Les corvées de fruits et légumes chez les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique liée à un savoir-faire

Les corvées de fruits et légumes chez les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Rimouski
Communauté religieuse: Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique alimentaire (9244)
et sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique coutumière (9242).

Historique général


La corvée de pommes chez les soeurs de la Congrégation Notre-Dame du Saint-Rosaire
© IPIR 2009, soumis à copyright

Avec l'achat d'une première terre en 1897, la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire a commencé à récolter les produits de sa terre, de son jardin et de ses arbres fruitiers. Ces fruits et légumes demandent toutefois l'apport de toutes les religieuses, que ce soit pour la cueillette ou la préparation des aliments. C'est ainsi que les corvées ont fait leur apparition dans la communauté, du début des récoltes au champ et au jardin, jusqu'à la fin de l'automne, avec la transformation des pommes. Voici quelques exemples de la quantité de fruits et de légumes qui ont été cueillis par les Sœurs du Saint-Rosaire et leurs employés en 1961 : 238 seaux de fraises, 30 seaux de framboises, 491 minots de carottes, 1602 douzaines d'épis de blé d'Inde, 22 070 douzaines de radis, 207 livres d'oignons, 4850 livres de rhubarbe et 1175 pieds de céleri. Évidemment, les corvées effectuées par les sœurs ont grandement diminué avec la vente de la ferme, la diminution de la superficie du jardin et le vieillissement des religieuses. Elles continuent toutefois à faire des corvées, l'automne venu, au réfectoire de la maison mère.

Description


Soeur Thérèse Picard
© IPIR 2009, soumis à copyright

Les corvées ont fait leur apparition dans la Congrégation au moment où celle-ci a décidé que la meilleure solution pour permettre à la communauté de survivre aux difficultés financières de l'époque était l'achat d'une terre en vue d'y établir une ferme. Avec l'implantation d'un jardin, la plantation d'arbres fruitiers, principalement d'un verger en face de la maison mère, et la récolte dans les champs ensemencés, les religieuses se sont impliquées dans la récolte et la cueillette des fruits et légumes: patates, navets, carottes, tomates, fèves, fraises, cerises, prunes, framboises et pommes. Après la récolte, d'autres tâches attendaient les religieuses dans les mois qui suivaient. On se réunissait au réfectoire pour la préparation et la transformation des aliments: écosser les fèves, équeuter les fraises, laver les légumes et préparer les fruits afin d’en faire des tartes, de la compote ou de la confiture.
La cueillette et la transformation des pommes démontrent bien l'importance des corvées dans la communauté des Sœurs du Saint-Rosaire. La Congrégation a planté ses premiers pommiers en 1898. Au fil des ans, le verger a réussi, malgré les conditions climatiques parfois difficiles, à se développer et à devenir très productif. Le verger, qui se trouve de part et d'autre de l'avenue du Rosaire, a produit en 1957 environ 75 barils de pommes, 150 minots de prunes et 24 barils de cerises. Au mois de septembre, les pommes étaient cueillies directement dans l'arbre par les religieuses. De nos jours, ce sont les employés, aidés de quelques religieuses, qui s'occupent de cette cueillette. Aujourd’hui encore la corvée de la préparation de la pomme est organisée dans le réfectoire après le repas du midi, durant l'heure de récréation des religieuses. Les sœurs s'attablent par groupe pour peler et couper les pommes en morceaux. De grands bols d'eau salée sont installés sur les tables et les pommes pelées y sont déposées afin d'empêcher le fruit de brunir. Cette corvée de pommes se répète à plusieurs occasions durant l'automne. Les sœurs ont ainsi la possibilité de déguster des desserts, de la confiture et de la compote de pommes durant toute l’année. Les corvées de fruits et de légumes sont une tradition chez les Sœurs du Saint-Rosaire depuis plus de 110 ans.

Apprentissage et transmission


Les religieuses au jardin
© Archives R.S.R., soumis à copyright

Le savoir-faire entourant les différentes corvées faisant partie des pratiques coutumières de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire se transmettait directement au contact des autres religieuses. Dès leur entrée au couvent, les postulantes étaient mises à l'ouvrage lorsqu'arrivait la période des récoltes et des cueillettes. La contribution de chaque religieuse était importante pour le bon fonctionnement de ces corvées annuelles.

Localisation

Municipalité: Rimouski
Région administrative: 01 Bas-Saint-Laurent
MRC: Rimouski-Neigette
Lieu: Maison mère, 300, allée du Rosaire, Rimouski, G5L 3E3
Téléphone: (418) 723-2705
Télécopieur: (418) 724-0922
Site Web: http://www.soeursdusaintrosaire.org

Source

Soeur Thérèse Picard
Lien avec la pratique : Soeur Thérèse Picard est entrée en communauté il y a plus de 65 ans, elle connaît donc très bien le fonctionnement des corvées annuelles lors des récoltes de l'été et de l'automne.

Enquêteurs : Roseline Bouchard, Maude Redmond Morissette
Date d'entrevue : 15 septembre 2009

Fiches associées


Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: