Le pèlerinage du patronage de saint Joseph chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Le pèlerinage du patronage de saint Joseph chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Saint-Hyacinthe
Communauté religieuse: Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Classé sous Pratique religieuse (9300), Cérémonie (9310), Pèlerinage (9317).

Historique général


Soeur Ghislaine Salvail à une station de la procession
© Ipir 2010 soumis à copyright

La fondatrice, Élisabeth Bergeron, aimait les «pèlerinages» à l'intérieur de la maison mère. Le pèlerinage à saint Joseph est donc une dévotion initiée par elle. Lors de la bénédiction de la chapelle en 1929, la communauté a organisé un pèlerinage en action de grâce. Pendant de nombreuses années, les soeurs en ont organisés hebdomadairement aux différentes statues de saint Joseph installées dans la maison mère. Cette pratique impliquait chants et prières évoquant les joies et les souffrances de saint Joseph. En 1960, la communauté cesse cette pratique, mais conserve le pèlerinage organisé annuellement depuis 1947 en l’honneur du Patronage de saint Joseph.

Si cette dévotion est ancrée dans l'histoire des religieuses de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe, elle prend plus profondément racine dans celle de l'Église catholique. En 1847, le pape Pie IX nomme saint Joseph patron de l’Église. En 1870, il est nommé par un décret papal patron de l’Église universelle. C’est dans ce même contexte historique que naît l’Oratoire Saint-Joseph.

Description


Début de la procession à la chapelle des soeurs
© Ipir 2010 soumis à copyright

Le pèlerinage du patronage Saint-Joseph se vit chaque année au mois de mai depuis les années 1930. Pratique fortement ancrée dans l'histoire de cette communauté, elle fait également écho à une pratique partagée par de nombreux Québécois et Québécoises: la dévotion à saint Joseph. La communauté des Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe y est déjà associée par son vocable, il n'est donc pas surprenant que la vie spirituelle des religieuses en soit ainsi teintée. Ce personnage biblique prend donc beaucoup de place dans les rituels privilégiés par les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe.

Le jour du pèlerinage a normalement lieu le jour de la fête des travailleurs, soit le 1er mai. Dans la maison mère sont aménagées 7 stations évoquant les joies et les souffrances de saint Joseph, toutes liées, bien entendu, à la vie de Jésus. Le pèlerinage commence et se termine dans la chapelle ; les soeurs se déplacent entre les 7 stations que voici: 1. La première station traite de l’Annonciation. Elle évoque la souffrance de Joseph d’apprendre qu’il n’est pas le père biologique de l’enfant et sa joie de prendre Marie comme épouse. 2. La deuxième station évoque le fait que Jésus soit né au hasard de la route. La souffrance de Joseph est de voir sa femme, Marie, accoucher dans un milieu matériel inadéquat, dans une étable. Sa joie est celle de la naissance de Jésus. 3. La troisième station évoque la circoncision de Jésus, la douleur qu'elle implique, et la joie pour Joseph de nommer son enfant l’Emmanuel, c’est-à-dire «Dieu fait homme». 4. La quatrième station évoque la présentation de Jésus au Temple. À ce moment le vieillard Siméon annonce à Joseph qu’une épée transpercera le coeur de Marie. Pour sa part, Anne rend compte de sa joie à Joseph d’avoir rencontré le Messie. 5. La cinquième station évoque la souffrance de Joseph lorsqu'il apprend que le roi Hérode veut tuer les enfants mâles de son royaume et la douleur associée à son exode obligé en Égypte. Mais après un certain temps, il revient avec joie dans sa ville, Nazareth. 6. La sixième station commémore le pèlerinage fait par la sainte Famille (Jésus, Marie et Joseph), où Jésus, âgé de 12 ans, quitte ses parents pour un temps. La souffrance de Joseph est donc celle de ne pas retrouver son fils. Sa joie est celle de le retrouver dans le temple parmi les savants et les docteurs. 7. La septième et dernière station traite du métier de charpentier de Joseph, métier difficile qu’il a la joie d’avoir transmis à Jésus. Pour chacune des stations, un décor est aménagé pour rendre compte du vécu de saint Joseph.

Lors du pèlerinage, les soeurs parcourent les stations en priant de la façon suivante: Les soeurs disent: «Je vous salue Joseph Fils de David Époux très chaste de la Vierge Marie Parfait éducateur de notre Seigneur Jésus Christ» Des soeurs répondent: «Bon saint Joseph Priez pour nous qui sommes vos enfants Priez pour notre famille que vous avez daigné prendre sur votre sauvegarde et sous votre protection» À chacune des stations, une soeur désignée fait une lecture évoquant les douleurs et allégresses vécues par saint Joseph. Voici un court extrait lu à la première station du pèlerinage: «Après tant d'échanges authentiques avec Marie, quelles souffrances tu as dû vivre quand Marie t'a révélé le mystère de la venue de son enfant quand, pendant plusieurs jours, tu ne pensais qu'à lui redonner sa liberté, pour qu'elle puisse vivre sans toi sa mission de mère... Mais quelles joies tu as vécues lorsque, au coeur de ta prière, tu as saisi que la volonté de Dieu était que tu choisisses à nouveau Marie comme épouse, pour que tous deux vous accueilliez Dieu Lui-même dans le petit à naître, qui vous était à jamais confié.»

La participation au pèlerinage est volontaire, mais beaucoup de religieuses répondent avec enthousiasme à l'appel. Plusieurs soeurs qui résident près de la maison mère se joignent au groupe pour l'occasion. Normalement, toutes celles qui sont physiquement capables le font. Généralement, une soixantaine de soeurs y participent chaque année. La manière de nommer les différentes stations a évolué au cours des ans. Si aujourd’hui on parle des souffrance et des joies de Joseph, à l’origine de cette pratique on parlait des douleurs et des allégresses. Les prières de chaque station étaient alors beaucoup plus longues. Aujourd’hui, on emploie des termes plus modernes pour évoquer les mêmes passages des Évangiles Bref, le pèlerinage du Patronage à saint Joseph est intimement lié à l'identité nominale de la communauté, placée sous le vocable de ce saint. Par cette pratique, les soeurs partagent en quelque sorte les souffrances et allégresses vécues par saint Joseph et elles nouent, d'une certaine façon, leur alliance spirituelle avec le saint.

Apprentissage et transmission


Soeurs en prière à une station de la procession
© Ipir 2010 soumis à copyright

Les soeurs sont initiées à ce pèlerinage dès leur entrée au couvent. Comme le dit soeur Salvail, «on poursuivait la tradition».

Localisation

Municipalité: Saint-Hyacinthe
Région administrative: 16 Montérégie
Lieu: Maison mère, 805, Avenue Raymond, Saint-Hyacinthe, J2S 5T9
Téléphone: (450)-773-6067
Télécopieur: (450)-773-8044
Site Web: http://www.sjsh.org

Source

Soeur Ghislaine Salvail
Titre, rôle et fonction : Soeur Savail a longtemps été enseignante dans sa communauté.
Lien avec la pratique : Entrée en communauté en 1953, soeur Savail a pris part à plusieurs pèlerinages du patronage de saint Joseph.

Enquêteurs : Roseline Bouchard, Maude Redmond Morissette, corrigée et rééditée par Louise Saint-Pierre
Date d'entrevue : 5 mai 2010

Fiches associées


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: