Sonner les cloches dans une paroisse catholique — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

Sonner les cloches dans une paroisse catholique

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Paroisse, congrégation ou équivalent: Saint-François-de-Sales (Neuville)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Laïc (9250), Service au culte (9253)
et sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Musique sacrée (9353).

Historique général


Monsieur Lucien Brousseau, sonneur de cloches à Neuville
© IPIR 2010, soumis à copyright

Traditionnellement, la sonnerie des cloches règlemente tous les aspects de la vie sociale et spirituelle des communautés environnantes. Elle convie les paroissiens aux services religieux, marque les moments importants du culte et avertit les gens d'un danger imminent. La cloche est également horloge, avertissement pour les incendies ou les inondations.


Dans l’Église catholique, les cloches ont une fonction symbolique : elle matérialise la voix de Dieu et signale l’existence du Paradis. Autrefois, faute de moyens de communication, la sonnerie des cloches représentaient l’unique moyen d’informer les habitants des environs de différents événements passés ou futurs.


 

Description


Les cordes des cloches
© IPIR 2010, soumis à copyright

Ainsi, initialement, les cloches règlementaient le temps et les activités de la communauté de Neuville. Par exemple, au moment où on sonnait l’angélus, tout le monde arrêtait de travailler, se signait et prononçait une prière. Monsieur Brousseau sonnait l’angélus à dix heures le matin, à midi et le soir. Dans la semaine, neuf coups tintaient sur une seule cloche. Le dimanche, neuf coups retentissent sur chacune des trois cloches. Les cloches sonnaient pour les offices et la messe dominicale, ainsi que lors des grandes fêtes religieuses où toutes les cloches étaient mises en volée. 


Le nombre des cloches utilisées et la tonalité des sons varient en fonction du type de l’événement (funérailles, mariages, messe, fêtes, etc.). Par exemple, lors du décès d'un paroissien, on sonne le glas. Ainsi, les sonneries de deuil diffèrent en fonction du sexe du décédé : si c’est une femme, on tinte deux coups par cloche en commençant par la plus petite, trois fois; si c’est une homme, au lieu de sonner deux coups par cloche, on en sonne trois en commençant par la plus grosse. Si c’est un prêtre, il s’agit de neuf tintements par cloche. Les sonneries des cloches marquent également les étapes des cérémonies : les cloches sonnent au début, au milieu et à la fin d'une cérémonie funéraire, d'un mariage ou d'un baptême.

Apprentissage et transmission


La cloche de l'église Saint-François-de-Sales, à Neuville
© IPIR 2010, soumis à copyright

Depuis soixante-dix ans, monsieur Brousseau est sonneur des cloches à l'église Jean-Francois-des-Sales, à Neuville. Lui est son frère, décédé depuis quelques années déjà, sont connus comme les spécialistes des cloches à corde. Malgré son âge avancée, monsieur Brousseau continue à venir à l'église le dimanche, avant la messe, pour sonner les cloches. Il transmet son savoir-faire à Philippe Lortie, marguiller de la paroisse.


Avec l’évolution des moyens de communication, les cloches ont perdu l'une de leurs principales fonctions, soit d’avertir et d’informer les gens. Les cloches sont par ailleurs un acte de présence de l’Église dans le village, en plus d'être un vecteur d’information et de règlementation du temps et du quotidien. Le rapport que les gens entretiennent avec cet environnement auditif est plus affectif aujourd'hui, car il rappelle les temps jadis.

Localisation

Municipalité: Neuville
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Neuville, 714, rue de l'Église, Neuville, G0A 2R0
Téléphone: (418) 876-2022
Site Web: http://grandquebec.com/villes-quebec/neuville

Source

Lucien Brousseau et Philippe Lortie
Titre, rôle et fonction : Monsieur Lucien Brousseau est sonneur des cloches. Monsieur Lortie est sacristain à l'église Saint-François-de-Sales, à Neuville.
Lien avec la pratique : Depuis une soixantaine d'années, Monsieur Brousseau sonne les cloches à l'église Saint-François-de-Sales. À cause de son âge, il est remplacé par Monsieur Philippe Lortie, également sacristain.

Enquêteurs : Daniela Moisa, Marie Renier
Date d'entrevue : 6 septembre 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: