Le Centre de prière des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de lieu

Le Centre de prière des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Nicolet
Communauté religieuse: Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge

Classé sous Pratique religieuse (9300), Pratique de communication religieuse (9350), Prière (9352).

Historique général


Maison Sainte-Thérèse, vue des airs
© Archives de la congrégation des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge. Soumis à copyr

L’histoire de la Maison Sainte-Thérèse, où se trouve le Centre de prière, prend sa source dans la fondation d’un monastère par les pères carmes sur un terrain jouxtant le Séminaire de Nicolet et le domaine des Sœurs de l’Assomption. 


Ceux-ci, venant de France, en entament la construction en 1956 et la Maison est inaugurée le 19 mars 1959. Construit autour de la grande chapelle, le monastère comprend les bâtiments conventuels, ainsi qu’une aile destinée à l’accueil de retraitants et retraitantes, de préférence des couples. Les pères carmes demeurent dans leur monastère pendant 13 ans et assurent une importante présence spirituelle dans le milieu. La sécularisation de la société a pour conséquence une baisse des vocations et une baisse de la fréquentation des lieux religieux. Les Carmes décident donc de retourner en France. Ils proposent alors de céder les bâtiments à la congrégation des Sœurs de l’Assomption. Celles-ci étaient, à cette époque, à la recherche d’un lieu de retraite pour les religieuses. Elles font donc l’acquisition de la Maison Sainte-Thérèse, dont le cloître devient le Centre de prière et l’aile des retraites une résidence pour les sœurs aînées.

Description


Réfectoire
© Cliché IPIR 2010, soumis à copyright

La vie au Centre de prière se déroule dans le silence. Faisant suite au projet des Carmes, le Centre de prière accueille des personnes de tous âges, religieuses ou laïques, en recherche de ressourcement spirituel. Les repas sont toujours pris en silence au réfectoire, où l’écoute de musique a succédé aux lectures des livres saints des Carmes. Un aumônier célèbre la messe à la grande chapelle tous les matins. Un oratoire au cœur du Centre de prière permet par ailleurs aux religieuses et aux retraitants de se retrouver pour des moments de prière personnelle, pour des périodes d’adoration ou bien pour la liturgie des heures. 


Quatre sœurs de l’Assomption ont la charge de la gestion du lieu et de l’accueil des retraitants et retraitantes, qu’ils viennent individuellement ou en groupes. Soeur Marielle en est la directrice. Soeur Marielle et soeur Huguette travaillent à temps plein dans l’accueil et l’animation, tandis que soeur Suzanne et soeur Carmelle y sont à temps partiel, puisqu’elles travaillent à l'extérieur. Soeur Marielle, en particulier, se met à la disposition des retraitants pour une écoute spirituelle et un accompagnement. En 2009, le Centre a reçu 552 personnes, dont 212 sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge, 234 laïcs et 106 prêtres et membres d'autres communautés. La croissance du nombre de laïcs accueillis par le Centre de prière est, pour soeur Suzanne, un signe que le besoin de spiritualité augmente dans la société. 


L'ermitage fait partie du Centre de prière. À l’origine, l’ermitage s’inspire des poustinias russes, qu’une croyante d’origine russe, la baronne Catherine de Hueck-Doherty, implante au Québec. L’ermitage est une petite maison comprenant une seule pièce, où l’on séjourne pour une retraite de jeûne et de prière, la plupart du temps d’une durée de 24 heures. Ce premier ermitage dure 30 ans. Il est fréquenté principalement par les religieuses. En 2008, des travaux de mise aux normes sont entrepris dans les différents bâtiments de la congrégation. Les sœurs entreprennent alors le projet de construire un nouvel ermitage. Celui-ci est élaboré avec l'architecte en charge des travaux. Le projet est en fait la construction d’une petite maison comprenant une chambre à coucher, une salle de séjour et une salle de bain. Le choix se porte sur une construction en pin qui s'intègre mieux dans le boisé. La toiture est en bardeaux de cèdre. Depuis son ouverture, l’ermitage est fréquenté tant par des religieux et religieuses que par des prêtres et des laïcs, et ce, pour une durée moyenne de cinq jours. L’eucharistie est partagée à la chapelle de la Maison Sainte-Thérèse. L'ermitage a accueilli, en 2009, 22 femmes et 24 hommes, pour un total de 192 jours d'occupation.

Localisation

Municipalité: Nicolet
Région administrative: 17 Centre-du-Québec
Lieu: Maison Ste Thérèse, 251, rue Saint-Jean-Baptiste, Nicolet, J3T 1X9
Téléphone: (819) 293-2011
Télécopieur: (819) 293-2011
Site Web: http://www.sasv.ca/

Source

Soeur Suzanne Allard
Titre, rôle et fonction : Responsable du Centre de prière, chancelière diocésaine

Enquêteurs : Isabelle Becuywe, Maude Redmond-Morrissette
Date d'entrevue : 10 janvier 2010

Fiches associées

  • Être chancelière diocésaine

    En 1997, le poste de chancelier du diocèse de Trois-Rivières étant devenu vacant, soeur Suzanne reçoit un appel de religieuses de sa congrégation, lui suggérant de présenter sa candidature. L’évêque avait d’abord cherché parmi les prêtres du diocèse, mais [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: