La messe catholique — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La messe catholique

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Paroisse, congrégation ou équivalent: Province de Québec

Classé sous Pratique religieuse (9300), Cérémonie (9310), Office (9311).

Historique général


La procession d'entrée
© IPIR 2010, soumis à copyright

La messe, cérémonie du sacrifice eucharistique, a été célébrée pour la première fois par Jésus Christ lui-même au jeudi saint. Comme le relate l’Évangile, lors du dernier repas, Jésus a pris un pain, l'a béni, rompu, puis offert aux Apôtres en symbole de son corps. Il a fait de même avec le vin, représentant son sang. Les Apôtres y ont donc pris pour la première fois la communion. Les disciples ont par la suite reproduit ce dernier repas en y ajoutant des prières. Puis, les fidèles célébrant la messe ont pris l’habitude de lire des passages de l’Évangile ou des lettres des Apôtres.  Célébrées par les fidèles en divers lieux, les messes ont été officiées dans les basiliques à partir du IVe siècle.

Au XVIe siècle, la messe est célébrée de différentes manières. En 1545, les évêques se réunissent au Concile de Trente sous l’initiative de Paul III afin de discuter du renouveau de la messe et d’établir des normes sur les rites à observer dans cette célébration religieuse. Il faut toutefois attendre la publication du missel romain (circa 1570) pour que le rite soit définitivement établi. Cette initiative de saint Pie V établie la norme, pour les prêtres, de la célébration de l’eucharistie du rite latin.

Le missel romain est corrigé en 1970, suite au Concile de Vatican II, qui rend la structure de la messe plus simple et accessible aux fidèles, encourageant ainsi leur participation. Sans éliminer les diverses variantes culturelles de la célébration de la messe, le missel romain offre, encore aujourd’hui, une ligne à suivre pour l’accomplissement de ce rite. Après le Concile de Vatican II, le rituel n'a subi que quelques changements mineurs.

Description


Le père Aubé à l'autel pendant la liturgie eucharistique
© IPIR 2010, soumis à copyright

La messe, aussi appelée la Cène du Seigneur, est divisée en quatre étapes, soit les rites initiaux, la liturgie de la parole, la liturgie eucharistique et, finalement, le rite de conclusion. Ces étapes sont elles-mêmes divisées.

La première étape, aussi appelée « le rassemblement », consiste au moment où le peuple de Dieu se prépare à prier son Seigneur et est disposé à célébrer l’eucharistie. Lors de la procession d’entrée, un chant est entamé afin de créer une communion entre les fidèles. Après avoir vénéré l’autel, le prêtre introduit la célébration par un signe de croix, signe que les fidèles tracent sur eux-mêmes, et salue l'assemblée. Suit le rite pénitentiel, qui consiste en une demande de pardon à Dieu. Les fidèles entament alors une confession générale pour ensuite recevoir l’absolution du prêtre. L’assemblée poursuit avec le chant du Gloria, offert pour la grâce de Dieu après le pardon. Ces rites initiaux se terminent par une prière d’ouverture, l'assemblée étant pour lors purifiée et prête à accueillir la messe.

La deuxième étape, la liturgie de la parole, constitue le moment où l’on proclame au peuple, par des lectures, la parole de Dieu. La première lecture, extraite de l'Ancien Testament, est suivie d’un psaume de louanges à Dieu. La deuxième, quant à elle tirée des Actes des Apôtres, encourage habituellement le peuple afin qu’il persévère dans sa vie de foi. Avant que le prêtre lise l’Évangile, l’Alléluia est chanté afin de saluer le Seigneur et d'être prêt à accueillir sa parole. La lecture de l’Évangile, qui représente ainsi la parole de Dieu, se veut un moment de grande vénération, habituellement visible par l'attention des fidèles, debouts. Cette lecture est suivie de l’homélie, un moment d’interprétation de la parole du Seigneur en relation avec les préoccupations de l’assistance ou propre à la messe du jour. La profession de foi et la prière universelle —supplications de l'assemblée pour l'Église et ses dirigeants, pour la communauté locale, pour le salut du monde entier, etc.— closent la liturgie de la parole.

Troisième étape de la messe, la liturgie eucharistique prend place à la table eucharistique, où sont apportées les dons (le pain et le vin). Est récitée la prière des offrandes puis la prière eucharistique, laquelle évoque les paroles et les gestes de Jésus lors du dernier repas. Le prêtre procède à la consécration du pain et du vin, puis l'assemblée se prépare à la communion en prononçant l'oraison dominicale, le Notre Père, et en échangeant un geste de paix. Le prêtre rompt ensuite le pain, évoquant l'idée que tous les fidèles sont rassemblés en un seul corps. Le rite de communion débute avec le prêtre qui reçoit le corps du Christ, pour ensuite le distribuer à l’assemblée.

La quatrième et dernière étape de la célébration, les rites de conclusion, s'engage après la communion. L’assemblée récite une dernière prière pour ensuite être bénie par le prêtre. Ce dernier procède enfin au rite d’envoi, réclamant le retour des fidèles à leurs occupations, tout en méditant ce qu’ils ont appris dans la célébration et en continuant de bénir le seigneur.

Apprentissage et transmission


La prière eucharistique par le père Hien
© IPIR 2010, soumis à copyright

Pour célébrer la messe, les prêtres peuvent se référer au missel romain, ouvrage rapportant l’ordre des rites et expliquant l’organisation de la cérémonie étape par étape. De plus, lors de leur formation au séminaire et de leur stage en paroisse, les futurs prêtres apprennent à officier les rites catholiques.

Localisation

Municipalité: St-Vital de Lambton et Laval
Ressources:

Le Vatican, Présentation générale du Missel romain


Source

Abbé Ghislain Hien et abbé Claude Aubé
Titre, rôle et fonction : En 2010, Claude Aubé était le pasteur de la paroisse Sainte-Béatrice à Laval depuis quatre ans et demi. Il est Clercs de Saint-Viateur. Ghislain Hien est prêtre à la paroisse Saint-Vital de Lambton. Originaire du Burkina Faso, il occupe cette fonction dans le diocèse de Québec dans le cadre de la coopération internationale ecclésiale

Enquêteurs : Marjolaine Boutin, Imre Nogradi
Date d'entrevue : 12 décembre 2010, 31 décembre 2010

Vidéos

Photos


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: