La bénédiction des tartans à l'église presbytérienne St. Andew de Québec — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La bénédiction des tartans à l'église presbytérienne St. Andew de Québec

Tradition: Christianisme
Appartenance: Protestantisme
Groupe: Presbytérien
Diocèse, association ou regroupement: Église presbytérienne du Canada / Presbyterian Church in Canada (Presbytery of Québec)
Paroisse, congrégation ou équivalent: St. Andrew's Presbyterian Church (Québec)

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique rituelle (9320), Geste rituel (9328).

Historique général


Présentation des tartans
© IPIR 2011, soumis à copyright

Selon plusieurs légendes, la bénédiction des tartans est une tradition née de l’Act of Proscription de 1747, à la suite de la bataille de Culloden. Le 16 avril 1746, avait lieu la dernière des révoltes jacobines (1688-1746), marquant l’échec de la restauration des Stuarts, prétendants catholiques sur les trônes d’Écosse et d’Angleterre. Des clans Highlanders combattaient au sein du mouvement jacobitisme. En 1747, le Duc de Cumberland impose une politique répressive contre les symboles des Écossais. L’Act of Proscription stipule qu’aucun homme ou garçon d’Écosse, hormis les officiers et les soldats de Sa Majesté, ne doit porter les vêtements traditionnels écossais, notamment le kilt, ni lainage coloré, c’est-à-dire le tartan (Act of Proscription, 1747, paragraphe 16 sur le site Internet de la Scottish Tartan Authority). 


On raconte qu’à partir de 1747, les Écossais portaient un morceau de leur tartan dissimulé sous leurs vêtements. Lors de la messe dominicale, le tartan était béni. Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours, et ce même si le lainage coloré est désormais porté ouvertement et fièrement.


D’autres affirment plutôt qu’un sermon intitulé The Kirkin of the Tartans du révérend Peter Marshall, pasteur de la New York Avenue Presbyterian Church à Washington DC aux États-Unis, au début des années 1940, est à l’origine de cette pratique. Selon ce point de vue, il s’agirait d’une pratique nord-américaine (Scottish Tartan Authority).

Description


Alan Stairs jouant de la cornemuse avant la messe de la bénédiction des tartans
© IPIR 2011, soumis à copyright

La bénédiction des tartans est une pratique effectuée une fois une par année, lors de la messe dominicale, surtout dans les églises presbytériennes. On retrouve aussi cette pratique dans certaines églises épiscopales, méthodistes, catholiques et orthodoxes. Elle consiste à bénir ce symbole écossais. Elle est aussi nommée Kirkin of the Tartan, « kirk » signifiant église en anglais écossais et en scots, des dialectes parlées en Écosse. Il n’y a pas de journée spécifique consacrée à la bénédiction. Elle se déroule souvent lors de la Saint-André, le 30 novembre; le Jour du tartan, le 6 avril; ou lors de festivals mettant en valeur les coutumes écossaises.

Il n’y a pas de déroulement propre, associé à cette pratique, il varie d’une congrégation presbytérienne à une autre. La cornemuse, un instrument de musique à vent, est généralement présente à différents moments de cette célébration. Le ministre du culte prononce quelques mots sur la culture écossaise et récitent une prière bénissant les tartans. En 2011, à l’église presbytérienne St. Andrew, la bénédiction a lieu le 11 septembre, dans le cadre du Festival celtique de Québec. D’abord, tous les individus abhorrant un tartan se dirigent devant la table de communion, guidés par un cornemuseur, Alan Stairs. Chacun présente le tartan porté pour cette occasion. Par la suite, le ministre du culte, révérende Katherine Burgess, récite une prière et bénit les tartans. Puis, les individus sortent au son de la cornemuse. À la fin de la messe, l’organiste, David Stafford, a joué un hymne de sortie accompagné du cornemuseur.

Un tartan est un lainage comportant un motif de lignes horizontales et verticales, de diverses couleurs, qui s’entrecroisent à angle droit. Le kilt, vêtement traditionnel masculin des Highlands écossais, est généralement confectionné dans un tartan.  De nos jours, le tartan et le kilt sont associés à la culture de l’Écosse.

Il existe plusieurs types de tartans, familiaux (claniques), régimentaires ou associés à un groupe. Ceux-ci sont généralement approuvés et enregistrés par les Scottish Tartans Authority et Scottish Register of Tartans. Enregistré le 1er octobre 2002 par David Stafford, le tartan de l’église presbytérienne St. Andrew compte plusieurs couleurs. Le jaune représente la communauté passée, présente et future. Le bleu réfère à la croix de Saint-André et à l’église presbytérienne. Le vert rappelle les terres arables de la région. Le orange a été choisi parce qu’il s’agit d’une couleur prédominante du tartan régimentaire du 78th Fraser Highlanders, ayant fondé la congrégation. Le rouge symbolise le Canada. Le blanc représente la neige (Scottish Register of Tartans). Initiée par des membres de la congrégation, la confection de ce tartan avait pour objectif de distinguer l'église presbytérienne St. Andrew, première de cette confession chrétienne au Canada. Il est porté sous forme de kilt, d'écharpe, de foulard, de jupe ou autre en diverses occasions. Le Canada, de même que la plupart des provinces et des territoires canadiens ont aussi officiellement adopté un tartan. Le Nunavut et le Québec disposent d’un tartan non officiel (Patrimoine canadien).

Apprentissage et transmission


Le port du tartan pendant la messe de la bénédiction des tartans
© IPIR 2011, soumis à copyright

Le tartan marque l’appartenance identitaire d’une personne à un clan, un régiment ou un groupe. Le port du tartan de l’église presbytérienne St. Andrew indique une appartenance à cette congrégation. En participant à la bénédiction des tartans, les membres d’une congrégation abhorrant un tartan commémorent le patrimoine d’un regroupement auquel ils adhèrent. Le port d’un tartan contribue plus largement à la mise en valeur de la culture écossaise.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Église presbytérienne St. Andrew de Québec, 106, rue Sainte-Anne, Québec (Qc), G1R 3X8
Téléphone: 418-694-1347
Télécopieur: 418-694-3331
Site Web: http://www.standrewsquebec.ca/
Ressources:

Il est possible de consulter le site Internet de la Scottish Tartan Authority (en anglais seulement) pour obtenir plus d’informations sur l’histoire des Écossais, le tartan et le Kirkin of the Tartan.

Le site Internet du Scottish Register of tartans (en anglais seulement) répertorie les tartans enregistrés, dont celui de l’église presbytérienne St. Andrew, celui du Québec, non officiellement adopté par le gouvernement de cette province et celui du Canada.

Patrimoine canadien fait état du tartan de la feuille d'érable comme un emblème national sur son site Internet.


Source

Jeanne Delany Chambers, Frances Kelly, Guy Morisset et Alan Stairs
Titre, rôle et fonction : Ils sont membres de la congrégation de l'église presbytérienne St. Andrew.
Lien avec la pratique : Jeanne Delany Chambers est présidente de la Guilde de l'église presbytérienne St. Andrew. Frances Kelly est responsable des visites guidées. Guy Morisset a été officier commandant de la garnison de Olde Fort St. Andrew's de 2003 à 2009. Alan Stairs est Pipe major au sein du Pipes and Drums Band de la garnison de Olde Fort St. Andrew's depuis 2003.

Enquêteurs : Francesca Désilets, Marie-Ève Samson et Philippe Dubois
Date d'entrevue : 20 février 2012, 3 mars 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: