Le Jeu des vertus chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

Le Jeu des vertus chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Saint-Hyacinthe
Communauté religieuse: Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique coutumière (9242).

Historique général


Jeu des vertus
© Soumis à copyright

Les soeurs croient que le Jeu des vertus remonte au début de la communauté. Selon elles, il est fort probable que les soeurs Adoratrices du Précieux Sang (situées à Saint-Hyacinthe) y jouent aussi, puisqu’elles sont cloîtrées et n'ont pas un grand choix de loisirs. De même, il est probable qu’Élisabeth Bergeron, la fondatrice de la communauté, ait ramené ce jeu de cartes chez les Soeurs de Saint-Joseph à la suite de son séjour dans cette communauté.
Avec le temps, la pratique de ce jeu s'est perdue. Effectivement, au moment de l'entrevue, les soeurs nous ont avoué avoir réécrit les règles selon leurs souvenirs et quelques notes trouvées dans les effets personnels d'une soeur décédée. La mémoire leur faisant défaut, le jeu s'est peut-être modifié avec les années.

Description


Explication des règles du jeu
© Soumis à copyright

Le Jeu des vertus est un jeu de cartes qui constituait, jusqu’au milieu du XXe siècle, l'un des rares divertissements accessibles au sein de la communauté. Le caractère religieux du jeu le rendait acceptable, du fait que des vertus apparaissaient sur les cartes au lieu des carreaux, cœurs, trèfles et piques du jeu de cartes traditionnel. Le Jeu des vertus faisait partie intégrante des récréations du soir, des anniversaires et des fêtes communautaires. Les soeurs y jouaient par plaisir, dans le but délibéré d'accumuler des points et de remporter la partie.

Le Jeu des vertus se joue à quatre personnes, en équipe de deux. Il comprend 48 cartes, dont 44 sont réparties en 4 catégories de vertus cardinales (la force, la prudence, la justice et la tempérance). À chacune de ces catégories est associée une vertu théologale (la foi, l’espérance, la charité auxquelles on ajoute l’humilité), faisant l’objet d’une carte. C'est donc dire qu'il y a onze cartes de vertus cardinales pour chacune des 4 catégories, auxquelles sont associées une carte de vertu théologale (qui vaut beaucoup plus de points durant la partie). Par exemple, la Force (vertu cardinale - 11 cartes) est associée à la Foi (vertu théologale - 1 carte). Même chose pour les trois autres vertus : Prudence associée à l'espérance Justice associée à la charité Tempérance associée à l'humilité.

Au début de la partie, le paquet est coupé de façon à connaître l'atout pour le premier tour. Par la suite, chacune des participantes reçoit 12 cartes et tente de remporter la levée en fournissant la carte la plus élevée présentant la même vertu que l'atout. La personne qui remporte la levée ramasse les quatre cartes et a le privilège de déposer une nouvelle carte qui précise l'atout du nouveau tour. Si la joueuse n'a pas de carte du même type que l'atout, elle doit se départir d’une carte correspondant à l'une de ses autres vertus. Une fois la partie terminée, les points sont comptés en équipe de la façon suivante : 7 levées = 1 point; 8 levées = 2 points; 9 levées = 3 points etc. Dans une levée, les cartes 9, 10 et 11 valent chacune 1 point. Les cartes de vertus théologales valent le chiffre qui est indiqué sur la carte (par exemple, la charité vaut 15 points, tandis que la foi vaut 7 points).

L'équipe gagnante est la première qui atteint 100 points. Cela équivaut environ à 4 parties.



Apprentissage et transmission


Comptage des points pour dévoiler l'équipe gagnante
© Soumis à copyright

Avec les années, les divertissements accessibles au sein de la communauté se sont diversifiés et ce jeu a connu un certain déclin. De plus, la baisse du nombre de soeurs a contribué à l’essoufflement du jeu, puisque les soeurs l’apprenaient des plus âgées au moment de leur entrée au couvent. De nos jours, seules certaines aînées se rappellent comment y jouer.

Localisation

Municipalité: Saint-Hyacinthe
Région administrative: 16 Montérégie
MRC: Les Maskoutains
Lieu: Maison mère des soeurs de Saint-Joseph, 805, Ave. Raymond, Saint-Hyacinthe, J2S 5T9
Téléphone: 450-773-6067
Télécopieur: 450-773-8044
Site Web: http://www.sjsh.org

Source

Soeurs Jeannine Doyon, Michelle Gill, Marguerite Dubois et Françoise Bibeau
Lien avec la pratique : Certaines d'entre elles ont joué à ce jeu dans leur jeunesse.

Enquêteurs : Catherine Fredette, Maude Redmond
Date d'entrevue : 28 avril 2010

Fiches associées

  • Les fêtes et les loisirs chez les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe

    Le groupe « Loisirs des ainées » seconde l’équipe religieuse responsable de l’infirmerie pour le divertissement des sœurs ainées et malades, à la maison mère. Pour les autres activités de loisirs des communautés locales, les religieuses sont divisées en petits groupes d’environ 25 [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: