L’enseignement de la musique chez les Petites Franciscaines de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

L’enseignement de la musique chez les Petites Franciscaines de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Petites Franciscaines de Marie

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Musique sacrée (9353).

Historique général


Chorale de soeur Gravel
© Archives des Petites Franciscaines de Marie Soumis à copyright

Les Petites Franciscaines de Marie étant animées d’un sens de la fête, la musique et son enseignement font partie des activités qu’elles pratiquent. Déjà, mère Alphonse-Marie-de-Liguori, l’une des onze fondatrices, était dotée d’une belle voix et chantait pour ses consœurs. On relate également dans les Annales de la communauté de Pointe-au-Pic que, dès son arrivée en 1913, une des quatre religieuses envoyées dans la paroisse forme un choeur rassemblant douze jeunes garçons pour chanter à la messe de minuit.

Plusieurs autres chorales, aux États-Unis comme au Québec, dont la Pointe Chantante, la Mini Pointe Chantante et les Joyeux Copains, ont été formées dans des paroisses où oeuvraient les soeurs enseignantes de la communauté. Plusieurs religieuses ont effectivement enseigné la musique au cours de leur carrière. Soeur Carmen Gravel, pour sa part, participe encore aujourd'hui à la formation musicale auprès des jeunes de la Maîtrise de Charlevoix et travaille comme assistante directrice du Choeur Polyphonique de Charlevoix.


 

Description


Sr Carmen Gravel enseignant le piano
© Archives des Petites Franciscaines de Marie Soumis à copyright

L’enseignement de la musique par les Petites Franciscaines de Marie faisait partie du curriculum scolaire, quelques religieuses étant embauchées pour s'occuper de l'éducation musicale dans les classes. Les leçons comprenaient l'apprentissage de la théorie musicale et, où les installations le permettaient, dans les écoles de la communauté et à l'orphelinat Saint-Jean de Québec, les jeunes avaient la chance de faire l'apprentissage d'instruments tels la flûte à bec, le xylophone, le piano, les percussions, etc. La collaboration de la communauté religieuse et du milieu a grandement favorisé l'enseignement de la musique auprès des jeunes, spécialement dans la région de Charlevoix. Les élèves bénéficiant d'un enseignement individuel étaient par ailleurs avantagés par les installations de l'école. Les Petites Franciscaines de Marie ont enseigné à des jeunes de cinq à dix-sept ans et, exceptionnellement, à quelques-uns plus âgés. Plusieurs de ces étudiants en piano et les choristes de 1963-1965 ont eu l'occasion de se produire partout en province en participant aux concours de musique du Canada avec soeur Carmen Gravel. Les résultats n'ont d'ailleurs pas manqué de faire honneur à la région de Charlevoix.

Aujourd'hui, deux religieuses de la communauté, des passionnées de musique, chantent au sein du Choeur Polyphonique de Charlevoix, et ce, depuis une quinzaine d'années. Quelques autres animent les célébrations liturgiques de la maison mère. En paroisse, certaines dirigent des chorales lors des liturgies dominicales ou de funérailles. Soeur Carmen Gravel est d'ailleurs souvent sollicitée pour chanter, comme soliste, à l'occasion de mariages ou de funérailles. En 2000, une chorale formée de soeurs âgées, "Le Choeur D'or", a vu le jour à la maison mère, agrémentant la vie des religieuses aînées jusqu'en 2007.

Apprentissage et transmission


Chorale d'enfants dirigée par les Petites Franciscaines de Marie
© Archives des Petites Franciscaines de Marie Soumis à copyright

Dès son entrée au pensionnat, à l'âge de onze ans, sœur Carmen Gravel apprend la musique, notamment le piano et le chant. Novice et jeune professe dans la congrégation, elle poursuit ses études musicales à l'École de musique de Westmount, chez les Soeurs de la Congrégation Notre-Dame, lui permettant, par la suite, de communiquer son ardeur musicale à des centaines de jeunes pendant plus de vingt-sept ans, au moyen de l'éducation musicale faite dans les classes et de l'enseignement individualisé. Deux de ses étudiantes sont devenues "docteures" en musique "piano", d'autres, détentrices de maîtrises ou de baccalauréats en musique, certaines sont aujourd'hui des professeurs de bonne renommée, qui, à leur tour, transmettent leur passion pour la musique.


De beaux moments ont été vécus avec ces jeunes musiciens et musiciennes qui en gardent un précieux souvenir. Des valeurs d'amour, d'écoute, de fraternité et de compréhension ont été transmises à travers la découverte de leurs aptitudes, les succès et la reconnaissance de l'autre et de son talent. La fraternité, la simplicité et la joie franciscaines ont toujours teinté ces heures de proximité avec ces jeunes, privilégiés de pouvoir développer les donx reçus et leur goût musical.


 

Localisation

Municipalité: Baie-Saint-Paul
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Maison mère des Petites Franciscaines de Marie, 63, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul (Qc), G3Z 2J7
Téléphone: 418-435-3520
Télécopieur: 418-435-5318
Site Web: http://www.espacemusealpfm.com

Source

Soeur Carmen Gravel
Lien avec la pratique : Sœur Gravel a occupé différentes fonctions au sein des Petites Franciscaines de Marie. Elle a enseigné, en plus de poursuivre ses études en musique. Supérieure locale pendant douze ans, elle occupe les postes de conseillère générale et supérieure régionale pendant douze ans, puis de supérieure générale pendant dix ans. Durant toute sa vie en communauté, la musique occupe une place importante. Depuis de nombreuses années, elle se consacre à l’enseignement du piano et de la flûte à bec, ainsi qu’à la direction de chorales. Elle collabore, vers 1975, à la mise sur pied de l’École de Musique de Charlevoix pour les jeunes talents de la région, avec le chef d’orchestre de renommée internationale, Françoys Bernier. Elle l’épaule également lors de ses projets d’acquisition du Domaine Forget et pour la Fondation de l’Académie Musicale du Domaine Forget de Saint-Irenée, qui voit le jour en 1978. À l’été 2007, terminant ses deux mandats comme supérieure générale de la congrégation, sœur Carmen Gravel est sollicitée par les responsables des services diocésains de Québec pour participer à la formation de deux chorales —Internationale et Inter Québec—pour le Congrès Eucharistique international de l’été suivant Tout en assumant la responsabilité de sa petite communauté locale de Québec en 2008, elle devient employée des services diocésains, à la fois comme relationniste pour le site ECDQ.tv, comme secrétaire de l’Association des Supérieur(e)s Majeur(e)s du diocèse de Québec et comme responsable de la table de concertation de la vie consacrée.

Enquêteurs : Roseline Bouchard, Maude Redmond-Morrisette, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 3 mai 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: