Pasteur presbytérien de la sixième génération : le Révérend Docteur J.S.S. Armour — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de vie

Pasteur presbytérien de la sixième génération : le Révérend Docteur J.S.S. Armour

Tradition: Christianisme
Appartenance: Protestantisme
Groupe: Presbytérien
Diocèse, association ou regroupement: Église presbytérienne du Canada / Presbyterian Church in Canada (Presbytery of Montréal)
Paroisse, congrégation ou équivalent: Church of St. Andrew and St. Paul (Montréal)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Personnel religieux (9230), Vocation/forme d'élection (9232).

Description


Le révérend docteur J.S.S. Armour, pasteur émérite
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le père du Révérend Docteur Armour était pasteur. Il faisait d’ailleurs partie de la cinquième génération de pasteurs dans la famille. Plusieurs ont cru que son fils suivrait la tradition, mais le père a insisté pour qu’on le laisse prendre sa propre décision puisque le jeune Armour ne voulait pas devenir pasteur. Toutefois, un jour, un ami athée lui fait un exposé passionné contre l’existence de Dieu et le jeune Armour, n’arrivant pas à réfuter les propos de son ami, décide alors de poursuivre ses études. 


Après l’obtention d’un baccalauréat à l’université de Toronto, il suit les traces de son père et entreprend des études religieuses à Édimbourg, en Écosse. Il étudie ensuite au Union Theological Seminary à New York, près de Harlem. Quand Armour pose sa candidature pour un poste d’aide-pasteur à Harlem, il fait face à une certaine opposition de la part de gens qui croyaient qu’un pasteur noir devrait occuper ce poste. Le pasteur en place craignait qu’Armour soit un activiste, mais quand ce dernier lui répond qu’il désire le poste pour épargner des billets d’autobus, il est engagé. C’est l’occasion pour Armour de rencontrer, en 1956, le jeune Martin Luther King Jr, venu prêcher à l’église.


Les principes de l'Église presbytérienne se basent beaucoup sur les Écritures. Ainsi, les études d’Armour comprennent l’apprentissage obligatoire du grec et de l’hébreu pour lire les textes dans leurs versions originales. D’autres thèmes importants pour les presbytériens sont l’histoire de l’Église et la théologie, y compris la théologie pratique, c’est-à-dire comment prêcher, administrer les sacrements et présider des cérémonies comme des mariages et des funérailles. De plus, il apprend les bonnes manières. Avant l’utilisation courante des microphones, les leçons de diction étaient aussi obligatoires. Pendant ses études au séminaire, des collègues lui demandent s’il va éventuellement enseigner ou « seulement » devenir pasteur. Armour n’est pas d’accord avec cette attitude discriminatoire et accepte un poste de ministre dans une paroisse rurale de l’Alberta. 


Pour un homme de la grande ville, c’est nouveau et Armour a beaucoup apprécié les leçons que lui ont enseignées ses paroissiens. En 1962, Armour quitte l’Alberta pour aller vivre à Terre-Neuve, où il n’y a que très peu de presbytériens écossais parmi les catholiques irlandais. Pour se rendre à son nouveau poste, il doit emprunter la seule route goudronnée de l’île. Il reste 21 ans à Terre-Neuve et y devient historien et écrivain. Il obtient une maîtrise en histoire de l’université Memorial et écrit un livre sur l’histoire de son église pour marquer son bicentenaire. Quand l’opportunité de prêcher à l’église Saint-Andrew et Saint-Paul se présente, Armour se sent prêt à retourner en ville. Il sent maintenant que sa place est ici et que c'est la volonté de Dieu. Un pasteur doit bien connaître ses paroissiens. Alors que dans les petites paroisses rurales, il allait chez eux, Armour doit s’habituer à une nouvelle situation à Montréal. En ville, c’est maintenant à lui de laisser sa porte ouverte et de rencontrer les membres de sa paroisse. Armour croit que, s'il veut écrire des prières pour ses paroissiens, il est important qu'il soit au courant de leurs préoccupations. Il préfère ce genre de réponse directe aux problèmes et aux joies de sa communauté que des prières toutes faites tirées d’un livre. Parmi ses autres responsabilités, le pasteur visite les malades chez eux ou dans les hôpitaux. 


Le Rév. Dr. Armour fut aussi Padre pour le régiment Black Watch. Il a également siégé au conseil d’administration de l’école Trafalgar. Au début de ses 52 années de carrière, il n’y avait pas de femmes pasteurs ou « aînées »("elders") dans l’église presbytérienne, mais les choses ont changé depuis. Avant, on s’attendait à ce que le pasteur organise deux offices chaque dimanche, ce qui n’est plus le cas. Récemment, on vient d’accorder deux semaines d'études aux pasteurs presbytériens afin qu’ils puissent se ressourcer, lire et suivre des cours. Ce luxe aurait été impensable au début de sa carrière.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
Lieu: Church of St. Andrew and St. Paul , 3415, rue Redpath, Montréal (Qc), H3G 2G2
Téléphone: 5148423431
Site Web: http://www.standrewstpaul.com/
Ressources:

Armour, J. S. S. Saints, Sinners and Scots : A History of the Church of St. Andrew and St. Paul,

Montreal, 1803-2003. First. Church of Saint Andrew & Saint Paul, 2003. 


Source

Le Révérend Docteur J.S.S. Armour
Titre, rôle et fonction : Pasteur émérite à l'église Saint-Andrew et Saint-Paul
Lien avec la pratique : De la sixième génération de pasteurs presbytériens, le Révérend Docteur Armour est devenu pasteur à l’église Saint Andrew et Saint Paul en 1983. Il a écrit "Saints, Scots and Sinners", l’histoire de cette église de 1803 à 2003. Il prend sa retraite en 1998 et est nommé pasteur émérite en 1999.

Enquêteur : Sharon Gubbay Helfer
Date d'entrevue : 26 juillet 2010

Fiches associées

  • Le sacrement de la communion dans l'Église presbytérienne

    Le vendredi précédent le sacrement, un comité se rencontre pour l’organisation de la distribution des fonctions rituelles. Le plan est  placé sur un babillard imprimé qui reflète la forme de la nef et du chœur pour que les Anciens puissent retrouver visuellement leurs postes [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: