L'habit religieux des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit d'objet

L'habit religieux des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Nicolet
Communauté religieuse: Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique vestimentaire (9243).

Historique général


Sr Gisèle Saint Louis détachant le voile
© cliché IPIR, soumis à copyright

Le premier costume a été porté de 1857 à 1959. Le 27 juin 1959, toutes les religieuses ont changé de costume. Les temps avaient changé et au tournant des années 1960, les religieuses se rendaient plus souvent dans les universités pour suivre des études. Une tenue plus moderne apparaissait nécessaire.
Le costume change de nouveau en 1969. Ce dernier ne sera pas porté longtemps, les religieuses portant alors le plus souvent des tenues « de ville » en raison de la laïcisation du système scolaire. Aujourd’hui le costume des sœurs de l’Assomption est composé d’un tailleur de couleur bleue et d’une blouse blanche. Il est à noter que dans la vie quotidienne, elles s’habillent le plus souvent en tenue « de ville ». Elles portent autour du cou la croix de l'ordre, dessinée par soeur Jeanne Vanasse.

Description


Sr Gisèle Saint-Louis en costume
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le premier costume de la congrégation comportait plusieurs éléments. La robe avait 3 plis plats devant et 3 plis plats dans le dos. Au total, la robe comportait 10 plis quelle que soit la taille de la religieuse. Si la personne était petite, les plis se superposaient. Toutes les sœurs portaient le même modèle de robe, confectionnée dans un tissu unique, la saye (serge de laine), quelle que soit la saison. C’était un tissu laineux et qui demandait peu de repassage. Sous la robe à 10 plis, il y avait un jupon noir ainsi qu’un autre jupon de coton.Sur la robe, se portait la pèlerine qui cachait les épaules.
Sur ses cheveux, la religieuse commençait par installer le bandeau, une pièce de tissu rectangulaire pliée en deux (dans le sens de la longueur). La partie centrale était confectionnée dans une toile fine, tandis que les côtés étaient confectionnés dans un coton plus épais facilement lavable. La sœur plaçait alors sur sa tête un bonnet de coton sur lequel venait se fixer le biais, large bande de tissu blanc empesée et taillée dans le biais qui s’attachait sous la gorge. Puis venait la guimpe, le plus souvent attachée avec une agrafe ou un bouton pression. Un ruban élastique passant derrière la tête maintenait les côtés de la guimpe, les empêchant de passer par-dessus le voile. Enfin, la religieuse installait le voile. Celui-ci comportait un cordon fixé de chaque côté pour maintenir le voile.
Ce costume était assez lourd à porter. La guimpe tenait assez bien, mais pour enseigner et écrire en haut du tableau, il arrivait que les pointes s’échappent par-dessus le voile.
Il fallait s’habituer à bien poser les épingles, à la bonne place. La première fois qu’elles revêtaient ce costume, lors de leur prise d’habit, les postulantes étaient habillées par une de leurs consœurs. Elles entraient dans la chapelle coiffées de leur bonnet de postulante. Au cours de la cérémonie, elle revêtait leur costume de religieuse. Elles se rendaient alors dans un dortoir, pendant que la cérémonie se poursuivait. Elles revenaient coiffées du voile de religieuse. Elles tenaient un cierge allumé à la main et prononçaient leur formule de vœu.
Les jours suivants, elles s’habillaient seules et elles apprenaient en s’habillant. « Des fois on était un peu croches, c’était pas si facile que çà » nous dit sœur Gisèle.

Localisation

Municipalité: Nicolet
Région administrative: 17 Centre-du-Québec
MRC: Nicolet-Yamaska
Lieu: Musée des soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge, 251, rue Saint-Jean-Baptiste, Nicolet, J3T 1X9
Téléphone: (819) 293-2011
Télécopieur: (819) 293-5458
Site Web: http://www.sasv.ca/

Source

Sr Gisèle Saint Louis
Titre, rôle et fonction : Responsable du musée
Lien avec la pratique : Sr Gisèle a porté le premier costume lors de son entrée dans la congrégation.

Enquêteurs : Isabelle Becuywe, Maude Redmond-Morissette
Date d'entrevue : 13 janvier 2010

Fiches associées

  • Le musée des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

    Le musée recueille différents objets qui traitent de la vie de la congrégation depuis sa fondation, en 1853. On y retrouve, notamment, des objets de liturgie, des objets d'enseignement, des objets de cuisine, de la lingerie et des costumes, de la petite industrie (aiguilles à tricoter, ciseaux à broder), [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: