Les fondations de la Visitation au Canada — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Présentation de la communauté

Les fondations de la Visitation au Canada

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse Ste-Anne-de-la-Pocatière
Communauté religieuse: Ordre de la Visitation (Visitandines)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Récit fondateur (9241).

Description


L'entrée dans le monastère de la Visitation à La Pocatière
© IPIR 2010, soumis à copyright

La première fondation de la Visitation au Canada, à Ottawa, est l'oeuvre de mère Marguerite-Marie et sept autres sœurs, venues du premier monastère de la Visitation d’Annecy, en France, en 1910. Le nombre de religieuses augmentant rapidement, il faut bientôt songer à fonder un autre monastère. En 1922, le monastère d’Ottawa fonde à Lévis un deuxième monastère. Cette période voit affluer un grand nombre de candidates: des jeunes, des veuves et des femmes ayant des problèmes de santé ou plus âgées, souvent refusées par les autres communautés religieuses, demandent leur admission. Mgr Bruno Desrochers, premier évêque du diocèse de La Pocatière, demande à l'ordre de venir s'installer dans son diocèse. Huit sœurs quittent Lévis, le 15 août 1959, pour fonder un monastère de la Visitation à La Pocatière.


Les monastères sont indépendants. Cependant, ils sont réunis à l’intérieur d'une Fédération canadienne ayant trois centres : Ottawa, Québec et La Pocatière. Le conseil fédéral se réunit chaque année. Ce conseil est nommé pour six ans. Il est élu par l'assemblée fédérale. Pendant les conseils fédéraux, les représentants des communautés discutent des affaires de la communauté et de l’union de l’ordre afin de maintenir les liens entre les communautés.


L'une des caractéristiques des Visitandines est l’unité. Bien que les monastères soient indépendants les uns des autres, les religieuses cherchent à maintenir des liens avec le monastère d’Ottawa et des autres pays. À tous les trois ans, chaque monastère prépare une circulaire racontant des événements passés dans chacune des communautés. Ces circulaires sont envoyées dans les monastères des Visitandines à travers le monde.


Présentement, au monastère de La Pocatière, on compte dix professes perpétuelles. Il y a quatre voiles blancs, trois professes temporaires, une novice et une stagiaire. Dans les constitutions, il est possible d'assurer l’office divin tous les jours. On peut ainsi subvenir aux besoins des membres de la communauté. Pour ce faire, il faut avoir cinq ou six professes perpétuelles. La spiritualité des Visitandines se retrouve dans les petites choses du quotidien. Les Visitandines ont une grande dévotion au Sacré-Cœur de Jésus. Le renoncement intérieur, le fait de s’oublier pour l’autre et l’humilité sont les caractéristiques du cœur de Jésus. Une autre valeur est le partage. Saint François de Sales a recommandé deux récréations par jour afin de permettre aux sœurs de partager.


Le monastère de La Pocatière se différencie de celui de Lévis par l’aménagement à l’intérieur du bâtiment de quatre chambres pour des retraitantes. Cependant, ces chambres se trouvent en dehors de l'espace du cloître. Cet aménagement permet aux personnes à la recherche d’une retraite pour prier ou pour méditer de se retrouver en quelque sorte à l’intérieur de la vie monacale sans toutefois nuire au rythme habituel de vie des sœurs. Les alentours sont boisés avec vue sur le fleuve. Les deux ermitages situés dans les jardins font du monastère de La Pocatière un endroit de retraite très convoité. Dans l’esprit de l’accueil et de la prière, les sœurs respectent l’intimité des retraitantes tout en étant à leur service pour donner des conseils sur la prière ou pour des besoins de partage spirituel. La messe est fréquentée par les habitants de la ville de La Pocatière. Ceci explique bien la vitalité de la communauté de même que le lien fort entre celle-ci et le reste de la société.


Le seul élément qui marque la séparation entre l'espace privé et public est le cloître. Auparavant, les grilles du cloître ne permettaient pas de bien voir les religieuses. Suite à Vatican II, les grilles ont été enlevées ou remplacées. Aujourd'hui, seul un petit mur et des grilles ajourées subsistent. Les Visitandines portent leurs costumes, adaptés en 1984. Ces habits évoquent toutes les étapes de l'acceptation dans la communauté. La vie des Visitandines en est une de prière, d'accueil et d’unité.

Localisation

Municipalité: La Pocatière
Région administrative: 01 Bas-Saint-Laurent
Lieu: Monastère de la Visitation, 1430, 4e Avenue, La Pocatière, G0R 1Z0
Téléphone: (418) 856-3243
Télécopieur: (418) 856-3243
Site Web: http://www.visitandinescanada.com

Source

Mère Marguerite Charette
Titre, rôle et fonction : Mère Marguerite Charette est la supérieure du monastère de la Visitation à La Pocatière.

Enquêteurs : Louise Saint-Pierre, Maude Redmond-Morissette, Valérie Vachon-Bellavance

Fiches associées

  • L'Ordre de la Visitation

    La Visitation a été fondée par saint François de Sales et par sainte Jeanne de Chantal, le 6 juin 1610, à Annecy, en France. Lorsque saint François de Sales rencontre Jeanne de Chantal, une veuve qui désirait être religieuse, il constate qu'aucune communauté n'accueille les veuves, les femmes [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: