Le Pipes and Drums Band (ensemble de cornemuses et de tambours) du 78th Fraser Highlanders, garnison de Olde Fort St. Andrew's — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

Le Pipes and Drums Band (ensemble de cornemuses et de tambours) du 78th Fraser Highlanders, garnison de Olde Fort St. Andrew's

Tradition: Christianisme
Appartenance: Protestantisme
Groupe: Presbytérien
Diocèse, association ou regroupement: Église presbytérienne du Canada / Presbyterian Church in Canada (Presbytery of Québec)
Paroisse, congrégation ou équivalent: St. Andrew's Presbyterian Church (Québec)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Laïc (9250)
et sous Pratique religieuse (9300), Temps religieux (9280), Fête communautaire (9284).

Historique général


Soir de répétition au Kirk Hall
© IPIR 2011, soumis à copyright

La fondation de la paroisse presbytérienne St. Andrew's et l’établissement de la première communauté écossaise en Amérique sont directement liés à la venue du 78th Fraser Highlanders en 1759 pour combattre sous les ordres du général Wolfe. À l’époque, des cornemuseurs et des joueurs de tambours dirigeaient les soldats de ce régiment. La cornemuse était en quelque sorte considérée comme une arme, car elle produit un son très puissant.


Les premières célébrations presbytériennes à Québec ont lieu en 1759 et l’église est construite en 1810. Aujourd’hui, on retrouve encore à l’église St. Andrew's de Québec, deux drapeaux qui rappellent l’importance du 78th Fraser Highlanders dans la fondation de la communauté presbytérienne.


C’est en 1967 que le 78th Fraser Highlanders est reconstitué à Montréal à l’occasion de l’exposition universelle. Il s’agit depuis d’un régiment historique voué à faire connaître la culture écossaise et son histoire. En 2002, des membres de la paroisse St. Andrew's ont manifesté le désir de créer une garnison à Québec. Comme la musique est une dimension importante de cette culture, le Pipes and Drums Band (traduire l'ensemble de cornemuses et de tambours) a été formé la même année. Ses membres sont des civils, mais ils effectuent parfois des reconstitutions militaires pour rappeler le rôle historique du régiment. C’est également pour rappeler l'importance du régiment dans la fondation de St. Andrew's que des cornemuseurs sont parfois présents lors de célébrations religieuses.

Description


L'ensemble de cornemuses et de tambours du 78th Fraser Highlanders en répétition
© IPIR 2011, soumis à copyright

La cornemuse est un instrument constitué d’un sac qui permet d’emmagasiner l’air afin de produire un son continu. Ce sac est placé sous le bras et, par une légère pression, l’air sort des trois extrémités appelées « bourdons ». La mélodie est jouée à l’aide d'un « chanter », une sorte de flûte. Le répertoire est majoritairement constitué de pièces militaires comme le « Scotland the Brave ». Cependant, les cornemuseurs peuvent aussi interpréter d’autres pièces plus tristes ou plus joyeuses, comme des gigues. Pour ce qui est de la musique sacrée, les cornemuseurs doivent adapter les pièces étant donné que l’instrument ne joue que neuf notes. Une des pièces souvent jouées est « Amazing Grace ».


En raison de sa puissance, la cornemuse ne peut pas être accompagnée de chants. Ainsi, les cornemuseurs ne sont présents qu’à certaines célébrations religieuses, environ quatre ou cinq fois l’an et lors de quelques mariages et funérailles. La fête de St. Andrew, le patron des Écossais, a lieu le 30 novembre et on y joue de la cornemuse. De plus, le 6 avril, on souligne le Jour du Tartan en célébrant la culture écossaise au son de l'instrument. Un autre événement important est le « Kirking of the Tartan » qui peut être célébré à n’importe quel moment de l’année. Cette cérémonie vise à commémorer les nombreuses persécutions dont les Écossais ont été victimes au 18e siècle, à la suite de la tentative ratée du prince Charles Edward Stuart de reprendre la couronne britannique. Au cours des années qui ont suivi cet événement, tous symboles rappelant l’Écosse, dont le tartan, étaient proscrits. Toutefois, les Écossais ont continué d’amener à l'église secrètement une fois par an un petit morceau de tartan pour le faire bénir. La tradition se perpétue, mais aujourd’hui le tartan est porté fièrement durant la cérémonie.


Lors des célébrations, le rôle des cornemuseurs est d’accompagner les pas du révérend à son entrée et à sa sortie de l’église. Il arrive que les cornemuseurs jouent à d’autres moments de la célébration, notamment lors de l'offertoire ou s’il y a une communion. Le « Highland Cathedral » est souvent interprété à la fin de la cérémonie. À ce moment, l’organiste accompagne généralement les cornemuseurs.

Apprentissage et transmission


L'ensemble de cornemuses et de tambours du 78th Fraser Highlanders en répétition-2
© IPIR 2011, soumis à copyright

Les membres du Pipes and Drums Band ne sont pas nécessairement de descendance écossaise. C’est par amour de la musique que les membres choisissent de se joindre à l’ensemble. L’excellente acoustique du lieu a fait en sorte que l’église a été choisie pour les répétitions du jeudi soir. De plus, comme la communauté presbytérienne à Québec n’est pas très nombreuse, ces rencontres permettent de faire connaître l’église, en tant que lieu de culte et lieu historique. L'été, il arrive que l’ensemble décide de pratiquer dans la cour de l’église pour le plus grand plaisir des touristes.


Avant 2002, il semble qu’il n’y avait pas beaucoup de cornemuseurs à Québec. La création du Pipes and Drums Band participe donc à la préservation de la tradition écossaise à Québec.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Olde Fort St. Andrew's, 106, rue Saint-Anne, Québec (Qc), G1R 3X8
Téléphone: 418-934-3351
Site Web: http://www.78thfraser.ca/

Source

Alan Stairs
Titre, rôle et fonction : Pipe major au sein du Pipes and Drums Band de la garnison de Olde Fort St. Andrew's depuis 2003.
Lien avec la pratique : Le Pipe major est celui qui dirige l'ensemble musical.

Enquêteur : Francesca Désilets et Marie-Eve Samson
Date d'entrevue : 3 mars 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: