Les dortoirs du pensionnat des Ursulines de Québec — Le patrimoine immatériel religieux du Québec

Récit de lieu

Les dortoirs du pensionnat des Ursulines de Québec

Tradition: Christianisme
Appartenance: Catholicisme (rite latin)
Diocèse, association ou regroupement: Diocèse de Québec
Communauté religieuse: Ursulines de l'Union canadienne

Classé sous Organisation religieuse (9200), Communauté (9240), Pratique coutumière (9242)
et sous Organisation religieuse (9200), Fonctionnement (9220), Code/contrôle (9222).

Historique général


Groupes d'élèves
© Archives du Monastère des Ursulines de Québec, 1_p_3_12_219

Les dortoirs des pensionnaires étaient situés dans l’aile Notre-Dame-de-Grâce du Monastère des Ursulines de Québec. Cette aile a été construite en 1854 et comprenait aussi le réfectoire, les classes, les salles d’études et le parloir des élèves.

Description


Le réfectoire du pensionnat
© Archives du Monastère des Ursulines de Québec, 1_p_3_16_25

Les pensionnaires logeaient dans trois dortoirs selon leur groupe d’âge. Les collégiennes étaient regroupées dans des chambrettes fermées. Les autres pensionnaires étaient logées en fonction de leur division, un groupement fait selon l’âge et l’année scolaire des élèves. 


La première division logeait dans un dortoir où chaque élève disposait d’un espace privé formé par trois murs et fermé par un rideau. La deuxième division dormait dans un grand dortoir ouvert. Dans ce dortoir sans cloison, les lits et les commodes étaient tous alignés. La troisième et la quatrième division étaient dans un autre grand dortoir ouvert. Tous les dortoirs comportaient des salles de bain et des toilettes fermées. On y trouvait aussi une série de grands lavabos où les pensionnaires pouvaient se brosser les dents. Durant la journée, le dortoir était fermé à clé. Les pensionnaires y avaient donc uniquement accès le soir et le matin. Pour assurer la garde des pensionnaires la nuit, une maîtresse de division dormait dans le dortoir de son groupe d’élèves. À tour de rôle, une pensionnaire ayant mérité une responsabilité pouvait se voir confier les clés du dortoir durant le jour. Elle était alors nommée réglementaire.


Lors de leur première journée au pensionnat, les élèves visitaient les locaux avec les religieuses et rangeaient leurs effets personnels au dortoir. Cette visite était aussi l’occasion pour les pensionnaires de se familiariser avec les règlements du pensionnat. La journée d’une pensionnaire débutait par un réveil au son d’une clochette. Elles avaient un temps limité pour se préparer. Chaque pensionnaire avait un livret de prières, en français et anglais, à réciter le matin et le soir. Après l’étude du soir, les pensionnaires retournaient au dortoir où elles devaient faire leur toilette. Pour cela, elles allaient chercher de l’eau au lavabo à l’aide de leur bassine personnelle. Un tintement de clochette leur indiquait le moment de la prière. Ensuite, la surveillante du dortoir leur disait bonsoir et les pensionnaires lui répondaient : « bonsoir et merci mère ». 


Durant la nuit, en cas de besoin, les pensionnaires pouvaient demander l’aide de la religieuse de garde. Tout comme les religieuses cloîtrées, les pensionnaires devaient observer le silence entre 19 h 30 et 7 h 30. Elles devaient donc être silencieuses en tout temps dans le dortoir et si elles avaient à parler, elles chuchotaient. Les places étaient assignées en début d’année, mais il pouvait y avoir des changements si certaines pensionnaires étaient trop bavardes.

Apprentissage et transmission


Groupe d'élèves
© Archives du Monastère des Ursulines de Québec, 1_p_3_12_218

Au fil des ans, la plupart des locaux du pensionnat ont été transformés. En 1967, à la fermeture du pensionnat, le nombre d’élèves avait considérablement augmenté dans l’école et les Ursulines ont donc réutilisé les dortoirs pour y installer des classes.

Localisation

Municipalité: Québec
Région administrative: 03 Capitale-Nationale
MRC: Communauté métropolitaine de Québec
Lieu: Monastère des Ursulines de Québec, 18, rue Donnacona, Québec (Qc), G1R 4M5
Téléphone: 418-692-2523
Site Web: http://www.museedesursulines.com

Source

Soeur Andrée Leclerc
Titre, rôle et fonction : Sœur Leclerc a été pensionnaire chez les Ursulines de 1945 à 1949. Après avoir fait profession, elle a été responsable du pensionnat de 1955 à 1967.

Enquêteur : Catherine Lavallée
Date d'entrevue : 1 novembre 2007

Fiches associées

  • La vie au pensionnat des Ursulines: les récréations

    Lorsqu’elles étaient à l'extérieur, une cloche indiquait aux pensionnaires quand rentrer. Les groupes d’amies se formaient selon l’âge des jeunes filles et il y avait peu de contacts entre les élèves des différentes divisions. Il y avait toujours une maîtresse par division. Lorsque [...]
  • La vie au pensionnat: le réfectoire des pensionnaires chez les Ursulines de Québec

    Le réfectoire était composé de deux grandes salles ouvertes. On y trouvait de longues tables et des bancs. À chaque extrémité de la salle, il y avait une chaire d’où une ou deux religieuses surveillaient le déroulement du repas. Lors des repas, comme toutes les pensionnaires [...]
  • La vie quotidienne au pensionnat des Ursulines de Québec

    En 1844, l’abbé Thomas Maguire, aumônier des Ursulines, rédige avec mère Saint-Henri, une ancienne supérieure du Monastère, le règlement des élèves du pensionnat des Dames ursulines de Québec. Maguire se base sur les Constitutions et règlements des Ursulines de Paris [...]
  • Le Monastère des Ursulines de Québec

    Marie de l’Incarnation, avant même son arrivée en Nouvelle-France, avait l’intention de construire une chapelle et de fonder un monastère dans le Nouveau monde.  À leur arrivée à Québec, les Ursulines n’avaient pas de monastère. Le Monastère fut construit selon leurs [...]

Partenaires

La réalisation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux a été rendue possible grâce à l’appui de six partenaires: