Notre-Dame du Bon-Conseil: dévotions et fête patronale — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Notre-Dame du Bon-Conseil: dévotions et fête patronale

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi

Classé sous Système de croyance (9100), Être spirituel (9120), Intercesseur/médiateur (9123)
et sous Organisation religieuse (9200), Temps religieux (9280), Fête calendaire (9281).

Historique général


Réplique du tableau apparu miraculeusement à Genazzano en 1467
© IPIR 2011, soumis à copyright

L’image de Notre-Dame du Bon-Conseil aurait été vénérée dès les premiers siècles de la chrétienté dans la chapelle Sainte-Marie à Scutari, en Albanie. En 1467, peu avant la conquête des Turcs, deux gardiens de la chapelle vouant une grande dévotion à la Vierge se recueillirent au pied de l'image représentant Marie pour lui demander conseil. Ils demandèrent à la Sainte Vierge s’ils devaient quitter leur pays en raison de la menace turque. C’est à ce moment que l’image de la Vierge soutenue par des anges se serait envolée jusqu’en Italie. Les gardiens la suivirent jusqu’à Rome où l’icône disparut.

L’image réapparut la même année à Genazzano. Les habitants, appelés par les carillons de la chapelle Saint-Blaise, ont vu apparaître l’image de la Vierge. L’image se posa au centre de l’autel de manière miraculeuse. Encore aujourd’hui, elle est là.

Les deux gardiens albanais se rendirent à Genazzano où ils racontèrent le miracle du déplacement de l’image. Les habitants la nomma Vierge de la sagesse, Notre-Dame du paradis, en riason de sa beauté divine. On lui a, ensuite, donné le nom de Notre-Dame du Bon-Conseil. Cette Vierge a aussi été nommée Vierge des papes, car ces derniers lui vouaient une grande dévotion et se recueillaient à ses pieds pour prendre de bonnes décisions.

Pour le fondateur de la congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Bon-Conseil, monseigneur Michel-Thomas Labrecque, sa dévotion envers Notre-Dame du Bon-Conseil débuta lors de ses études au Grand Séminaire de Québec. Il y côtoyait un professeur qui, lors de ses études à Rome, avait fait l’acquisition d’une image de Notre-Dame du Bon-Conseil.  Il la décrivait comme la Vierge de la sagesse et disait qu’elle pouvait aider à prendre de bonnes décisions. Monseigneur Labrecque développa alors une dévotion envers Notre-Dame du Bon-Conseil, dévotion qui l'amena en pèlerinage à Genazzano au début des années 1880.

Notre-Dame du Bon-Conseil a aussi joué un grand rôle dans la spiritualité de la Mère Fondatrice de la communauté. Avant de fonder la congrégation, Françoise Simard a travaillé dans un presbytère de Baie-Saint-Paul et y a fait la rencontre d’un père Oblat de Marie-Immaculée. Elle lui parla de son désir de vie religieuse et le père lui offrit une image de Notre-Dame du Bon-Conseil, au verso de laquelle se trouvait une prière. Il dit à Françoise Simard : « Tenez, priez-là avec confiance, c’est elle qui vous guidera ». Elle lui fit entièrement confiance et fonda, en 1894, la congrégation de Notre-Dame du Bon-Conseil. En décembre de la même année, elle change son nom pour devenir mère-Marie-du-Bon-Conseil.  

En 1895, lors du déménagement des sœurs dans le premier monsatère, monseigneur Labrecque accrocha, au dessus du tabernacle de la chapelle, l’image de Notre-Dame du Bon-Conseil rapportée de Rome. (Cette image se trouve aujourd’hui au centre historique de la congrégation.) Montrant une fois de plus son dévouement envers la Vierge, monseigneur Labrecque écrivit dans l’ordonnance érigeant canoniquement l’institut : « Nous le plaçons spécialement sous la protection de l’auguste mère de Dieu, la conjurant d’avoir pour agréable l’offrande que nous lui faisons. Nous la prions avec humilité d’assister de ses conseils cette communauté naissante qui désire perpétuer jusqu’à la fin des siècles le culte de la Vierge immaculée, sous le titre de Notre-Dame du Bon-Conseil.»

Depuis la fondation de la congrégation, les sœurs et leurs élèves ont voué un culte à Notre-Dame du Bon-Conseil, qui s'incarne dans leurs chants et leurs prières. Toutefois, peu à peu, cette dévotion a pris du recul dans le diocèse et le centenaire de la congrégation, en 1994, a été l’occasion de lui donner un second souffle. Aujourd’hui, les sœurs continuent à vouer une admiration à Notre-Dame du Bon-Conseil et à lui demander conseil. Chaque année, le 26 avril, la fête patronale permet de lui renouveler leur dévouement et leur confiance.

Description


Entrée en procession pour la célébration eucharistique lors de la fête de Notre-Dame du Bon-Conseil
© IPIR 2011, soumis à copyright

Le 26 avril est le jour de la fête de Notre-Dame du Bon-Conseil. Bien que l’arrivée miraculeuse à Genazzano de l’image de la Vierge ait eu lieu le 25 avril en soirée, la fête de Notre-Dame du Bon-Conseil a été établie le lendemain puisque les célébrations religieuses se déroulent généralement dans la journée. La fête patronale est précédée d’une neuvaine célébrée de manières différentes dans la congrégation au Canada, et dans les missions au Chili et en Afrique, chacune y apportant sa touche particulière.

Aujourd’hui, le point culminant de la fête de Notre-Dame du Bon-Conseil est la célébration eucharistique. En 2011, la congrégation est entrée à la chapelle en procession au son des cloches, rappelant ainsi le temps où les cloches marquaient le temps dans les couvents, car elles sonnaient les levers, les couchers, les repas, les offices, etc.  La procession remémorait également qu’à une certaine époque, les sœurs défilaient en rang lorsqu’elles se déplaçaient en groupe. Après les sept tintements de cloche, rappelant les sept allégresses de saint Joseph, les Sœurs de Notre-Dame du Bon-Conseil sont entrées en procession dans la chapelle, portant l’image de la Vierge.

La Supérieure générale a adressé un mot de bienvenue et la célébration a débuté avec des chants. Pendant la célébration, des offrandes ont été présentées, dont des cierges de la messe de profession temporaire de la Mère Fondatrice le 24 décembre 1896, apportés par monseigneur Labrecque et offerts au Seigneur. À la demande de mère Françoise Simard, ces derniers avaient également été allumés lors du salut au Saint-Sacrement à l’occasion des noces d’or de la congrégation en 1944.

Cette fête est aussi une fête communautaire. Les sœurs qui travaillent à l’extérieur reviennent à la maison mère pour célébrer cette journée bien spéciale. Les laïcs de l’association Notre-Dame du Bon-Conseil sont invités à la fête et les célébrations se terminent par un repas et diverses activités.

Apprentissage et transmission


Les offrandes remises lors de la célébration eucharistique de la fête de Notre-Dame du Bon-Conseil
© IPIR 2011, soumis à copyright

Le fondateur, monseigneur Labrecque, a mandaté sa congrégation pour faire connaître  la dévotion à Notre-Dame du Bon-Conseil. Au Saguenay et au Lac-Saint-Jean, les élèves des Sœurs du Bon-Conseil ont donc appris, dès leur entrée en classe, des cantiques en l’honneur de Marie. Ces mêmes chants ont aussi été enseignés en Afrique et au Chili, là où la congrégation avait des missions.

Localisation

Municipalité: Saguenay
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
Lieu: Maison mère des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi, 700, rue Racine, Saguenay (Qc), G7H 1V2
Téléphone: 418-543-4861

Source

Soeur Noëlla Laforest
Lien avec la pratique : Elle a travaillé à la maison de formation, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ainsi qu'en Afrique. En ce moment, elle fait du bénévolat dans un organisme communautaire et est membre du conseil diocésain de pastorale des vocations.

Enquêteurs : Maude Redmond Morissette, Marjolaine Boutin, Marie-Ève Samson
Date d'entrevue : 29 mars 2011, 26 avril 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: