Roland Ricard, patenôtrier — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

Roland Ricard, patenôtrier

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Paroisse, congrégation ou équivalent: Saint-Charles-Borromée (Québec)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Fabrication d’objets religieux (9290), Objet (9293)
et sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique technique et artistique (9245).

Historique général


Roland Ricard, patenôtrier, et sa collection de chapelets
© IPIR 2010, soumis à copyright

La foi et l’Église ont toujours été au cœur de la vie de Roland Ricard, issu d’une famille catholique de neuf enfants. Durant son enfance, le chapelet était récité chaque jour et de 1950 à 1962, la famille Ricard écoutait l’émission de radio du cardinal Léger, « Le chapelet en famille ». Roland Ricard se souvient également que « la supplique à la Sainte Vierge » était récitée à l’église, les dimanches après-midi.
C’est cependant plus tard, au pensionnat des frères Maristes, que Roland Ricard apprend à fabriquer des chapelets. Un frère y enseignait la confection de chapelets en plus d’expliquer quels outils et quels matériaux utiliser : « Nous étions plusieurs enfants à suivre ce cours. Le frère nous a acheté des pinces, des anneaux, une chaîne, des perles et des croix. Ensuite, il nous montrait la technique du montage des boucles, et c’est quoi un vrai chapelet. » (Roland Ricard, 2010)
Bien qu’il ait consacré sa vie à l’enseignement, Roland Ricard a toujours conservé un grand intérêt pour les chapelets. Il continue d’ailleurs de les collectionner et de se renseigner à leur sujet. En 1991, peu de temps après avoir pris sa retraite, il décide de se consacrer quotidiennement à la fabrication de chapelets. Il commence donc par des chapelets simples. Ensuite, il fabrique des rosaires, puis des chapelets de la divine miséricorde et de saint Antoine. Il visite de nombreuses ventes de garage, des bazars et des marchés afin de trouver des pièces. Il accepte les commandes de communautés religieuses, de prêtres ou des particuliers. Des amis lui trouvent des images de chapelets sur Internet et en suivant le modèle, il les reproduit pour les vendre ou parfois, pour les offrir.

Description


Le bureau de travail de Roland Ricard
© IPIR 2010 IPIR 2010, soumis à copyright

La collection de Roland Ricard compte plus de 6000 chapelets. Il en a trouvé, à ce jour, 386 sortes. Certains d’entre eux sont dédiés à des fêtes liturgiques : le chapelet de la Pentecôte, de Noël, des fêtes de la Sainte Vierge, du Sacré-Cœur, etc. Il possède également des chapelets liés à des événements spéciaux, comme ceux des jubilés et des papes. Des chapelets de sa collection ont aussi été fabriqués en Haïti et en Colombie.
Sa collection comporte aussi un chapelet des missions dont les cinq couleurs représentent les cinq continents ou un chapelet des échelles, créé par saint François de Sales. Chez Roland Ricard, les murs sont ornés de plusieurs chapelets de sainte Brigitte. Ces modèles en bois sont de plus en plus rares parce qu’il est difficile de trouver les matériaux nécessaires. Le chapelet des sept douleurs de la Vierge, fabriqué par les sœurs de la Providence de Montréal, se démarque par ses sept médailles qui représentent les douleurs. Ce chapelet est très populaire et plusieurs communautés religieuses s’en servent dont les Hospitalières et les sœurs de la Providence. Le chemin de croix est également une pièce qui retient l’attention : il est serti de quatorze stations en argent dont les scènes sont finement incrustées. Un autre chapelet ayant de l’importance pour Roland Ricard est celui de Guadalupe, la patronne des enfants perdus.
Plusieurs chapelets de la collection ont été fabriqués à partir de matériaux originaux comme des saphirs, des coquillages (chapelet de Notre-Dame de Compostelle) ou des pétales de roses (chapelet de sainte Thérèse). La collection comprend également plusieurs chapelets québécois et canadiens, dont le et le chapelet de monseigneur de Laval.

Apprentissage et transmission


La confection des chapelets
© IPIR 2010, soumis à copyright

La passion de Roland Ricard pour les chapelets ne se résume pas à sa collection privée ou à la fabrication. Il organise régulièrement des expositions afin de donner des conférences, de présenter des exemplaires rares, d’expliquer ce qu'est un « vrai » chapelet et d’enseigner les techniques de fabrication. Avec humour, il raconte sa passion, sa vie, le parcours des chapelets qui se trouvent dans sa collection, son travail et le lien entre cet objet de dévotion et la foi. Les gens viennent le rencontrer, posent leurs questions ou achètent des chapelets. Dans le dépliant explicatif de l’exposition présentée en juillet 2010 à l’église Saint-Charles-Borromée de Charlesbourg, Roland Ricard résume : « Je suis intéressé par tout ce qui peut contribuer à l’évolution de ma recherche sur le patrimoine religieux des chapelets qui malheureusement glisse en oubli. Je vous remercie sincèrement de l’aide que vous m’apporterez… Une petite visite chez moi vous aiderait à comprendre ma démarche… Si de mon côté je peux vous apporter quelque chose en ce domaine, demandez… »
Roland Ricard croit que ses conférences sont un moyen de partager ses connaissances et son savoir-faire avec les autres. Elles lui permettent aussi de chercher une solution à sa principale inquiétude : la disparition de son savoir-faire et de sa collection. Il a affirmé plusieurs fois vouloir offrir tous ses chapelets à un musée. Il préférerait toutefois trouver quelqu’un d’aussi passionné que lui, intéressé à continuer de transmettre le savoir lié aux chapelets, à leur signification et à leur importance pour la foi et pour l’Église.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: La maison de Roland Ricard, 4104, carré des Rouges-Gorges, Québec (Qc), G1G 4J7
Téléphone: 418-628-0626

Source

Roland Ricard
Titre, rôle et fonction : Roland Ricard est patenôtrier.
Lien avec la pratique : Il fabrique et collectionnne des chapelets. Il effectue aussi des recherches sur le sujet.

Enquêteurs : Daniela Moisa, Louise Saint-Pierre
Date d'entrevue : 15 août 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: