec respect. (Cf. Pontifical romain, Bénédiction de l’huile des catéchumènes, de l’huile des malades, et confection du saint-chrême, n. 16, 27-28)

Apprentissage et transmission


Coffret paroissial pour les saintes huiles
© IPIR 2010, soumis à copyright

Puisque seul l'évêque du diocèse peut présider la messe chrismale, sa formation y est directement liée. La transmission du savoir relatif à cette cérémonie se réalise au sein même de la communauté. Il s’agit d'une célébration relativement longue et complexe et il serait difficile pour l'évêque de la présider seul entièrement. En ce sens, il est accompagné d'autres prêtres qui allègent sa tâche. Les prêtres concélèbrent la messe chrismale et en profitent pour renouveler leurs vœux. Monseigneur Moreau a succédé à Monseigneur Fecteau comme évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Lors de la cérémonie d'ordination épiscopale, le nouvel évêque est accompagné du représentant du pape au Canada et d'autres archevêques, dont celui de Québec. La passation des pouvoirs liés au poste d'évêque s'effectue ainsi : le nouvel évêque est choisi parmi les prêtres qui se trouvent sur la liste du nonce apostolique, c’est-à-dire le représentant du pape dans un pays. Il n'y a pas d'appel de candidatures, comme c'est le cas lors du choix d'un nouveau pape. Le nouvel évêque doit cependant remplir un certain nombre de conditions. Il doit être prêtre avant de devenir évêque. Il est aussi impératif que le futur évêque ait une expérience d’au moins dix ans de sacerdoce. Il doit être en santé et posséder des qualités morales exemplaires. Le nonce effectue des enquêtes afin de bien se renseigner sur les différents prêtres, mais le pape prendra la décision. Une fois sélectionné, l'évêque demeure en poste à vie, mais ne peut exercer ses fonctions après 75 ans. À cet âge, l’évêque conserve son titre, même si le pape l'autorise à prendre sa retraite.

Pour les chrétiens, toute la vie sacramentelle trouve sa source dans la messe chrismale, ce qui explique sa popularité, tant chez les fidèles qui se déplacent en grand nombre pour l'occasion que chez les nombreux prêtres qui se serviront des trois huiles au cours de l'année. 

Localisation

Municipalité: La Pocatière
Région administrative: 01 Bas-Saint-Laurent
MRC: Kamouraska
Lieu: Évéché de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1200, 4e avenue Painchaud, La Pocatière (Qc), G0R 1Z0
Téléphone: 418-856-1811
Télécopieur: 418-856-5863
Site Web: http://www.diocese-ste-anne.net

Source

Monseigneur Joseph Yvon Moreau
Titre, rôle et fonction : Évêque du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière
Lien avec la pratique : Mgr Moreau est né à Saint-Pascal-de-Kamouraska. Il entreprend ses études pour devenir prêtre à l'âge de 21 ans, puis il part en mission pour le Nicaragua pour une période de trois ans. À son retour au Québec, il choisit la vie monastique à Oka, où il restera pendant 25 ans. En 2008, le pape Benoit XVI propose à Mgr Moreau de devenir évêque du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. La messe chrismale de 2010 est donc la deuxième à être célébrée par Mgr Moreau.

Enquêteurs : Maude Redmond-Morrisette, Jean-Sébastien Laliberté
Date d'entrevue : 31 mars 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: