Les fêtes chez les Petites Franciscaines de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

Les fêtes chez les Petites Franciscaines de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Petites Franciscaines de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Temps religieux (9280), Fête communautaire (9284).

Historique général


Soeur Madeleine Tremblay en compagnie d'une bénévole lors d'une fête
© Archives PFM

Dès les débuts de la communauté, les Petites Franciscaines de Marie sont animées d’un sens de la fête. Elles ressentent le goût de partager et de faire plaisir, mais également l’importance de souligner et rappeler les événements significatifs. Avec le temps, un calendrier s’est formé, rassemblant les fêtes liturgiques, mais aussi celles de la communauté. Parmi ces fêtes, on compte ainsi Noël, le Jour de l’An, la fête des Rois, la tire des jours gras, la fête du « sucre du pays », la fête de l’Autorité, la commémoration de l’ouverture de l’Hospice Sainte-Anne et de l’arrivée des « quatre premières ». Sont aussi célébrées des fêtes dédiées aux saints significatifs pour la congrégation : la fête de Saint-Joseph, celle de Saint-François, de Sainte-Élizabeth, de Saint-Ambroise, ou enfin, celle de l’Immaculée Conception.

Des fêtes ont accompagnés les grands moments de l’histoire de la congrégation. Par exemple, en 1914, les Petites Franciscaines de Marie consacrent une semaine de festivités à Baie Saint-Paul et à Worcester, aux États-Unis, afin de souligner le 25e anniversaire de leur fondation. À cette époque, la congrégation compte déjà 169 professes, 19 novices et 37 postulantes. À l’occasion des Noces d’or, en 1939, la communauté avait pris de l’expansion et la fête fut grandiose.

La congrégation a souligné le centenaire de sa fondation, de même que la commémoration de l’ouverture de l’Hospice Sainte-Anne, en 1989. Sœur Madeleine Tremblay, supérieure générale à l’époque, et son comité ont mis deux ans à préparer ces festivités. Elles ont mis sur pied un programme intitulé « Les 100 jours de nos 100 ans ». Ainsi, pendant ces cent jours, parents, amis, anciennes religieuses, aumôniers, employés, anciens élèves et amis de la communauté étaient conviés à célébrer. Les religieuses ont de plus organisé tout le mois de juillet des portes ouvertes à la Maison mère, accueillant près de 6000 visiteurs. Les messes dominicales avaient lieu à l’église paroissiale de Baie Saint-Paul, laquelle permettait de recevoir davantage de fidèles, et les repas étaient offerts aux gymnases des écoles environnantes. La communauté ayant débuté à Worcester, des activités y ont également été organisées.

Les Petites Franciscaines de Marie ont commémoré en 1978 le Chapitre des nattes, en rappel de celui de Saint François d’Assise en 1221. À cette époque, la congrégation comptait plus de 600 religieuses et l’événement les a rassemblé à Baie Saint-Paul.


Description


Soeur Madeleine Tremblay anime une fête communautaire
© Archives PFM

Noël, le Jour de l’An et les autres fêtes liturgiques revêtent aussi une importance particulière pour les Petites Franciscaines de Marie. À Noël, les religieuses se réunissent pour la messe de minuit et le réveillon. Depuis 1979, elles invitent les anciens  hospitalisés de la ville de Baie Saint-Paul à venir célébrer et réveillonner avec elles. Vivant aujourd’hui dans des familles d’accueil, ces personnes, qui ont séjourné à l’Hôpital Sainte-Anne, sont très proches des Petites Franciscaines de Marie. Le mois de décembre étant aujourd’hui synonyme de festivités et de réjouissances, les premiers Noël de la communauté furent plus humbles au noviciat. Les religieuses s’assuraient toutefois de donner à cette célébration une importance significative. Comme à l’occasion de Noël, les Petites Franciscaines de Marie soulignent le Jour de l’An ensemble dans la communauté.

Lors de l’Immaculée Conception, célébrée le 8 décembre, les Petites Franciscaines de Marie décorent la maison mère de fleurs et revêtent leurs plus beaux atours, en hommage à Marie. Elles chantent également des cantiques à la Vierge et récitent des Ave Maria lors de cette grande fête, qui se prépare longtemps à l’avance. Saint François d’Assise, patron de la communauté, est célébré le 4 octobre dans le calendrier liturgique catholique. À cette occasion, tous les groupes de la maison mère ainsi que toutes les sœurs des villages environnants sont réunis. Sainte Élizabeth, patronne des pauvres, est également fêtée, en mémoire des mères fondatrices, qui ont donné tout ce qu’elles possédaient aux hospitalisés. La journée du 13 novembre est consacrée à la commémoration de l’arrivée des quatre premières fondatrices. En novembre 1891, suite à de difficiles pérégrinations, elles débarquent à Baie Saint-Paul. Lors de cette grande fête, qui inclut un temps de prière, les Petites Franciscaines de Marie rendent hommage à leurs fondatrices.

Depuis 1939, année du 50e anniversaire de la congrégation, i.e. du 50e anniversaire des premières fondatrices en communauté, les Petites Franciscaines de Marie soulignent les noces d’or de leurs consœurs. Ces fêtes jubilaires, célébrées avec la communauté et la famille, sont marquées, entres autres, par l'eucharistie à la chapelle, la remise d’un cadeau, un hommage et un repas festif. Enfin, les Petites Franciscaines de Marie se chargent des fêtes lors des rencontres annuelles des conseils généraux ou provinciaux de toutes les communautés franciscaines du Québec.


Localisation

Municipalité: Baie-Saint-Paul
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Maison mère des Petites Franciscaines de Marie, 63, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul, G3Z 2J7
Téléphone: 418-435-3520
Télécopieur: 418-435-5318
Site Web: http://www.espacemusealpfm.com

Source

Sœur Madeleine Tremblay
Titre, rôle et fonction : Née en 1930 aux Éboulements, sœur Madeleine Tremblay dit avoir toujours senti l’appel à la vie religieuse. Après quatre années comme enseignante laïque, elle entre en communauté à l’âge de vingt-et-un ans. Ses premières obédiences l’amènent à enseigner, au primaire, puis au secondaire. Elle effectue ensuite un retour aux études à l’Université d’Ottawa, avant d’enseigner à l’École Normale de Dolbeau. Suite à la fermeture de cette institution, elle est nommée directrice générale dans un centre d’accueil pour mésadaptés sociaux, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Puis, elle revient à Baie-Saint-Paul et occupe plusieurs fonctions, successivement supérieure provinciale, assistante générale et supérieure générale.
Lien avec la pratique : Sœur Madeleine Tremblay a eu l’occasion d’organiser plusieurs événements festifs. Elle était d’ailleurs en charge de la communauté lors de la célébration du centenaire de la congrégation.

Enquêteurs : Maude Redmond Morissette, Roseline Bouchard, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 23 février 2010


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: