La vie conventuelle chez les frères Servites de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

La vie conventuelle chez les frères Servites de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Montréal
Communauté religieuse: Servites de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique coutumière (9242)
et sous Organisation religieuse (9200), Structure (9210), Structure communautaire (9214).

Historique général


Le réfectoire des frères
© IPIR 2009, soumis à copyright

Dès les débuts de l’ordre des Servites de Marie au 13e siècle, la fraternité et l’amitié sont au centre de l’existence des frères et, de surcroît, au centre de leur vie quotidienne. Unis dans une communauté de vie fraternelle, les sept fondateurs choisissent d’offrir leurs services aux pauvres, aux malades et aux pèlerins de la commune de Florence. Leur mode de vie, basé sur l’amitié, la simplicité évangélique et une logique différente de celle vécue dans la commune, attirera d’ailleurs de nombreux adeptes.


Le témoignage laissé par les Servites de Marie aux contemporains et aux générations suivantes continue d’inspirer les fidèles. Ainsi, dès la fondation de l’ordre, il importait que la vie quotidienne des frères soit marquée par l’amitié, la fraternité, l’amour de Dieu et de son prochain, ainsi que la dévotion à Marie.

Description


Frère André Mailhot, o.s.m.
© IPIR 2009, soumis à copyright

Les frères partagent effectivement un quotidien orienté par ces valeurs et leurs journées sont rythmées par les offices, les repas en commun et les récréations. Avant le concile Vatican II, les religieux se levaient vers 5 h 40, au son de l’Ave Maria. Ils revêtaient ensuite la tunique qu’ils portaient toute la journée. L’office divin avait lieu à 6 h et était suivi d’une messe et d'action de grâce, de 7 h 30 à 7 h 45. Les frères assistaient toujours à la messe agenouillés, sauf pour la lecture des Évangiles. Puis, ils déjeunaient en silence et vaquaient à leurs tâches ménagères. Ils écoutaient la conférence du père à 9 h 30, avant de retourner au travail. Vers 11 h 30, ils se préparaient pour l’office divin célébré de 11 h 45 à 12 h 15. Suivaientt le repas, pris en silence, puis une récréation d’une trentaine de minutes, au cours de laquelle les frères pouvaient discuter et se promener. Les religieux allaient par la suite faire une sieste dans leur chambre. À 15 h, les novices célébraient l’office de la Sainte Vierge, puis les frères poursuivaient leur travail jusqu’à 16 h 45. Ils se consacraient subséquemment à l’oraison et à la prière silencieuse dans la chapelle jusqu’à 17 h 15. En soirée, avaient lieu l’office divin, le repas du soir, toujours en silence, une récréation de 30 minutes et l’office du soir. À 20 h 30, tous les religieux retournaient dans leurs chambres pour la nuit.


Le quotidien des frères a changé après le concile Vatican II. Aujourd’hui, les Servites de Marie célèbrent un office et une messe le matin et travaillent le matin. Suivent ensuite le repas du midi, du travail en après-midi, le souper et une récréation le soir, l’Église n’ayant conservé que le plus simple de la vie communautaire. Les trois heures de repas de même que les moments dédiés à la prière sont restés les mêmes après le concile Vatican II. Les prières sont organisées ainsi : les laudes le matin, l’office du milieu du jour le midi et les vêpres le soir, avant le repas.
Les travaux quotidiens à effectuer sont répartis entre les frères, tout en conservant suffisamment de temps pour les offices, la prière et la contemplation.


Servite de Marie depuis 1962, le frère Paul-André Mailhot considère positif que, suite aux changements apportés par le concile Vatican II, la vie quotidienne des religieux soit moins rigide.


 

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
Lieu: Couvent des Sept-Saints-Fondateurs, 5705, boul. Gouin Est, Montréal (Qc), H1G 5X1
Téléphone: 514-325-5960
Télécopieur: 514-325-6761
Site Web: http://www.servitesdemarie.org

Source

Frère Paul-André Mailhot
Titre, rôle et fonction : Membre de l’ordre des Servites de Marie depuis près d’une cinquantaine d’années, le frère Paul-André Mailhot entre en communauté en 1962 à 21 ans. Complétant ses études à Montréal chez les Dominicains, puis à Ottawa, à l’université St-Paul, il est ordonné prêtre le 29 juin 1969. Après plusieurs années comme maître des pré-novices et des novices à Sillery et à Sainte-Foy, le frère Mailhot est transféré au Collège Notre-Dame des Servites à Ayer’s Cliff, dans les Cantons-de-l’Est. Peu de temps après son arrivée, il y devient le prieur conventuel. Le frère Paul-André Mailhot est élu prieur provincial canadien le 2 avril 1985. Il occupera cette fonction pendant six ans. Puis, le frère Mailhot devient curé à la paroisse Saint-Donat, à Montréal, pendant neuf ans, avant de travailler un an à St-Stanislas.
Lien avec la pratique : Attiré par la fraternité entre les religieux et la dévotion portée à la Vierge Marie, Paul-André Mailhot choisit de se joindre à l’Ordre des Servites de Marie.

Enquêteurs : Marie Renier, Imre Nogradi, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 13 juillet 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: