Les Soeurs de la Charité de Québec en Amérique du Sud — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

Les Soeurs de la Charité de Québec en Amérique du Sud

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Soeurs de la Charité de Québec

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Prosélytisme (9263).

Historique général


Religieuse à Resistencia en Argentine
© Archives Soeurs de la Charité de Québec, soumis à copyright

En 1959, à la demande du Vatican, Mgr Maurice Roy, archevêque de Québec, accepte d'envoyer des prêtres diocésains au Paraguay. Dans la foulée du Concile Vatican II, les évêques de par le monde sont invités à collaborer avec des diocèses de l'Amérique du Sud, afin d'unir leurs forces et leur personnel. En 1960, c'est d'abord à la paroisse San Cristobal, aux abords de la capitale du Paraguay, Asuncion, que le diocèse de Québec est associé. Dès 1961, les prêtres missionnaires jugent nécessaire de demander la présence de religieuses québécoises dans la paroisse San Cristobal, pour s'occuper des domaines de la santé et de l'éducation auprès de la population locale. Une demande est alors faite en 1961 aux Sœurs de la Charité de Québec, afin qu'elles prennent en charge une école primaire et secondaire où pourra se donner l'enseignement religieux.

Le 2 mars 1963, quatre religieuses arrivent à Asuncion. Pour ce qui touche la santé, ce sont les Augustines qui acceptent cette mission. Le travail concerté et conjoint entre les prêtres, les Sœurs de la Charité de Québec et les Augustines caractérisera cette mission au Paraguay. Quelques années après cette première fondation en Amérique du Sud par la Congrégation, en 1968, trois religieuses partent fonder une mission à Resistencia, au nord de l'Argentine. Cette fondation se fait à la demande des Prêtres des Missions étrangères. Lors de leur arrivée, les religieuses des Sœurs de la Charité de Québec prennent six mois pour analyser les besoins des populations locales avant d'établir leur plan d'action, elles décident alors de se concentrer sur les soins de santé. Dans les années qui suivent, en concertation avec le milieu hospitalier, elles s'investissent davantage dans la prévention et les services auprès des pauvres dans un quartier très défavorisé . En plus, elles prendront en charge un foyer pour personnes âgées en 1982, à la demande du gouvernement argentin. En 2001, les dernières religieuses quittent la mission en Argentine. Cinq ans après la fondation en Argentine, la communauté est de nouveau sollicitée, cette fois, par les Pères Rédemptoristes canadiens pour venir s'établir en Uruguay. Leur présence est requise pour qu'elles s'impliquent principalement dans le domaine social, de la catéchèse et de la santé. En plus de l'attention directe aux pauvres, les religieuses s'investissent dans la formation des jeunes mères défavorisées, collaborant à l'obtention de puits et à la mise en place de jardins communautaires. La communauté a aussi bâti un foyer pour personnes âgées.

La mission en Uruguay se termine en 1999. En 2010, quatre religieuses canadiennes et trois religieuses du Paraguay et de l'Argentine sont toujours présentes en Amérique du Sud, dans deux maisons au Paraguay, pour y poursuivre la mission des Sœurs de la Charité de Québec.

Description


Centre de la promotion de la femme à Resistencia, Argentine
© Archives Soeus de la Charité de Québec, soumis à copyright

Presque toutes les religieuses des Sœurs de la Charité de Québec qui ont œuvré en Amérique du Sud ont dû faire un séjour de quatre mois à Cuernavaca, au Mexique, pour y apprendre les rudiments de la langue espagnole avant de se rendre en pays de mission. Ce séjour permettait aussi aux religieuses de se familiariser avec la culture sud-américaine. Toutefois, la langue s'apprenait principalement au contact des populations locales dans les différentes fondations. Il était important pour chaque sœur de maîtriser la langue, puisque, sans cela, il était quasi impossible d'apporter une aide tangible aux gens dans le besoin.

Les Sœurs de la Charité de Québec étaient toujours bien accueillies par les populations locales, que ce soit au Paraguay, en Argentine ou en Uruguay. En plus d'œuvrer en éducation et en santé, la communauté étendait aussi son champ d'action aux œuvres sociales et à l'éducation de la foi. Un secteur de l'éducation de la foi s'élaborait dans toutes les paroisses où la Congrégation œuvrait, même en Uruguay, où le pays était laïcisé. Les religieuses s'occupaient, entre autres, de la préparation aux sacrements (baptême, première communion et confirmation). Établies en Amérique du Sud depuis 1963, les Sœurs de la Charité de Québec ont toujours mis les efforts nécessaires à la poursuite de l’œuvre de Mère Marcelle Mallet de par leurs nombreuses actions auprès des plus démunis au Paraguay, en Argentine et en Uruguay.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Maison généralice, 2655, rue Guillaume-Le Pelletier, Québec, G1C 3X7
Téléphone: (418) 628-8860

Source

Soeur Madeleine Drapeau et soeur Jeanne d'Arc Lamontagne
Lien avec la pratique : Soeur Madeleine Drapeau a œuvré 30 ans au Paraguay, de 1970 à 2000, et soeur Jeanne d'Arc Lamontagne a été missionnaire au Paraguay en Argentine et en Uruguay de 1967 à 1999.

Enquêteurs : Sylvianne Lagueux-Tremblay, Maude Redmond Morissette
Date d'entrevue : 18 mars 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: