Le chapelet chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Le chapelet chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Saint-Hyacinthe
Communauté religieuse: Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Prière (9352).

Historique général


Soeur Élizabeth Frappier en position de récitation de chapelet
© Ipir 2010 soumis à copyright

À leur profession, les sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe reçoivent le rosaire; il se porte attaché à la ceinture et fait partie du costume. Au moment du noviciat de sœur Frappier, les sœurs récitent le chapelet ensemble quotidiennement, à 13 h 30. De nos jours, cette pratique de la récitation du chapelet en groupe est facultative. Toutefois, un chapelet est récité chaque jour, à la chapelle pour la béatification de la fondatrice de la communauté.

La dévotion de sœur Frappier a grandement évolué au cours de sa vie. Si sa dévotion pour la récitation du rosaire, c’est-à-dire trois chapelets de suite, en méditant les mystères joyeux, douloureux et glorieux de Jésus, a été abandonnée au fil des ans, elle n’a pas pour autant, laissé de côté ses pratiques personnelles. Depuis sa retraite, en 1986, sa pratique de la piété a pris encore plus d’envergure. Le soir, après avoir participé au chapelet à la chapelle et après sa demi-heure de lecture spirituelle, elle procède à la récitation de « ses chapelets ». Par ailleurs, au cours de la journée, elle travaille en écoutant un chapelet enregistré sur une bande audio.

Description


Soeur Frappier égrenant son chapelet
© IPIR 2010, soumis à copyright

Les chapelets de soeur Frappier sont des dévotions personnelles, dont la pratique est flexible. Ils ne sont pas typiques de la communauté en question, mais témoignent chez sœur Frappier d’une foi profonde. Pour elle, ils sont un moyen de se mettre en présence de Dieu, et ce, depuis son plus jeune âge. Sœur Frappier a une dévotion très personnelle aux divers chapelets qu’elles récitent. Par exemple, dans son chapelet au Saint-Esprit, elle demande à l’Esprit d’inspirer les dirigeants politiques; dans le chapelet dédié à sainte Anne, elle a une intention particulière pour les mères. Sœur Frappier considère cependant ses différents chapelets comme des « dévotionnettes » religieuses, qui ne sont pas obligatoires bien que sanctionnées par l’Église. Ces prières lui permettent d’approfondir sa vie spirituelle. Elle y sent la présence de Dieu. Elle entre en contact avec le monde spirituel par l’intermédiaire des différents êtres qui y sont évoqués. Elle a son horaire bien précis de récitation de chapelets. Elle en récite, individuellement, dix-sept par semaine, évoquant: les saints Anges, le saint Nom de Jésus, sainte Anne, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, le Précieux Sang de Jésus, la Miséricorde, saint Antoine de Padoue, la Sainte Famille, saint Joseph, la sainte Face, etc.  

Les divers chapelets se récitent différemment les uns des autres, selon leur configuration et selon les prières dites sur chacun des grains. Ainsi, celui qui est dédié à sainte Thérèse-de-l’Enfant-Jésus comprend : un « Notre Père » et 24 « Gloire au Père », en mémoire des 24 années de vie de sainte Thérèse. Ce qui veut dire que le chapelet compte 24 grains, plus un. Celui des saints Anges est un peu plus élaboré. Il est d’abord composé de quatre grains correspondant à quatre « Notre Père », destinés à honorer les trois archanges : Michel, Raphaël et Gabriel, auxquels on associe son propre ange gardien. Le corps du chapelet est ensuite composé de neuf fois trois grains correspondant chacun à un « Je vous salue Marie ». Chacune des triades est séparée par un grain isolé correspondant à un « Notre-Père ». La division du chapelet des Anges en neuf parties correspond à la hiérarchie des Neuf Chœurs des Anges, que l’on invoque d’ailleurs à tour de rôle, avant chaque « Notre-Père ». Voici un exemple de ces invocations : « Par l’intercession de saint Michel et du chœur céleste des Chérubins, que le Seigneur nous fasse la grâce d’abandonner la voie du péché et de courir dans celle de la perfection chrétienne ». On invoque ainsi successivement, les chœurs des Séraphins, des Chérubins, des Trônes, des Dominations, des Puissances, des Vertus, des Principautés, des Archanges et de tous les Anges.

Avant de procéder à la récitation du chapelet, sœur Frappier prend soin de se plonger dans un état de prière. Au cours de la récitation, elle s’imagine que les anges qu’elle invoque entrent tour à tour dans sa chambre, à son appel. Concrètement, réciter un chapelet, consiste à faire glisser entre ses doigts des grains enfilés selon une configuration symbolique, tout en faisant une prière précise sur chaque grain. Que ses chapelets soient fabriqués par les sœurs, qu’ils proviennent d’un achat ou d’un cadeau, notre informatrice prend bien soin de les faire bénir par un prêtre avant de les utiliser. De cette façon, l’objet est sacralisé. Les chapelets de sœur Frappier sont rangés de façon bien ordonnée dans un boîtier placé près de ses livres spirituels.

Pratique de communication avec différents êtres spirituels, la récitation des chapelets est pour les catholiques une manière de vivre leur foi et d’entrer en contact avec le divin. Sœur Frappier a adopté ce moyen, privilégié pour elle, depuis fort longtemps. C’est par un chapelet bien matériel qu’elle arrive à entrer en contact avec l’immatériel.

Apprentissage et transmission


Soeur Frappier égrenant un chapelet
© IPIR 2010, soumis à copyright

C’est dans sa famille que sœur Frappier est initiée à la dévotion du chapelet. On le récite chez elle chaque soir. Au sein de sa communauté, bien que sœur Frappier ait parlé à certaines sœurs de ces pratiques dévotionnelles, exceptionnelles à ses yeux, elles n’ont pas été attirées par cette pratique, du moins pas avec une telle ferveur.

Localisation

Municipalité: Saint-Hyacinthe
Région administrative: 16 Montérégie
Lieu: Maison mère des soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe, 805, Avenue Raymond, Saint-Hyacinthe, J2S 5T9
Téléphone: (450)-773-6067
Télécopieur: (450)-773-8044
Site Web: http://www.sjsh.org

Source

Soeur Élisabeth Fappier
Titre, rôle et fonction : Soeur Frappier a été cuisinière à Saint-Hyacinthe, un métier qui, selon elle, porte à être unie à Dieu tout en vivant en union de prière avec les soeurs enseignantes. Ensuite, elle a travaillé 14 ans auprès de vieillards au Manitoba, À son retour à Saint-Hyacinthe, elle s’occupe du lavoir.
Lien avec la pratique : Dès son enfance, soeur Frappier porte une dévotion particulière aux chapelets. Depuis 23 ans, elle consacre beaucoup plus de temps à cette dévotion.

Enquêteurs : Roseline Bouchard, Catherine Fredette.
Date d'entrevue : 1 avril 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: