Être chancelière diocésaine — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

Être chancelière diocésaine

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Nicolet
Communauté religieuse: Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

Classé sous Organisation religieuse (9200), Structure (9210), Structure hiérarchique (9212).

Historique général


Salon à l'Évêché
© Cliché IPIR 2010, soumis à copyright

Le droit canonique, ou droit canon, est le droit de l’Église catholique. L’Église est une société composée des fidèles, des prêtres, des évêques, des cardinaux, du pape, mais aussi des membres des associations de fidèles et des instituts religieux.
Tout comme dans la société civile existe la Charte des droits et libertés, il existe, dans l’Église, une charte des droits et devoirs des baptisés, inscrite dans le droit canonique. Par exemple, les sacrements, tels le baptême, la confirmation ou le mariage sont régis par ce droit. Cependant, ce droit a une grande étendue ; il couvre tous les domaines de la vie de l’Église.
Au fil du temps se sont constituées des lois, et ce, en lien avec différents aspects de la vie de l’Église. Le code de droit canonique a été profondément remanié en 1983, à la suite du Concile Vatican II : des lois devenues désuètes ont été supprimées. La dernière version du code de droit canonique date de 2007.
Dans la province de Québec, il y a 19 diocèses et, donc, autant de chanceliers et chancelières. Quand soeur Suzanne a été nommée, il y avait 12 femmes chancelières, aujourd’hui, il y en a six. Sur les six femmes actuellement chancelières, quatre sont religieuses et deux sont laïques.

Description


Sr Suzanne Allard
© Cliché IPIR 2010, soumis à copyright

En 1997, le poste de chancelier du diocèse de Trois-Rivières étant devenu vacant, soeur Suzanne reçoit un appel de religieuses de sa congrégation, lui suggérant de présenter sa candidature. L’évêque avait d’abord cherché parmi les prêtres du diocèse, mais n’en trouvant pas, il décida de donner la possibilité de postuler à toute personne qui accepterait d’être en poste pendant cinq ans. La candidature de soeur Suzanne a été retenue.
Elle part immédiatement à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, afin de poursuivre pendant deux ans des études très intensives en droit canonique. Au Canada, seule l’Université Saint-Paul d’Ottawa offre le cours de droit canonique en français et en anglais. L’Université de Washington, aux États-Unis, le dispense, de même que plusieurs facultés universitaires en France.
Dans l’organigramme diocésain, le chancelier est une figure obligatoire : pour qu’un diocèse fonctionne conformément au droit, il faut un évêque, un vicaire général, un chancelier et un économe. L’évêque s’entoure d’autres personnes, mais ces dernières n’ont pas de caractère impératif au point de vue du droit. Ainsi, chaque diocèse comprend un chancelier ou une chancelière, qui s’occupe de toutes les questions d’ordre juridique, spécialement en lien avec le code du droit canonique. Il existe deux types de lois : les lois universelles et les lois particulières. L’évêque peut promulguer des lois pour son diocèse.
Au-delà de l’application des lois, le chancelier ou la chancelière répond aux demandes de conseil de l’évêque. Cette particularité rend la fonction de chancelier très différente au Québec et en Europe. Au Québec, son rôle est plus large.
L’évêque est le responsable du diocèse. Le vicaire général est un peu l’alter ego de l’évêque. Il le remplace en cas de besoin. Le chancelier est en charge des questions juridiques, l’économe s’occupe des questions économiques. C’est donc l’évêque qui est la figure majeure d’un diocèse.
Soeur Suranne est une sorte « d’aviseur » : elle interprète la loi canonique, elle donne des informations et des conseils. Le mode de contact le plus fréquent est le téléphone. La chancelière répond aux appels de l’évêque d’une part, mais, d’autre part aussi aux appels des prêtres et des agents de pastorale dans les paroisses, de même qu’aux appels des diocésains. Elle est souvent amenée à rédiger des documents législatifs. Pour tous les documents officiels de l’évêque, la chancelière doit apposer sa signature, ce qui garantit que le texte est bien conforme au droit et qu’il a bien été signé par l’évêque.
Les chanceliers et chancelières du Québec se rencontrent une fois par an pour traiter de problèmes communs.

Apprentissage et transmission


Evêcher : corridor
© Cliché IPIR 2010, soumis à copyright

Pour être chancelier ou chancelière, il faut avoir une spécialisation en droit canonique. Cette formation est dispensée dans un nombre restreint d'universités.

Localisation

Municipalité: Nicolet
Région administrative: 17 Centre-du-Québec
MRC: Nicolet-Yamaska
Lieu: Nicolet, 251, rue Saint-Jean-Baptiste, Nicolet, J3T 1X9
Téléphone: (819) 293-2011
Télécopieur: (819) 293-5458
Site Web: http://www.sasv.ca/

Source

Soeur Suzanne Allard
Titre, rôle et fonction : Chancelière diocésaine
Lien avec la pratique : Soeur Suzanne Allard est chancelière diocésaine depuis 1997.

Enquêteurs : Isabelle Becuywe, Maude Redmond-Morrissette
Date d'entrevue : 14 janvier 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: