La congrégation des Frères du Sacré-Coeur — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

La congrégation des Frères du Sacré-Coeur

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Nicolet
Communauté religieuse: Frères du Sacré-Coeur

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


Les trois principales fondations des Frères du Sacré-Coeur
© Archives F.S.C. d'Arthabaska

Durant la Révolution française et pendant la période napoléonienne, l’Église est subjuguée, quand elle n’est pas persécutée. Au début du 19e siècle, sous la Restauration, l'Église recouvre sa liberté d’autrefois. Au début du 19e siècle, sous la Restauration, l'Église peut à nouveau investir ses champs d'activités traditionnels. Ce mouvement de restauration prônait un retour à la période avant la révolution d’un point de vue politique, mais aussi religieux. Les sympathisants du mouvement voulaient rétablir le pouvoir et l’autorité de l’Église. C'est pendant cette période qu’œuvre le père André Coindre, prêtre de Lyon (France). Sensible au sort des orphelins abandonnés, il accueille, avec l'aide de Claudine Thévenet, les enfants de la rue. De cette collaboration naîtront deux ordres : les religieuses de Jésus-Marie et les Frères du Sacré-Cœur. Le père Coindre est avant tout un prédicateur. Il visite les campagnes et prêche pour ramener les gens à la foi. Son travail d’évangélisation se fait auprès des des populations qui avaient été laissées à elles-mêmes pendant la Révolution française. Au cours de ses visites, il est particulièrement touché par le sort des enfants. Son action auprès des enfants pauvres se situe dans la lignée de saint Vincent de Paul et de Jean-Baptiste de La Salle. Il fonde des Providences, c’est-à-dire des œuvres destinées à encadrer et à prendre soin des garçons orphelins. Le père Coindre veut « soustraire les jeunes à l'ignorance, les préparer à la vie et à la connaissance de Dieu ». 


En 1820, il fonde l’œuvre du Pieux-Secours à Lyon, institution qui est alors à la fois patronage et école d’arts et métiers. Ce sera la première œuvre de la congrégation de frères qu’il décide de fonder en 1821. Dans les paroisses en dehors des grandes villes, il établit à partir de 1823 sept autres écoles. En 1826, après le décès du Père Coindre, la petite congrégation traverse une période difficile.  Le frère Polycarpe, élu supérieur général en 1841, relance l’institut. Il est considéré comme le deuxième fondateur de l’Institut. Durant son mandat de supérieur, de 1841 à 1859, il raffermit donc l’institut. Il rédige une première Règle de vie et fonde de nombreux établissements. Le frère Polycarpe a aussi été le premier à fonder des établissements à l’extérieur de la France. En 1847, il envoie des frères aux États-Unis, à Mobile, où ils mettent sur pied un orphelinat pour les enfants abandonnés. Plus tard, ils ouvrent de nombreuses écoles. Les Frères du Sacré-Cœur sont toujours présents aux États-Unis et la communauté y compte trois Provinces. 


Le premier établissement des frères du Sacré-Cœur au Canada a été fondé à la demande de l’abbé Philippe-Hyppolyte Suzor, curé d’Arthabaska, qui était à la recherche d'une communauté d'éducateurs pour prendre en charge la direction d’un collège commercial et assurer une éducation convenable aux garçons de sa paroisse. En 1872, frère Cyrinus en est le premier directeur et ses confrères sont les frères Théophile et Edmond des États-Unis et le frère Théodule de France. Après l’installation de la congrégation au Québec, d’autres établissements voient le jour en Acadie, en Ontario et en Saskatchewan.


Dans les années 1940, les Frères de Sacré-Cœur dirigent 262 écoles, 24 établissements de formation et 25 œuvres parascolaires au Canada. Ils sont présents dans 136 localités. L'enseignement est au cœur de la mission de la congrégation. La vocation des frères est d’apprendre aux jeunes un métier et de les aider. Des établissements tels que le Collège Sacré-Cœur de Saint-Hyacinthe, l’Académie du Sacré-Cœur de Sherbrooke et l’École Meilleur de Montréal témoignent du charisme des frères du Sacré-Cœur. En plus de leur mission éducation, les frères composent des manuels scolaires. Si les premiers manuels sont apportés de France par les frères, les publications suivantes sont adaptées aux réalités québécoises.


Aujourd’hui, après un long processus de regroupement des administrations dû à la diminution des effectifs, le siège social et l’administration des Frères du Sacré-Cœur se trouvent à Victoriaville.

Localisation

Municipalité: Victoriaville
Région administrative: 17 Centre-du-Québec
Lieu: Maison provinciale des frères du Sacré-Coeur d'Arthabaska, 905, boulevard des Bois-Francs Sud, Victoriaville (Qc), G6P 5W1
Téléphone: 819 357-8215

Source

Frère Jean-Claude Éthier
Titre, rôle et fonction : Frère Jean-Claude Éthier est adjoint au secrétariat à la Maison provinciale d’Arthabaska.
Lien avec la pratique : Il est entré chez les Frères du Sacré-Coeur en 1943 pour devenir enseignant. Il a rédigé un ouvrage sur l'histoire des Frères du Sacré-Coeur au Canada.

Enquêteurs : Daniela Moisa, Francesca Désilets
Date d'entrevue : 8 février 2011, 8 février 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: