La prière chez les Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique cérémonielle ou cultuelle

La prière chez les Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Rimouski
Communauté religieuse: Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Prière (9352).

Historique général


1 Les soeurs à la chapelle
© IPIR 2011, soumis à copyright

La devise des Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé est: Être là, Prier et Servir. Elles consacrent une grande partie de leur journée à la prière. L’Eucharistie est au cœur de leur spiritualité. Par l’acte de prier, les sœurs offrent leur vie au Seigneur comme Jésus a donné sa vie pour nous sauver. Depuis la fondation de la communauté en 1929, la pratique de la prière s'est adaptée avec la venue du Concile de Vatican II. Avant de prier avec le bréviaire, les sœurs récitaient le rosaire composé de trois chapelets. Elles ont conservé la coutume de réciter au moins un chapelet par jour. Cette pratique du chapelet est diffusée en avant-midi au micro permettant ainsi à toutes les sœurs de partager ce moment de prière. Autrefois, les soeurs récitaient une prière à chaque heure. Au son de la cloche, elles s’arrêtaient pour se consacrer à ce moment de prière. Bien qu’au cours des années cette pratique se soit quelque peu modifiée, elle rythme encore la journée des sœurs de la communauté.

Lorsque les religieuses étaient en mission à l'extérieur de la maison mère, le rythme était différent. Elles consacraient une heure à la prière le matin et s'accordaient d'autres moments lorsque le travail le permettait. Les religieuses devaient accorder leurs tâches et les services aux ministres ordonnés pour établir leur horaire et leurs temps de prière. Heureusement, la retraite annuelle à la maison mère ou à l'extérieur permet, encore aujourd’hui, à celles qui sont en mission à l'extérieur de renouveler leur vie spirituelle et de se ressourcer auprès de leurs consoeurs. Cette retraite collective dure une semaine et permet de faire un bilan des évènements de l'année et de faire le point sur la relation entretenue avec le Seigneur.

Description


2 Les vêpres
© IPIR 2011, soumis à copyright

Autrefois, les sœurs priaient pendant leur travail. Elles ont pris l'habitude d'adapter leur pratique au milieu dans lequel elles oeuvraient. Aujourd'hui, elles  prient soit à la chapelle ou encore dans leur chambre. Les soeurs qui sont à la retraite à la maison mère consacrent beaucoup plus de temps à la prière puisque par cette pratique elles s’offrent au Christ quotidiennement.

La prière commune débute à 7h15 avec l’office des Laudes qui est diffusé dans toute la maison mère afin que celles qui ne peuvent se déplacer puissent y participer. À 9h, c'est l'Angélus qui est récité.  Ce récit de l’Annonciation est aussi prié avant le dîner et le souper. En avant-midi, les sœurs récitent ensemble un chapelet à la chapelle. Les religieuses sont libres de fréquenter la chapelle aux heures qui leurs conviennent. À 16h, elles célèbrent l'Eucharistie et à 18h45 les Vêpres. Lors des récréations qui ont lieu quatre ou cinq fois par semaine, les sœurs concluent par un chant à la Sainte Vierge. Les Laudes et les Vêpres sont des offices communautaires.  

À l'horaire quotidien des prières s'ajoutent des pratiques mensuelles: le quinze du mois, les sœurs récitent trois chapelets, deux en avant-midi et un en après-midi, pour les ministres ordonnés. De plus, à chaque vendredi le Saint-Sacrement est exposé durant une heure.

Enfin, à chaque mois, une journée de retraite communautaire est prévue pour se retremper dans la grâce de notre vocation. Pendant ces moments de prières, les Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé prient pour les ministres ordonnés et pour les intentions particulières qui leur sont recommandées.  Cette pratique permet aux sœurs de vivre leur spiritualité et de s’offrir au Christ.

Apprentissage et transmission


3 Sr Béatrice St-Louis
© IPIR 2011, soumis à copyright

Soeur Marie-Anne Ouellet, la mère fondatrice représentait un modèle pour les soeurs. Surnommée l’orante, elle demeurait des heures à la chapelle pour prier. Les sœurs ont appris à prier en l'observant. Les religieuses suivent l'exemple de la mère fondatrice.

Localisation

Municipalité: Lac-au-Saumon
Région administrative: 11 Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Lieu: Maison-Mère, 13 rue du Foyer, Lac-au-Saumon, G0J 1M0
Téléphone: 418-778-5836

Source

Soeur Béatrice St-Louis
Titre, rôle et fonction : Soeur Béatrice St-Louis est membre de la communauté depuis 69 ans.

Enquêteurs : Marjolaine Boutin, Kathleen Pouliot
Date d'entrevue : 2 novembre 2011


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: