La Maison de Quartier des Soeurs de Notre-Dame du Bon Conseil — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de lieu

La Maison de Quartier des Soeurs de Notre-Dame du Bon Conseil

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Chicoutimi
Communauté religieuse: Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262).

Historique général


Maison de Quartier
© Archives des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil, soumis à copyright

La Maison de Quartier, située à Jonquière, a vu le jour en 1976 sous l’initiative de Marie-Josée Baril, sœur de la congrégation de Notre-Dame du Bon-Conseil. Alors que cette dernière cherche un stage pour terminer ses études en travail social, on lui propose d’évaluer les besoins des gens à faible revenu dans la ville de Jonquière. Elle crée donc un centre de référence où les gens peuvent appeler pour signaler leurs besoins. Soeur Baril se rend compte que les besoins essentiels ne sont pas comblés chez plusieurs personnes et que beaucoup de préjugés concernant la pauvreté sont fortement ancrés.

Sœur Marie-Josée Baril fonde alors un organisme qui s’emploiera à repousser les frontières de la pauvreté en offrant des biens de première nécessité. Même si la Maison de Quartier n’est pas une œuvre des Sœurs de Notre-Dame du Bon-Conseil, sœur Baril a insufflé certaines valeurs de sa congrégation à son projet, entre autres, sa mission éducative. La Maison de Quartier a donc pour mission d’éduquer la population pour contrer l’endettement, de même que de sensibiliser la population locale sur le bien-fondé de la récupération.

Vers la fin des années 1970, le concept de récupération commence à être connu dans notre société, ce qui contribue au développement de la Maison de Quartier. Soeur Baril, assistée de trois consœurs de la congrégation et de quelques bénévoles, forme la population sur les bénéfices de se procurer des objets récupérés. L'organisme ne s’est pas seulement engagé à vendre des produits moins chers, mais également à redonner une dignité aux personnes vivant une situation de pauvreté.

Description


À l'intérieur de la Maison de Quartier
© Archives des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil, soumis à copyright

Entreprise d'économie sociale, la Maison de Quartier trouve au centre de ses préoccupations la condition des personnes à faible revenu, de même que la protection de l'environnement. La Maison a d'abord ouvert un comptoir de vêtements usagés et a donné naissance à plusieurs corporations indépendantes oeuvrant dans le domaine social. Aujourd'hui, on retrouve toujours le comptoir vestimentaire, un centre de tri, un atelier de couture, le Comptoir du Meuble et le Bazar-Être, où l’on peut se procurer des objets d’utilité courante. Également, une coopérative d'habitations a vu le jour à la Maison de Quartier. Aujourd'hui indépendante, cette coopérative offre 38 appartements(Sous mon Toît). Divers services de soutien sont également offerts, tel le service budgétaire. 


Les différentes corporations sont indépendantes, mais ont toutes la même mission, soit celle d’aider les appauvris et de leur redonner confiance en eux-mêmes. Ces associations sont créées de telle sorte que lorsqu'une corporation génère des surplus d'argent, les reponsables de la Maison de Quartier évaluent les besoins et répondent à ceux-ci en créant une autre corporation.


La congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil a toujours supporté le projet de soeur Baril. En plus de l’appuyer dans ses décisions, la communauté l'a soutenue financièrement et trois soeurs lui ont prêté main forte pour la mise sur pied et le développement de l'organisme. Grâce à la formation reçue chez les Sœurs du Bon-Conseil et guidée par le charisme de la communauté, sœur Marie-Josée Baril a pu intégrer les valeurs éducatives de la Fondatrice au centre de services.


Aujourd’hui, 24 employés permanents, une cinquantaine de bénévoles, ainsi que des personnes handicapées travaillent à la Maison de Quartier. Au fil du temps, le centre de services a permis de diminuer les préjugés liés à la pauvreté.

Apprentissage et transmission


À l'intérieur du Comptoir du Meuble
© Archives des Soeurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil, soumis à copyright

La Maison de Quartier est, entre autres, une manifestion  de l’évolution du charisme des Sœurs de Notre-Dame du Bon-Conseil. En effet, alors que les sœurs s'investissaient dans l’enseignement, la Révolution tranquille au Québec les a obligées à adapter leur mission aux changements de la société.  Souvent, les sœurs intègrent alors des groupes ou organismes sociaux, mais aussi,  fondent des organismes à caractère social et éducatif qui pourront,  éventuellement, être gérés par les gens du milieu. C'est le cas pour le Service budgétaire de Chicoutimi-Nord, la Fondation Marcelle
Gravel à Dolbeau, le Centre de prévention du suicide, le Carrefour
communautaire Saint-Paul, La Porte ouverte aux passants, etc.




Localisation

Municipalité: Saguenay
Région administrative: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
Lieu: Maison mère des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi, 700, rue Racine, Saguenay (Qc), G7H 1V2
Téléphone: 418-543-4861

Source

Sr Marie-Josée Baril
Titre, rôle et fonction : Sr Marie-Josée Baril est née au Lac-Saint-Jean et est membre de la congrégation depuis 50 ans.
Lien avec la pratique : Sr Baril a fait des études en travail social. Elle a fondé en 1976 la Maison de Quartier à Jonquière. Aujourd’hui, elle fait partie du conseil d’administration de l’organisme. Sr Baril continue à travailler dans le milieu.

Enquêteurs : Marjolaine Boutin, Marie-Ève Samson
Date d'entrevue : 26 avril 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: