Le défilé du régiment Black Watch (Church Parade Sunday) — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Le défilé du régiment Black Watch (Church Parade Sunday)

Tradition: Christianisme
Appartenance: Protestantisme
Groupe: Presbytérien
Diocèse, association ou regroupement: Église presbytérienne du Canada / Presbyterian Church in Canada (Presbytery of Montréal)
Paroisse, congrégation ou équivalent: Church of St. Andrew and St. Paul (Montréal)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Historique général


Drapeaux quittent le régiment
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le Black Watch est le plus ancien régiment des Scottish Highlands au Canada. En 1862, le cinquième bataillon des Voluntary Militia Rifles of Canada, le prédécesseur du Black Watch fut établi à Montréal. À l'époque, la population de Montréal était moitié francophone, moitié anglophone comprenant une forte présence écossaise. Aujourd’hui multiethnique, le régiment a beaucoup évolué depuis sa fondation. Néanmoins, les traditions qu'il continue de perpétuer témoignent d'une ère marquante de l'histoire québécoise et surtout montréalaise.

La consécration des étendards d’un régiment remonte à l’époque de Napoléon. Pour le Black Watch, la pratique existe depuis 1862. Les drapeaux du régiment Black Watch (regimental colors) sont, selon le lieutenant-colonel Bolton, « le cœur du régiment ». Ils représentent l’esprit de tous les membres du régiment et les soldats morts au combat. Les drapeaux sont consacrés par le pasteur de l’église régimentaire et ensuite entreposés au quartier général du régiment. Ensuite, chaque premier dimanche de mai, à l’occasion de la Church Parade Sunday, les drapeaux sont portés lors d’un défilé qui va du quartier général à l’église Saint-Andrew et Saint-Paul, où ils sont consacrés par le pasteur.

Après une trentaine d’années, un drapeau est retiré de service et prend sa place d'honneur suspendu au mur de la nef de l'église régimentaire avec ses prédécesseurs. Donc, au mois de novembre 2009, le Prince Charles qui a remplacé la Reine-mère d'Angleterre comme commandant-en-chef, a offert deux nouveaux drapeaux au régiment pour remplacer un drapeau du régiment offert par la Reine Mère en 1962 et un « drapeau du monarque », datant de 1974. Ce dernier est le nouveau drapeau canadien « feuille d'érable » qui remplace l'ancien « Union Jack », orné d’une couronne royale brodée d’or.

Description


Défilé rue Sherbrooke avec cornemuses
© IPIR 2010, soumis à copyright

La « Church Parade Sunday » débute par un défilé qui part du quartier général, rue Bleury, pour poursuivre la rue Sherbrooke jusqu’à l’église Saint Andrew and Saint Paul. À la tête du défilé se trouvent des joueurs de tambour et de cornemuse qui rythment la parade. Vient ensuite le commandant du Black Watch, suivi de deux unités de garde, chacune composée d’une trentaine de participants. Entre eux se trouve le détachement des drapeaux, qui comprend deux officiers porte-drapeaux et trois sous-officiers chargés de les protéger. Après la deuxième unité de garde viennent les cadets du Black Watch et les autres corps de cadets associés au régiment (Montréal, Lachute, Bishop’s College School et King’s-Edgehill de Halifax). Les anciens combattants ferment le cortège.

Les officiers et les troupes du Black Watch portent une tenue de cérémonie pour le défilé : kilt représentant les couleurs du tartan Black Watch, veston vert (« coatee »), demies guêtres blanches et chapeau bleu de type Balmoral muni d’une plume rouge (red hackle) qui identifie le régiment. Autrefois, cet uniforme était porté par des Écossais, mais aujourd’hui, le régiment est multiethnique et des personnes des quatre coins du monde portent le kilt avec fierté.

Il y a une tradition spéciale à l'arrivé du défilé à l’église lorsqu'un drapeau retiré y sera déposé. Le représentant du commandant frappe trois fois à la porte avec sa claymore (une épée) et demande la permission d’entrer. Officiers, troupes et cadets entrent cérémonieusement et assistent à l’office du dimanche, présidé par le pasteur principal qui est en même temps l'aumônier du régiment. Cet office comprend quelques éléments particuliers : lors de la dernière partie de la cérémonie, une pièce est jouée au clairon et est suivie d’une minute de silence et une prière de souvenir pour les âmes des soldats morts au combat. Ensuite, la cérémonie de consécration des drapeaux a lieu. Ces derniers sont alors déposés sur la table de communion.

Apprentissage et transmission


Drapeaux reçus à l'autel
© IPIR 2010, soumis à copyright

L’apprentissage des rituels et de la symbolique des drapeaux débute quand les membres du Black Watch entrent au régiment comme cadets. Le pasteur émérite, ou bien les paroissiens de longue date ou encore des membres du régiment servent de mentor pour préparer un nouveau pasteur aumônier pour cet office.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
Lieu: Église Saint-Andrew et Saint-Paul, 3415, rue Redpath , Montréal (Qc), H3G 2G2
Téléphone: 514-842-3431
Site Web: http://www.standrewstpaul.com/contact/

Source

Bruce Bolton
Titre, rôle et fonction : Lieutenant-colonel (retraité) du Black Watch
Lien avec la pratique : Il connaît très bien les drapeaux et les rituels associés à cet évènement en raison de sa longue implication auprès du régiment et de l'église. Son père et ses oncles furent associés au régiment Black Watch. Dès l'âge de 10 ans il suit des cours pour apprendre à jouer la cornemuse. Il se dit honoré d'avoir pu apprendre avec des cornemuseurs de réputation de la Seconde Guerre mondiale, tels Bob Hannah et Neil Sinclair. Bruce Bolton a fait ses débuts au régiment comme cadet pour devenir officier et finalement commandant.

Enquêteur : Sharon Gubbay Helfer
Date d'entrevue : 23 avril 2010

Fiches associées

  • Les drapeaux du régiment Black Watch

    Brodés sur un fond bleu royal, les écussons du drapeau du régiment citent 21 des 54 moments marquants de l’histoire du régiment (battle honors), disposés en couronne et accompagnés de chardons et de feuilles d’érable pour représenter l’Angleterre, l’Écosse et le [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: