L'enseignement des Petites Franciscaines de Marie — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de pratique culturelle

L'enseignement des Petites Franciscaines de Marie

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Petites Franciscaines de Marie

Classé sous Organisation religieuse (9200), Mission (9260), Oeuvre (9262).

Historique général


Les classes
© Archives PFM

Dès la fondation de leur communauté, les Petites Franciscaines de Marie ont travaillé dans le domaine de l’éducation, notamment avec l’apport du père Joseph Brouillet qui désire œuvrer auprès des orphelins. Marie-Louise Rondeau, devenue mère Marie-Joseph, alors en préparation d’un diplôme en enseignement, est la première à participer au projet du père Brouillet. Elle devient donc, le 13 août 1889, enseignante et responsable d’une école et d’un orphelinat à Worcester, au Massachusetts. En 1898, les Petites Franciscaines commencent un nouveau ministère auprès des personnes âgées et les Sœurs grises prennent en charge les orphelins. Puis, en septembre, à l’occasion de la fête de la Nativité de Marie, le père Ambroise Fafard, fondateur de la congrégation et mère Marie-Anne-de-Jésus, supérieure générale, ouvrent un pensionnat à Wallagrass, dans le Maine. À l’arrivée des quatre religieuses qui y travaillent sous la supervision de mère Marie-Joseph, alors supérieure, directrice et enseignante, l’école, nouvellement construite, n’était dotée d’aucune installation. Les Petites Franciscaines de Marie ont dû, avec l’aide de parents d'élèves, se procurer les meubles et le matériel scolaire nécessaire au bon fonctionnement de l’école. Le pensionnat reste ouvert jusqu’en 1913. Puis il ferme ses portes et rouvre comme école de jour en 1920. Les religieuses y enseignent jusqu’à ce que l’établissement soit détruit par les flammes en janvier 1947. Les Petites Franciscaines de Marie ont également enseigné à Skowhegan, dans le Maine et à l’école paroissiale d’Auburn dans le Maine.

Parallèlement, le curé d’Eagle Lake (Maine) demande aux Petites Franciscaines de Marie de gérer un hôpital. Quatre sœurs s’y rendent et, peu de temps après, d’autres religieuses les rejoignent pour enseigner à l’école du village. En 1906, le curé de la paroisse Saint-Louis à Fort Kent (Maine) demande également l’aide de religieuses enseignantes. La mission d’enseignement a un fort rayonnement jusqu’en 1991, où elle devient une œuvre paroissiale.

Même si la mission d’enseignement des Petites Franciscaines de Marie s’est essentiellement développée dans l’est des États-Unis, leur œuvre s’est également diffusée dans l’ouest du pays. Ainsi, trois écoles missions ouvrent leurs portes en 1901, à Marinette au Wisconsin, en 1907 à Menominee au Michigan et en 1911 à Marquette, aussi au Michigan. Ces écoles ferment toutefois en 1923 quand la certification devient obligatoire pour enseigner aux États-Unis. Pour les Petites Franciscaines de Marie, c’est une occasion de ramener les religieuses dans l’est du pays pour oeuvrer dans les écoles qui y ont été ouvertes entre-temps.

Plusieurs années plus tard, en 1971, la paroisse de Sainte-Marie de Hartsville, en Caroline du Sud, demande que des religieuses soient envoyées à son école. Quatre Petites Franciscaines de Marie, dont sœur Gloria Ouellet, y enseignent avant d’être transférées à Garden City (Caroline du Sud) en 1979 où elles fondent une nouvelle paroisse, Saint Michael, la même année.

Dans les années 1970, d’autres sœurs de la congrégation deviennent enseignantes à l’école paroissiale de Myrtle Beach, également en Caroline du Sud, où elles travaillent jusqu’en 1988. Elles offrent des programmes de catéchèse aux élèves du primaire et du secondaire et des leçons sur les saintes Écritures destinées aux adultes. Un programme d’enseignement est également offert aux adultes qui désirent devenir catholiques, alors que des cours de catéchèse qui préparent les nouveaux parents au baptême de leurs enfants. Les Petites Franciscaines de Marie quittent Garden City en 1987, plusieurs religieuses préférant s’impliquer dans d’autres œuvres de l’Église. Puis, de 1988 à 1991, sœur Gloria Ouellet et deux autres soeurs de la congrégation acceptent d’aller travailler dans le Maine, dans la paroisse Immaculée Conception. Elles y organisent un programme de catéchèse pour les élèves du primaire et du secondaire et le mettent en place avec l’aide d’enseignants laïcs. Au même moment, sœur Rena Mae Gagnon dirige la catéchèse dans la paroisse Saint-Louis de Webster, au Massachusetts. Enfin, au cours des dernières années, les Petites Franciscaines de Marie ont, surtout été actives dans le Maine, à Worcester et à Whitefield.

Description


Enseignement aux États-Unis
© IPIR 2010, soumis à copyright

Le travail quotidien des sœurs enseignantes de la congrégation des Petites Franciscaines de Marie débutait dès l’aube. Les religieuses commencaient leur journée par une séance de méditation et de contemplation suivie de prières, d’une messe, du déjeuner et de la préparation des classes. Le matin, les religieuses enseignent le catéchisme, mais également d’autres matières. L’après-midi est consacré aux leçons, puis, une fois les élèves partis, les enseignantes préparent les cours pour le lendemain. Les religieuses passent la fin de la journée ensemble, notamment pour se restaurer et réciter des prières.

Les Petites Franciscaines de Marie vivaient et enseignaient selon le charisme de leur communauté, guidées par les quatre dons du Seigneur: la simplicité franciscaine, la joie, l’amour des pauvres et la fraternité communautaire. De plus, pour les sœurs, l’enseignement doit se baser sur les relations humaines. Elles considèrent que les connaissances sont importantes, mais que les méthodes d’apprentissage le sont tout autant. Il est donc important pour les religieuses de rendre la matière enseignée pertinente dans la vie quotidienne des élèves.

Apprentissage et transmission


Les écoles des Franciscaines dans le Maine
© IPIR 2010, soumis à copyright

Les Petites Franciscaines de Marie vivant aux États-Unis ont eu la
possibilité d’obtenir leur brevet d’enseignement en étudiant au
Teacher’s College de Fort Kent, devenu plus tard la University of Maine.
Pour les Petites Franciscaines, enseigner était un travail vivant et
stimulant et elles étaient satisfaites de voir les enfants éveillés à
l’apprentissage. Aujourd’hui, la communauté dont la mission première fut
l’enseignement, est encore vivante malgré la diminution du nombre de
religieuses.

Localisation

Municipalité: Baie-Saint-Paul
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
Lieu: Maison mère des Petites Franciscaines de Marie, 63, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul (Qc), G3Z 2J7
Téléphone: 418-435-3520
Télécopieur: 418-435-5318
Site Web: http://www.espacemusealpfm.com

Source

Soeurs Gloria Ouellet et Micheline Beaudoin
Lien avec la pratique : Sœur Gloria Ouellet a fait son entrée chez les Petites Franciscaines de Marie de Baie Saint-Paul en 1944, à l'âge de 17 ans. Elle a fait profession deux ans plus tard et a ensuite poursuivi ses études à Fort Kent, aux États-Unis. Elle a consacré sa vie à l’enseignement, particulièrement aux États-Unis. Pour sa part, sœur Micheline Beaudoin a consacré toute sa carrière à l’enseignement auprès d’enfants en difficulté d’apprentissage. Elle a enseigné dans plusieurs villes du Québec, en plus de diriger une école à Corail, en Haïti. Elle a par ailleurs été responsable de la pastorale dans certaines paroisses, s’occupant principalement de la catéchèse et de mouvements jeunesse.

Enquêteurs : Maude Redmond Morissette, Roseline Bouchard, Valérie Vachon-Bellavance
Date d'entrevue : 16 février 2010, 11 février 2010

Fiches associées

  • L’enseignement de la musique chez les Petites Franciscaines de Marie

    L’enseignement de la musique par les Petites Franciscaines de Marie faisait partie du curriculum scolaire, quelques religieuses étant embauchées pour s'occuper de l'éducation musicale dans les classes. Les leçons comprenaient l'apprentissage de la théorie musicale et, où les installations le permettaient, dans les écoles [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: