Le cimetière des Frères du Sacré-Coeur — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de lieu

Le cimetière des Frères du Sacré-Coeur

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Nicolet
Communauté religieuse: Frères du Sacré-Coeur

Classé sous Organisation religieuse (9200), Espace religieux (9270), Lieu sacré (9273)
et sous Pratique religieuse (9300), Pratique rituelle (9320), Rite de passage (9321).

Historique général


Le cimetière des Frères du Sacré-Coeur d'Arthabaska
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le cimetière, situé sur un terrain derrière la Maison provinciale des Frères du Sacré-Cœur, a été consacré lors de l’installation de la congrégation à Arthabaka, le 2 octobre 1875. Le premier cimetière occupait une superficie d'environ 40 pieds de côté. La plus ancienne tombe, celle du frère C. F. Odéric, date de 1882. Au cours des années, les Frères du Sacré-Coeur ont procédé à des travaux d'aménagement et de restauration. Le cimetière a été agrandi en trois étapes. En 1907, les frères rajoutent 70 pieds vers le nord-ouest. En 1921, le cimetière gagne une trentaine de pieds devant et vers le sud-ouest. Plus tard, en 1955, le frère Réal procède à un agrandissement en comblant le vallon situé à la limite nord-ouest du cimetière. Pour y parvenir, lui et quelques confrères transportent une quantité considérable de terre venant de la sablière derrière l’Hôtel de Ville de Victoriaville.

Description


Monument des frères de la province d'Arthabaska inhumés à l'étranger
© IPIR 2010, soumis à copyright

À l’origine, les lieux de sépulture étaient ornés de croix en bois et séparés par les allées. Lors du deuxième agrandissement du cimetière, en 1921, le cimetière est entouré  d'une clôture métallique. Chaque tombe est identifiée par un rectangle de béton et les croix en bois sont remplacées par des croix en fonte. Actuellement, les croix sont de fer forgé et sont ornées de fleurs de lys blanches. Sur chaque croix est gravé le nom et la date de décès du frère  et d'un numéro qui renvoie à la liste des frères enterrés dans le cimetière.  

L’agrandissement du cimetière a donné lieu à un nouvel aménagement paysager. Des fleurs et des arbustes ont été plantés sur les tombes. Initialement, le cimetière était organisé autour d’une grande croix de bois, ornée d’un Christ de bronze. Cette croix était située sur la première tombe. En 1960, la croix est remplacée par un calvaire, toujours existant, qui représente saint Jean, la Vierge Marie et Marie-Madeleine au pied de la croix. Le calvaire est béni le 16 octobre 1960, à l’occasion de 60e anniversaire de la fondation de la communauté.  Depuis peu, le cimetière abrite également une statue de la Vierge et l’Enfant réalisée en 1898 par le sculpteur Louis Jobin.

En 2009, le cimetière des frères du Sacré-Cœur comptait les tombes de 260 frères canadiens, 32 français et 19 américains. Un monument funéraire érigé en 1984 par les frères Fernand et Gérard Desmarais rappelle les noms de 13 autres frères, morts pendant des missions à l’étranger et inhumés en France, au Madagascar ou au Cameroun.

Le cimetière est un lieu de recueillement et de souvenirs pour les Frères. Il est également devenu un attrait touristique grâce à la qualité de son aménagement. Soigneusement entretenu par les frères et des employés de la maison, le cimetière est entouré d'arbres et d'arbustes et on y cultive une grande variété de fleurs.

Selon le frère Jean-Charles Daigneault, si les frères ont investi temps et argent dans l'aménagement et l’embellissement du cimetière c'est que la communauté désirait offrir aux défunts un lieu de sépulture digne de leurs engagement aux vivants un lieu de recueillement. Les frères maintiennent une tradition qui veut qu'une journée en septembre, ils se rassemblent au cimetière afin de prier sur les tombes de leurs anciens professeurs. En plus d’être un lieu de mémoire, ce cimetière témoigne de la fraternité qui caractérise les rapports entre les membres de la communauté des Frères du Sacré-Cœur. Comme témoigne le frère Jean-Charles Daigneault : « La fraternité entre nous est forte. La présence de nos morts est importante pour nous, nous préservons notre de relation avec eux ». Ainsi, le cimetière est également un lieu de médiation entre ce monde et le monde d’au-delà, car les religieux y viennent prier pour le repos des âmes de leurs confrères.

Apprentissage et transmission


La Vierge et l'Enfant
© IPIR 2010, soumis à copyright

L’âge avancé de la majorité de frères ne permet plus aux membres de la communauté du Sacré-Cœur d’accomplir les travaux de jardinage et d’aménagement du lieu. Les religieux font appel à des laïques pour maintenir la beauté du cimetière afin qu’il demeure un point d’attraction touristique important dans la région de Victoriaville.

Localisation

Municipalité: Victoriaville
Région administrative: 17 Centre-du-Québec
Lieu: Maison provinciale des frères du Sacré-Coeur d'Arthabaska, 905, boulevard des Bois-Francs Sud, Victoriaville (Qc), G6P 5W1
Téléphone: 819-357-8215

Source

Frère Jean-Charles Daigneault
Titre, rôle et fonction : Frère du Sacré-Coeur
Lien avec la pratique : Il a effectué des recherches sur le cimetière des Frères du Sacré-Coeur.

Enquêteurs : Daniela Moisa, Marie Renier
Date d'entrevue : 1 décembre 2010, 1 décembre 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: