La chapelle de la Transfiguration-de-Jésus-Christ de Rawdon — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de lieu

La chapelle de la Transfiguration-de-Jésus-Christ de Rawdon

Tradition: Christianisme
Appartenance: Orthodoxie (chalcédonienne)
Groupe: Église Orthodoxe d'Amérique / Orthodox Church in America
Diocèse, association ou regroupement: Archevêché du Canada / Archdiocese of Canada
Paroisse, congrégation ou équivalent: Saints Peter & St. Paul Sobor / Cathédrale des Saints Pierre et Paul (Montréal)

Classé sous Organisation religieuse (9200), Espace religieux (9270), Lieu de culte (9271).

Historique général


Le skite et la petite chapelle orthodoxes de la Transfiguration à Rawdon
© IPIR 2011, soumis à copyright

La présence orthodoxe à Rawdon remonte aux années 1930 et 1940, lorsque des immigrés russes, habitant à Montréal, y ont construit ou acquis des chalets d’été. Pour répondre aux besoins spirituels de cette communauté, le père Oleg Boldirev célébrait la Divine Liturgie en été dans une petite chapelle dédiée à Saint-Séraphim-de-Sarov qu’il a construite en 1956 sur sa propriété privée. En 1962 un cimetière a été établi à Rawdon pour desservir la population russe du Québec. En 1966-1967, on a donc construit une nouvelle chapelle sur le terrain du cimetière, utilisant quelques éléments de la chapelle du père Oleg Boldiref, notamment la coupole, les fenêtres et les portes royales de l’iconostase. La nouvelle église a été consacrée par monseigneur Sylvestre (Haruns), archevêque de Montréal et du Canada (EOA), à la fête de Saint-Séraphim-de-Sarov, le 4 août 1966


En 1977-1978, le hiéromoine Grégoire (Papazian), arménien originaire d’Égypte, a décidé de construire à Rawdon un skite (ermitage), avec une petite chapelle adjacente, dédiée à la Transfiguration du Christ. Le bâtiment est situé à côté du cimetière et de la chapelle orthodoxes dédiés à Saint-Séraphim-de-Sarov. La petite chapelle de la Transfiguration sert toute l’année pour la célébration des offices quotidiens et en hiver pour la célébration de la Divine Liturgie.

En 1991, monseigneur Séraphim, évêque d’Ottawa et du Canada (Église orthodoxe en Amérique) a fondé la communauté missionnaire Saint-Séraphim-de-Sarov (devenue communauté monastique en 1999), regroupant les moines d’expression française au Canada. Le hiéromoine Irénée (Rochon) a été nommé higoumène de la communauté et en mars 1998 s’est installé à Rawdon. Monseigneur Séraphim a confié la responsabilité du cimetière, ainsi que des services liturgiques à la chapelle de La Transfiguration, à la communauté monastique. La communauté monastique Saint-Séraphim-de-Sarov est composée de plusieurs moines du Québec et d'ailleurs qui habitent le skite tout au long de l'année.

Description


La chapelle de la Transfiguration de Rawdon
© IPIR 2011, soumis à copyright

Juridiquement, la chapelle de la Transfiguration fait partie du complexe orthodoxe de Rawdon composé d'une église plus grande dédiée à saint Séraphim de Sarov (1966), d'un skite (1977) et d'un cimetière (1962). Tous les bâtiments appartiennent à la paroisse des Saints-Pierre-et-Paul de Montréal depuis le legs d'Oleg Boldireff en 1963. Les bâtiments, les objets et le site sont administrés par l'église de Montréal. Ce n'est plus une paroisse autonome. Toutefois, un conseil d'administration local assure l'entretien de l'église et le bon déroulement des offices.  

La chapelle de la Transfiguration-de-Jésus-Christ est petite, très intime et simple. Construit en bois rond, le bâtiment respecte l'architecture des ermitages orthodoxes sibériens. À l'intérieur, le petit sanctuaire est séparé de la nef par l’iconostase réalisée par l'higoumène arménien Grégoire Papazian. La plupart des icônes sont des dons des paroissiens qui les ont apportées de leur pays d'origine. Du côté droit de la nef, près de l'iconostase, une petite porte ouvre le passage vers le skite (habitation monastique) doté de plusieurs chambres, d'une cuisine permettant aux moines d'habiter sur place toute l'année. Selon le starosta Andrei Boldireff, l'intérieur de la chapelle « dégage une atmosphère d'humilité et de sainteté" par les nombreuses prières récitées dans ce lieu tout au long de l'année.

Contrairement à la chapelle de Saint-Séraphim-de-Sarov située à côté, la petite chapelle est hivernisée ce que permet le déroulement des célébrations pendant l'hiver. Depuis quelque temps, la sainte liturgie n'est plus officiée chaque dimanche, mais une fois par mois ou une fois aux cinq ou six semaines. Les gens se réunissent en plus grand nombre à l'église à l'occasion des grandes fêtes de l'année, par exemple à Pâques, à Noël, à la fête des deux chapelles et du cimetière. Les noces, les baptêmes et les funérailles représentent d'autres occasions de rassemblement. Grâce aux reliques de saint Séraphim et de saint Jean-Baptiste, la petite chapelle attire les pèlerins de diverses paroisses de Montréal qui viennent se recueillir et prier pour leur santé. Les longues années de prière du père Oleg Boldireff, le fondateur de la communauté orthodoxe de Rawdon, et de l'archevêque Sylvestre qui a desservi la paroisse pendant plusieurs années, rendent le lieu saint et symbolique surtout pour les gens malades ou confrontés à des problèmes familiaux graves. La chapelle est accessible à tous, peu importe la confession religieuse, le sexe ou l'ethnie.

Depuis sa construction, le skite a accueilli plusieurs moines et moniales orthodoxes désirant fonder une communauté monacale orthodoxe permanente. Bien qu'active juridiquement, cette communauté est fragilisée par le départ des moines vers d'autres régions canadiennes. Actuellement, monseigneur Irénée (Rochon), évêque de la ville de Québec et auxiliaire de l'archevêque du Canada, habite au skite. Lorsqu'il est à Rawdon, il célèbre le culte avec l’aide du sous-diacre Andrei Boldireff.

Jusqu'à la mort du père Oleg en 1997 et de l'archevêque Sylvestre en 2000, la liturgie se déroulait en slavon. Avec l'arrivée de monseigneur Irénée (Rochon), les offices commencent à se faire dans plusieurs langues. La liturgie est célébrée en slavon et en français. L'homélie est en anglais. Malgré cette ouverture, les offices, les célébrations suivent la tradition orthodoxe russe. Les pratiques rituelles liées à l'usage du lieu sacré par contre deviennent plus souples: les femmes se couvrent la tête, mais ce n'est plus obligatoire; elles n'ont pas le droit d'entrer dans le sanctuaire. Les hommes par contre ont accès à condition qu'ils respectent certaines règles : ils doivent recevoir une bénédiction spéciale de la part du prêtre de l'église.

Apprentissage et transmission


Moment de prière dans la chapelle de la Transfiguration de Rawdon
© IPIR 2011, soumis à copyright

La chapelle représentait pour le père Oleg un espace de transmission de la foi et de partage des valeurs chères à la chrétienté orthodoxe en général.

Localisation

Municipalité: Rawdon
Région administrative: 14 Lanaudière
MRC: Matawinie
Lieu: Église Saint-Séraphim-de-Sarov , 3405, 15e Avenue, Rawdon , J0K 1S0
Téléphone: 450 834-5843

Source

Monseigneur Irénée (Rochon)
Lien avec la pratique : Il est évêque de Québec et auxiliaire de l'archevêque Séraphim (Storheim) d'Ottawa et du Canada de l’Église orthodoxe russe en Amérique. En 1992, il est élevé au rang d’higoumène (Hegumen) par l’évêque Seraphim pour superviser les communautés monacales de langue française du Québec. En 1996, Monseigneur Irénée devient administrateur de la paroisse Saint-Séraphim-de-Sarov et du cimetière orthodoxe à Rawdon, fonction qu'il occupe jusqu’en 2007. En 2009, le Synode de l’Église orthodoxe russe en Amérique (OCA) le nomme archimandrite et auxiliaire de l’archevêque Séraphim avec le titre d’évêque de la ville de Québec. Sa consécration a eu lieu le 1er octobre 2009, à la Cathédrale de l’Annonciation.

Enquêteur : Daniela Moisa
Date d'entrevue : 22 octobre 2007

Fiches associées

  • La ceinture de saint Jean de Shanghai et Los Angeles (Jean Maximovitch)

    Saint Jean de Shangai (Michel Maximovitch) a été archevêque de Shanghai et de San Francisco entre 1896 et 1966. Il a reçu son éducation secondaire à l'école militaire de Potlava. Il a ensuite étudié le droit à l'université de Kharkov. En 1921, lors de la guerre civile, il fut évacué à Belgrade, [...]
  • La relique de saint Séraphim de Sarov

    La relique est constituée d'un fragment du corps de saint Séraphim de Sarov. Le fragment du corps du saint a tous les pouvoirs et la sacralité de la personne sanctifiée. Cette relique ne fait pas l'objet d'un pèlerinage à une date fixe. Cependant, le 1er aoû [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: