Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La célébration du Vendredi saint chez les orthodoxes roumains

Tradition: Christianisme
Appartenance: Orthodoxie (chalcédonienne)
Groupe: Roumains
Diocèse, association ou regroupement: The Romanian Orthodox Archdiocese in the Americas
Paroisse, congrégation ou équivalent: Saints Apôtres Pierre et Paul (Mission) (Québec)

Classé sous Pratique religieuse (9300), Temps religieux (9280), Temps liturgique (9282)
et sous Pratique religieuse (9300), Cérémonie (9310), Procession (9315).

Historique général


Croix pascale décorée
© IPIR 2010-soumis à copyright

La célébration du Vendredi saint est une pratique millénaire dans l’Église orthodoxe. À Québec, la communauté orthodoxe roumaine le célèbre depuis la fondation de la Mission orthodoxe roumaine « Saints Apôtres Pierre et Paul de Québec » en 2003. Ainsi, le vendredi soir de la Semaine sainte, les croyants se rassemblent à l’église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier de Québec pour une célébration commémorant la mort du Christ.

Description


Offrandes sur l'épitaphe
© IPIR 2010-soumis à copyright

Dans le calendrier chrétien orthodoxe roumain, le Vendredi saint est nommé «Vendredi des Passions » (Vinerea Patimilor) ou « Grand Vendredi » (Vinerea Mare). Le Vendredi saint est un jour de deuil et de jeûne en mémoire de la mort de Jésus Christ. La célébration du Vendredi saint est sobre et triste : une messe à caractère funèbre a lieu, la messe de « l’enterrement » (slujba prohodului). Cette messe est la plus importante et la plus ancienne des messes nocturnes (denii, du slave vdenia) célébrées chaque soir de la Semaine sainte, du dimanche des Fleurs au Vendredi saint.


Durant cette célébration, le prêtre et les membres de la chorale (strana) lisent des psaumes et des prières spécifiques (tropare, péricope et luminade). Auparavant, on installait, au milieu de l’église, une croix de bois décorée de fleurs et une table sur laquelle reposaient la sainte épitaphe (un tissu aux couleurs sobres sur lequel est imprimée une image de Jésus Christ sur sa pierre tombale), le saint évangile et des cierges allumés. Dès leur entrée dans l’église, les croyants s’avancent dans le couloir central, déposent des fleurs sur la table, et passent trois fois sous cette dernière, en embrassant la croix. La sainte épitaphe représente le corps du Christ mis dans sa tombe et passer sous l'épitaphe symbolise les arrêts de Jésus sur le chemin de la croix.


Ces gestes rituels sont suivis d’une messe de soir (vecernia) qui se termine par l’interprétation collective d’un hymne funéraire ancien, l’hymne de l’enterrement (imnul prohodului). Cet hymne est structuré en trois parties (nommées stari) aux lignes mélodiques différentes, ressemblant à un chant funèbre. Les strophes de l’hymne sont interprétées tour à tour par les hommes et les femmes assis en deux groupes situés à droite et à gauche de l’autel.


Le moment culminant de la messe est celui du transport de la sainte épitaphe en dehors de l’église : quatre hommes sont désignés pour la porter jusqu’à la porte de l’église et tous les participants doivent passer sous l’épitaphe pour sortir. Les fidèles forment ensuite une procession et font trois fois le tour de l’église, en s’arrêtant quatre fois par tour : ces arrêts correspondent aux quatre points cardinaux et sont marqués par des prières et des chants. Cette procession symbolise l’annonce de la mort du Christ au monde entier. À la fin de la procession, la sainte épitaphe est déposée sur l’autel pour 40 jours, soit jusqu’au mercredi précédant l’Assomption. Aucune autre célébration n’a lieu dans l’église jusqu’au samedi à minuit, alors qu'on célèbre la messe de la Résurrection.

Apprentissage et transmission


Début de la procession
© IPIR 2010-soumis à copyright

Le Vendredi saint est un jour important dans le calendrier chrétien orthodoxe : des pratiques religieuses et sociales y sont rattachées – certains des gestes ne sont pas nécessairement imposés par l’Église, mais font partie des traditions familiales depuis plusieurs générations. À Québec, bien que certaines de ces pratiques aient disparu, d’autres continuent d’exister grâce à l’activité de la Mission orthodoxe roumaine « Saints Apôtres Pierre et Paul » et à la mémoire culturelle de la nouvelle communauté qui se développe.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, 160, rue Saint-Joseph Est, Québec, G1K 3B8

Source

Daniel Postolache
Titre, rôle et fonction : Prêtre orthodoxe
Lien avec la pratique : Daniel Postolache est prêtre orthodoxe de la Mission « Saints Apôtres Pierre et Paul » de Québec depuis l'automne 2004.

Enquêteurs : Imre Nogradi, Alina Nogradi

Fiches associées


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: