Les Soeurs de la Charité, Soeurs Grises, de Montréal — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

Les Soeurs de la Charité, Soeurs Grises, de Montréal

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Montréal
Communauté religieuse: Soeurs de la Charité, Soeurs Grises, de Montréal

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


Maison de Mère-d'Youville
© IPIR 2009, soumis à copyright

Marguerite d'Youville, mère de la charité universelle, a fondé la congrégation des Soeurs de la Charité, Soeurs Grises, de Montréal  en 1737. Ses voeux privés, avec trois compagnes, ont marqué les débuts de la communauté. Marguerite d'Youville naît Marguerite Dufrost de Lajemmerais le 15 octobre 1701 et elle décède le 23 décembre 1771. Elle a oeuvré à servir Jésus-Christ à travers les démunis. À sa mort, le 23 décembre 1771, à l'âge de 70 ans, un premier miracle se produit: un physicien réputé qui marchait dans la rue rencontre un concitoyen et tous deux voient, au-dessus de l’hôpital, une croix lumineuse. Le lendemain, la rumeur de la croix circulait. Ils apprirent ensuite que la croix s’était illuminée au moment du décès de mère d’Youville.
Mère d'Youville a été béatifiée le 3 mai 1959 par le pape Jean XXIII et canonisée en 1990 par le pape Jean-Paul II.


Dans le sillage de la fondation de mère d'Youville, plusieurs communautés de Soeurs de la Charité se sont établies à travers le Canada. L’Institut des Sœurs de la Charité, la plus ancienne communauté d’origine canadienne, se répartit en six communautés autonomes, soit celles de Montréal, de Saint-Hyacinthe, d'Ottawa, de Québec, de Pembroke et de Philadephie.
La dévotion majeure au Père éternel caractérise fortement la spiritualité de la fondatrice. Elle accueillait les gens qui souffraient et, si elle ne pouvait lui venir en aide, elle cherchait alors les ressources qui le pourraient. Elle ne faisait aucune discrimination raciale ou sociale. C'est ce qui lui a valu le surnom de «mère de la charité universelle».


Mère Marguerite d'Youville a pris la relève de l’Hôpital général, fondé par les frères Charron en 1747. Peu de temps après, en 1753, la communauté a été reconnue officiellement par la cour de France. Cependant, l’Église n'a donné l’approbation des constitutions et de l’Institut lui-même qu'en 1865.
Les Sœurs de la Charité ont créé plusieurs hôpitaux dans l’Ouest canadien, dans le Grand Nord et au Québec Elles ont aussi formé des infirmières et oeuvré dans plusieurs pays d' Amérique du Nord et du Sud et en Afrique. La communauté a développé plusieurs oeuvres pour venir en aide aux pauvres, en visant toujours la prise en charge et la transmission des valeurs d’ouverture, de partage, de foi et d’amour, valeurs préconisées par Marguerite d’Youville.



La maison mère, sur la rue Guy au centre-ville de Montréal, a été vendue. Les restes mortels de Marguerite d’Youville ont été transférés à Varennes, où les soeurs vivront dorénavant. Elles conservent leur propriété à Châteauguay et la maison d’Youville dans le Vieux-Montréal. Elles poursuivent leurs oeuvres, qu’elles ont fondé ou cofondé, tels l’accueil Bonneau et le centre Jean Lapointe. Elles s’iimpliquent aussi dans plusieurs organismes à caractère social, où elles apportent leur savoir faire. La mission et les valeurs de la fondatrice sont transmises aux associés de Marguerite d’Youville, qui poursuivent son oeuvre dans la société.

Localisation

Municipalité: Montréal
Région administrative: 06 Montréal
MRC: Communauté métropolitaine de Montréal
Lieu: Maison mère des Soeurs Grises de Montréal, 1190, rue Guy, Montréal, H3H 2L4
Téléphone: 514-937-9501
Site Web: http://www.sgm.qc.ca/sgm/francais/frameset.htm

Source

Soeur Estell Mitchell
Titre, rôle et fonction : Historienne de formation, soeur Estell Mitchell a écrit des ouvrages sur mère Marguerite d'Youville et sur Pierre Boucher, gouverneur de Trois-Rivières.

Enquêteurs : Stéphanie Teasdale, Maud Redmond
Date d'entrevue : 11 février 2009

Fiches associées

  • La translation des Restes mortels de sainte Marguerite d'Youville

    Lorsque la décision de transférer les Restes de Marguerite d’Youville au diocèse de Varennes a été prise, l’archevêque de Montréal en a fait la demande officielle à Rome. L'autorisation fut accordée et les documents sur la démarche à suivre lors de la [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: