Une fondation canadienne: les Soeurs Antoniennes de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

Une fondation canadienne: les Soeurs Antoniennes de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Soeurs Antoniennes de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


Elzéar Delamarre entouré des premières soeurs
© Archives A.M., soumis à copyright

La communauté des Antoniennes de Marie, autrefois appelée les Petites Soeurs de Saint-Antoine de Padoue, voit le jour en 1904 grâce à l'abbé Élzéar Delamarre supérieur du Séminaire de Chicoutimi. Le Séminaire avait besoin d'une communauté pouvant prendre en charge la gestion du Séminaire. En 1903, les Soeurs de Notre-Dame du Bon Conseil, communauté enseignante, annoncent qu'elles ne peuvent plus prendre en charge le Séminaire. L'évêque du diocèse avance déjà l'idée de fonder lui-même une communauté de religieuses à l'abbé Delamarre si aucune communauté existante ne répond à l'appel. Au printemps 1904, il part à la recherche de candidates pour sa communauté.
Le 2 juillet 1904, la communauté voit le jour avec treize postulantes. L'abbé Delamarre a la charge de leur formation. Après le «discernement», sept religieuses prononcent leurs voeux perpétuels le 15 août 1908. Dans la communauté, elles sont appelées les «mères co-fondatrices». Leur nom sont: Mère Marie-de-l'Eucharistie , supérieure; Mère Marie-de-Jésus-Hostie, assistante et maîtresse des novices, appelée par la communauté «le pillier», elle vit sa spiritualité intensément voyant même le tabernacle de l'autel s'illuminer avant même de devenir religieuse; Mère Marie-du-Calvaire (Odile Tremblay), dépositaire, elle travaille pendant 25 ans à la salle aux hosties; Mère Marie de Saint-Louis-de-Gonzague, secrétaire, elle sera plus tard supérieure; Mère Marie-de-Saint-Michel(Joséphine Gignac), conseillère, ex-novice de Notre-Dame du Bon-Conseil, seule parmi les co-fondatrices à ne pas être originaire du Saguenay ou du Lac-Saint-Jean, mais de Portneuf; Mère Marie-de-Sainte-Clémence (Magna Larouche), conseillère, ex-novice de Notre-Dame du Bon-Conseil, elle est pendant 21 ans au service du séminaire; Mère Marie-de-Saint-Jean-de-la-Croix (Amanda Roy), ex-postulante de Notre-Dame-du-Bon-Conseil.
De 1904 à aujourd'hui, « Les soeurs Antoniennes de Marie sont vouées aux prêtres, sont données au sacerdoce [...] toutes nos actions sont orientées [...] au ministère du prêtre». Leur devise est « Don et service à la suite du Christ-prêtre ». Elle commence leur oeuvre au Séminaire de Chicoutimi, en 1917, elles sont également présente à l'orphelinat apostolique de la Malbaie et prennent en charge l'École apostolique. En 1924, c'est le début de l'expansion de la communauté, les soeurs vont travailler au Séminaire des Missions Étrangères à Pontviau; se multiplient par la suite les maisons de formation et séminaires au Canada et aux États-Unis où elles offrent leur service.
Une année importante pour la congrégation est 1932, alors que la communauté devient autonome financièrement du Séminaire qui l'a vu naître. Cet affranchissement économique est redevable à la lutte menée par Mère Marie-de-Jésus-Hostie. En 1938, est construit la maison-mère.
Après le Concile Vatican II, une nouvelle voie se dessine pour les Antoniennes: travailler dans les presbytères en effectuant le travail de secrétaire, de cuisinière, de ménagère, de sacritine.
Les Antoniennes de Marie quittent leur foyer d'Amérique du Nord pour des missions: de 1936 à 1946 en Chine, de 1963 à aujourd'hui au Pérou et de 1992 à 2001 au Cameroun. Le calendrier communautaire est ponctué de plusieurs fêtes: le 13 juin, la fête de Saint-Antoine; le 2 juillet, celle mères co-fondatrices; les fêtes de la Vierge; la fête du décès et de la naissance du fondateur; la fête de l'autorité; la fête du sacerdoce qui a lieu le Jeudi saint. Lors de ces fêtes, les soeurs organisent un banquet. La seule où sont invités les laïcs est la fête de Saint-Antoine.
Depuis 1990, un groupe de laïcs associés a été fondé au Québec. Une centaine de membres de Chicoutimi, du Lac-Bouchette et de Québec en font partie. Une soixantaine d'entre-eux se donnent au charisme de la communauté dans leurs activités quotidiennes, mais tous sont associés dans la prière. Ce sont des « personnes qui, tout en continuant leur vie dans la société, s'engagent à se nourrir de la spiritualité et du charisme de la congrégation».
De 1904 à aujourd'hui, les Antoniennes de Marie collaborent avec le clergé à la réalisation des oeuvres pastorales, diocésaines et missionnaires. Elles se considèrent être les mères spirituelles de générations de prêtres auprès desquels elles ont oeuvré. Actuellement, 96 soeurs forment la communauté (2009).

Localisation

Municipalité: Saguenay
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
Lieu: Maison mère des Antoniennes de Marie, 927, rue Jacques-Cartier Est, Saguenay, G7H 2A3
Téléphone: 418 549-1055
Télécopieur: 418 693-8609
Site Web: http://www.soeursantoniennes.org/

Source

Soeur Thérèse Fortin
Lien avec la pratique : Soeur Thérèse Fortin a participé à la rédaction d'un ouvrage sur l'histoire et la spiritualité de la communauté: De la source jaillit notre devenir.

Enquêteur : Roseline Bouchard
Date d'entrevue : 14 juin 2009


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: